GP d'Espagne : ce qu'ont dit les pilotes

Découvrez les réactions de tous les pilotes après le Grand Prix d'Espagne, remporté à Barcelone par Lewis Hamilton.

GP d'Espagne : ce qu'ont dit les pilotes
Vainqueur : Lewis Hamilton (Mercedes)
Vainqueur : Lewis Hamilton (Mercedes)
1/20

Photo de: Sam Bloxham / Motorsport Images

"Je n'aurais pu le faire sans cette équipe incroyable, ils ont fait un excellent travail. J'ai ressenti la synergie entre la voiture et moi-même aujourd'hui, je n'avais pas ressenti ça depuis le début de l'année. Nous allons continuer de mettre la pression. C'est le doublé pour Mercedes. Nous voyons la véritable force de l'équipe. J'espère que nous pourrons continuer comme ça. Un grand merci aux fans."
2e : Valtteri Bottas (Mercedes)
2e : Valtteri Bottas (Mercedes)
2/20

Photo de: Steve Etherington / Motorsport Images

"Bien entendu, je désirais me battre pour la victoire en course : nous avions une si bonne voiture et l'équipe a été tellement réactive avec la stratégie, aujourd'hui. Je n'aurais jamais cru que nous ne pouvions faire qu'un arrêt et j'en suis heureux. En tant qu'équipe, ce week-end a été parfait. Nous devons continuer comme ceci, et en ce qui me concerne, les victoires viendront."
3e : Max Verstappen (Red Bull Racing)
3e : Max Verstappen (Red Bull Racing)
3/20
"La voiture fonctionnait vraiment bien, c'est dur de doubler mais nous sommes restés vraiment proches de tout le monde devant nous. Nous avons eu de la chance avec l'abandon de Kimi [Räikkönen], mais je pense quand même que la dégradation des pneus était vraiment bonne, ils se comportaient vraiment bien et je pense que c'est ce qui nous a donné la troisième place aujourd'hui."

"Je pense qu'il était un peu trop loin, mais j'ai dû continuer à attaquer car j'avais Sebastian derrière moi, et je voulais voir à quel point mon aileron avant pouvait tenir, et ça allait. Ce n'est pas très joli, mais ça allait."

"Ce n'est jamais suffisant, mais c'était un bon pas en avant [aujourd'hui]. Tout ce que nous avons apporté a fonctionné. Cela se voyait dans le dernier secteur, nous y étions très compétitifs tout le week-end."
4e : Sebastian Vettel (Ferrari)
4e : Sebastian Vettel (Ferrari)
4/20

Photo de: Andrew Hone / Motorsport Images

"Ce n'était pas une option de rester en piste, nous usions nos pneus plus vite que les autres aujourd'hui. Cela a l'air d'une mauvaise décision, mais c'était la bonne chose à faire."

"C'est dur de dire ce qui se serait passé sans le changement, mais dans l'ensemble, c'est un bon week-end. Nous devons juste comprendre les pneus."
5e : Daniel Ricciardo (Red Bull Racing)
5e : Daniel Ricciardo (Red Bull Racing)
5/20
"C'était assez délicat au niveau du pilotage. On pouvait être rapide quand on faisait tout à la perfection, mais c'était facile de partir à la faute. C'était sur le fil du rasoir. Avec de la chance, on pouvait faire un tour canon, mais ça en faisait un sur cinq, et le reste du temps, je glissais et peinais à rester en piste. Je n'ai pas réussi à être constant sur toute la course."

"Au début de la course, j'avais l'impression que nous tenions le rythme. Kimi n'était pas particulièrement rapide, Max et moi avions l'air plus compétitifs. Quand je suis sorti des stands, il y avait du trafic, trois voitures qui se battaient et j'ai perdu du temps sur Max et sur Kimi, qui a ensuite eu son problème. Puis je suis parti en tête-à-queue au restart de la VSC. Heureusement, il n'y avait pas de mur, contrairement à Grosjean à Bakou."
6e : Kevin Magnussen (Haas F1)
6e : Kevin Magnussen (Haas F1)
6/20

Photo de: Glenn Dunbar / Motorsport Images

"Cette course n'a pas été très animée, à part le restart, délicat avec les pneus. Mais c'était pareil pour tout le monde, ce n'est pas un problème."

