Souvenez-vous !
Dossier

Souvenez-vous !

GP de légende - Monaco 1982, la folie des derniers tours

Redécouvrez des Grand Prix qui ont particulièrement marqué l’Histoire de la Formule 1, mais dont vous n’avez peut-être jamais entendu parler. Aujourd’hui, le Grand Prix de Monaco 1982.

GP de légende - Monaco 1982, la folie des derniers tours

Le GP de Monaco 1982 laisse le souvenir d'une fin de course passionnante. Il s'agit de la sixième épreuve de la saison, et le championnat est très serré : Alain Prost (Renault) est en tête du classement avec seulement 18 points, et est suivi de près par John Watson (McLaren), Keke Rosberg (Williams) et Niki Lauda (McLaren).

Au-delà des considérations sportives, la Formule 1 est en deuil : Gilles Villeneuve s'est tué deux semaines plus tôt, lors des qualifications du Grand Prix de Belgique, à Zolder. Ferrari n'engage qu'une voiture à Monaco, avec Didier Pironi.

Lors des qualifications, René Arnoux (Renault) signe la pole position en 1'23"281, battant Riccardo Patrese et sa Brabham d'une demi-seconde. Suivent l'Alfa Romeo du surprenant Bruno Giacomelli, puis Prost, Pironi, Rosberg et Andrea de Cesaris (Alfa Romeo). Les Renault n'étaient pourtant pas attendues en grande forme à Monaco, leur moteur turbo étant censé être un handicap sur la piste étriquée de la Principauté.

Au départ, Arnoux conserve la tête de la course et Prost se hisse au troisième rang, devant Patrese, avant de dépasser Giacomelli. Au quinzième tour, Arnoux abandonne suite à un tête-à-queue, et Prost se retrouve solidement installé en tête de la course devant Patrese, Pironi et de Cesaris.

À trois tours de l'arrivée, ces quatre pilotes mènent toujours la course dans le même ordre, mais ces trois derniers tours sont un festival de rebondissements et de coups de théâtre !

 

Keke Rosberg, Williams
Keke Rosberg, Williams

Des abandons à la pelle en fin de course

En effet, au 74e des 76 tours, Prost heurte le mur à la sortie de la chicane. Patrese s'empare donc de la tête de la course, mais au tour suivant, il part en tête-à-queue à l'épingle du Loews et cale ! Pironi prend donc la première place mais au dernier tour, il s'arrête dans le tunnel... panne d'essence !

C'est une aubaine pour de Cesaris, qui n'a marqué qu'un petit point depuis le début de sa carrière... mais l'Italien n'a même pas l'opportunité de mener la course : son Alfa Romeo tombe en panne d'essence presque simultanément... Derek Daly, quant à lui, aurait pu hériter de la victoire s'il n'avait pas heurté le mur au Bureau de Tabac avec sa Williams. Au micro de la BBC, James Hunt résume bien la situation : “Nous sommes dans une situation ridicule : nous sommes tous en face de la lignée d'arrivée, dans l'attente qu'un vainqueur la franchisse, et on dirait que personne n'arrive !

Pendant ce temps, les commissaires ont aidé Patrese à reprendre la piste, sa Brabham s'étant trouvée dans une position estimée dangereuse. L'Italien remporte sa première victoire en Grand Prix lors de la course la plus prestigieuse de la saison, mais n'est même pas conscient d'être premier lorsqu'il franchit la ligne d'arrivée ! Malgré leurs abandons, Pironi et de Cesaris sont classés respectivement deuxième et troisième, et montent sur le podium.

Mais que serait-il arrivé si Patrese n'avait pas été poussé par les commissaires ? Eh bien, les Lotus de Nigel Mansell et Elio de Angelis auraient signé un doublé. Ayant fini à un tour de Patrese, les deux hommes ont été classés derrière Pironi et de Cesaris, mais sans la présence du pilote Brabham devant eux, les hommes de Colin Chapman auraient été les premiers à voir le drapeau d'arrivée.

A-t-on jamais vu autant de rebondissements en moins de cinq minutes dans l'Histoire du sport automobile ?

 

Miniature Amalgam 1:8 - Lotus 79 de Mario Andretti, GP des Pays-Bas 1978
Miniature Amalgam 1:8 - Lotus 79 de Mario Andretti, GP des Pays-Bas 1978, sur Motorstore
partages
commentaires
Kvyat - "Toro Rosso serait une option fantastique" pour 2017

Article précédent

Kvyat - "Toro Rosso serait une option fantastique" pour 2017

Article suivant

L'espoir d'une troisième Ferrari avec Schumacher

L'espoir d'une troisième Ferrari avec Schumacher
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021