Le retour du GP de France en 2018
Dossier

Le retour du GP de France en 2018

GP de France - 1967, quand Le Mans rimait avec Formule 1

Dans son histoire, le Grand Prix de France a connu plusieurs tracés, que ce soit Charade, Le Castellet, Magny-Cours, Reims, Dijon ou Rouen. Une fois seulement, il est passé par Le Mans, c’était en 1967.

GP de France - 1967, quand Le Mans rimait avec Formule 1
Jack Brabham, Brabham BT24 Repco, s'impose
Graham Hill, Team Lotus 49 Ford
Jack Brabham, Brabham BT24 Repco
Jack Brabham, Brabham BT24 Repco
Jim Clark dans le cockpit de sa Lotus 49 avec le moteur Ford DFV V8 derrière lui ; Clark remporte le GP de Hollande 1967, à Zandvoort, pour les débuts de ce moteur
Jim Clark, Team Lotus 49 Ford, Graham Hill, Team Lotus 49 Ford
Chris Amon, Ferrari 312, précède Denny Hulme, Brabham BT24 Repco
Denny Hulme, Brabham BT24-Repco
Dan Gurney, Eagle AAR104 Weslake, discute dans l'allée des stands avec Bruce McLaren, Eagle AAR102 Weslake
Jack Brabham, Brabham BT24 Repco
Dan Gurney, AAR/Eagle T1G Weslake
Guy Ligier, Cooper T81 Maserati
Jo Siffert, Cooper T81 Maserati
Jackie Stewart, BRM P261
Jackie Stewart, BRM P261
Chris Amon, Ferrari 312 leads Denny Hulme, Brabham BT24 Repco

Le Mans et la Formule 1, c'est une histoire compliquée. Celle d'un rencard, pas forcément réussi, qui n'eut pas de suite. Le Mans, pourtant, n'est pas un lieu que l'on prend à la légère dans le sport automobile. En 1906, la ville sarthoise, fief de la famille d'Amédée Bollée, industriel qui fut le premier à commercialiser des automobiles, accueillait le premier Grand Prix de France. Une épreuve de plus de 100 km, remportée par Renault, avec le Hongrois Sziz au volant.

Un berceau favorable pour la création des 24 Heures du Mans, en 1923. L'épreuve d'Endurance devient alors la référence mondiale, véritable laboratoire pour les constructeurs automobiles. Mais l'Automobile Club de l'Ouest ne peut pas faire sa renommée que sur cette course. En 1965, le club fait construire le circuit Bugatti, un tracé de 4,4 km, pour son école de pilotage, reprenant une partie des infrastructures du circuit des 24 Heures. 

Fort du succès de ses 24 Heures du Mans justement, avec l'arrivée de Ford contre Ferrari, l'ACO compte bien mettre en avant ce circuit, et convainc l'Automobile Club de France d'y organiser le Grand Prix de France de Formule 1, en 1967. Ce sera le 2 juillet 1967, soit un mois à peine après les 24 Heures du Mans 1967 qui ont vu A.J. Foyt et Dan Gurney s'imposer avec la Ford MkIV.

Seulement, avant même que les concurrents ne viennent au Bugatti, le circuit ne séduit pas. Bon tracé d'école, il manque de piment pour un Grand Prix, surtout quand les épreuves précédentes se sont courues sur des tracés comme Charade, Rouen-les-Essarts ou Reims-Gueux. Peu avant le départ, certains surnomment déjà ce Grand Prix de France, "Grand Prix des Parkings". Pas agréable pour un nouveau venu.

Les essais, puis la course le démontreront très vite. Le Bugatti d'alors est un tourniquet pas très intéressant, comparé aux autres tracés du championnat. D'autant qu'il y a une aberration d'échelle sur ce circuit Bugatti. Le Mans est étudié pour accueillir 200'000 personnes dans le public, et 55 voitures sur la grille. Aussi la longue ligne droite des stands paraît-elle immense pour recevoir les 15 concurrents. Dans les tribunes, l'impression d'espace se fait aussi ressentir : 20'000 personnes sont présentes pour assister au Grand Prix. 

Départ : Graham Hill, Team Lotus 49 Ford Cosworth, Jack Brabham, Brabham BT24 Repco, Dan Gurney, Eagle T1G-Weslake, Jim Clark, Team Lotus 49 Ford Cosworth, Bruce McLaren Eagle T1G-Weslake, Denny Hulme, Brabham BT24 Repco, Chris Amon, Ferrari 312, Jochen Rindt, Cooper T81B Maserati, Chris Irwin, BRM P83, Jackie Stewart, BRM P261, Jo Siffert, Cooper T81 Maserati, Pedro Rodriguez, Cooper T81 Maserati), Mike Spence, BRM P83

LAT Photographic

La course ne convaincra pas non plus les spectateurs. Graham Hill, en pole sur sa Lotus, se fait passer par Jack Brabham sur la voiture du même nom. L'Australien domine avant que Jim Clark ne prenne l'avantage avec sa Lotus, puis Graham Hill, laissant se dessiner un doublé pour Lotus. Peine perdue pour la firme de Colin Chapman. Les différentiels vont lâcher sur les deux Lotus 49. 

Brabham prend alors la tête pour ne plus lâcher. Derrière, Chris Amon sur Ferrari et Dan Gurney sur Eagle-Weslake tentent de tenir le rythme. L'Américain aimerait bien doubler la mise, après sa victoire ici-même, un mois plus tôt. Là aussi, la mécanique ne va pas tenir. Une durite d'essence rend l'âme sur la voiture de Gurney, quand l'accélérateur lâche pour la Ferrari d'Amon. Une aubaine pour Denny Hulme, qui se hisse à la deuxième place avec sa Brabham, derrière son équipier-patron. 

Derrière, à un tour, Jackie Stewart termine troisième sur sa BRM, devant Jo Siffert sur sa Cooper Maserati, à trois tours, Chris Irwin, victime d'un problème moteur sur sa BRM dans les derniers tours et Pedro Rodriguez sur sa Cooper Maserati. Guy Ligier termine septième, mais non classé, tandis que le week-end sera à oublier pour Ferrari.

Un classement final pas franchement reluisant, pour un Grand Prix qui ne le sera pas plus. L'ACO n'en organisera d'ailleurs aucun autre, suite à un différend avec la FFSA, nouvellement créée. Par la suite, plusieurs rumeurs ont ramené le Grand Prix de France au Mans, après la mise au ban de Magny-Cours. L'ACO s'est toujours refusé à organiser la compétition, même lorsque Jean Todt, président de la FIA, en a fait la demande.

Quant à ce Grand Prix de l'ACF sur le Bugatti, il sera l'ultime de ce nom. Désormais de retour à Rouen, c'est la révolution en 1968 : il faudra l'appeler Grand Prix de France. Comme pour fêter l'arrivée de Matra en Formule 1 ? Ça, c'est encore une autre histoire ! 

Tout savoir sur le Grand Prix de France en vidéo

partages
commentaires
Grand Prix de France - Les vainqueurs au Castellet
Article précédent

Grand Prix de France - Les vainqueurs au Castellet

Article suivant

Paul Ricard 1982 - Arnoux, Prost et Renault, quel pastis !

Paul Ricard 1982 - Arnoux, Prost et Renault, quel pastis !
Charger les commentaires
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021