"Notre voiture est particulièrement compétitive dans les virages rapides, mais n'est pas mauvaise dans les virages lents ou en ligne droite. C'est globalement une bonne voiture. Je pense que nous serons rapides sur les circuits comme Silverstone et Spa mais j'espère que nous le serons aussi sur les autres circuits."

Parfois, on est dans un cercle vicieux pour les incidents avec les autres pilotes, mais je ne le fais pas exprès, j'ai juste fait de petites erreurs et je me suis retrouvé dans cette situation. Nous sommes performants et marquons des points, c'est l'essentiel."

"Je prends de l'expérience. J'ai passé une année en dehors de la Formule 1 après ma première saison, et maintenant, je suis sur ma lancée, j'ai une bonne voiture. Ce week-end, nous étions dans notre dimension, à l'avant. Seuls les trois top teams nous devancent."
7e : Carlos Sainz (Renault)
7e : Carlos Sainz (Renault)
7/20

Photo de: Andrew Hone / Motorsport Images

"Je pense que c’est un résultat très positif pour l’équipe et moi. Nous pouvons être fiers de ce week-end sur ce circuit qui ne nous est pas favorable. Depuis vendredi, nous avons inversé la tendance, nous avons pris un excellent départ et nous avons fini septièmes. C’est la meilleure place que nous puissions atteindre aujourd’hui. C’est génial de réaliser une nouvelle prestation solide à domicile. J’espère que les fans se sont régalés et je leur adresse tous un grand merci pour leur soutien ! C’est un bon pas dans la lutte au championnat avec des points importants pour l’écurie. Nous devons encore travailler certains aspects, mais nous progressons bien. Continuons dans ce sens !"
8e : Fernando Alonso (McLaren)
8e : Fernando Alonso (McLaren)
8/20

Photo de: Sam Bloxham / Motorsport Images

"Il y avait des virages dans lesquels c’était ensoleillé et d’autres où ça avait l’air d’être un film d’horreur, avec un ciel complètement sombre. La pluie aurait été la bienvenue pour épicer un peu la course, mais je suis heureux quoi qu’il en soit de ces bons points."

"Le départ a été mauvais. Nous avons perdu plusieurs positions et de là, ce fut une course très difficile. Nous avions les supertendres et avons perdu des positions quand notre seule chance d’en gagner était au départ, et il a fallu s’arrêter tôt. Je pensais donc qu’il serait impossible d’inscrire des points et la huitième position me laisse un super goût. C’est la cinquième course consécutive dans les points et quatre de plus dans la poche."

"Nous faisons de petits pas en avant. En Chine, nous étions huit dixièmes derrière les Renault. En Chine, nous étions à huit dixièmes et demi, et ici nous nous trouvions à un niveau similaire. Donc je pense que nous avons gagné des dixièmes par rapport à des équipes puissantes. Mais on voit Mercedes, Red Bull et Ferrari qui sont toujours dans une autre ligue et c’était une course un peu ennuyeuse en ce sens."
9e : Sergio Pérez (Force India)
9e : Sergio Pérez (Force India)
9/20
"L'après-midi a été dur, le week-end aussi. Marquer deux points dans des conditions si difficiles n'est pas un mauvais résultat. J'étais en difficulté, Leclerc a commis une erreur, sinon je n'aurais pas pu le dépasser. J'avais des vibrations, j'ai heurté quelque chose [le bout d'aileron de Verstappen] en ligne droite. J'ai de la chance, car les vibrations étaient extrêmement élevées à la fin."
10e : Charles Leclerc (Alfa Romeo Sauber)
10e : Charles Leclerc (Alfa Romeo Sauber)
10/20
"Je suis un peu déçu, j’ai fait une connerie à la fin, même si Pérez avait des pneus plus frais que nous. Il est très compliqué de doubler ici et, si je n’avais pas fait cette erreur, j’aurais pu rester devant. C’est un peu dommage, mais c’est comme ça. Aujourd’hui je pense vraiment avoir fait le con, désolé pour le gros mot !"

"Je pense qu’on a pris un super bon départ aujourd’hui, puis l’équilibre de la voiture était bon. Depuis Shanghai, on n’a pas non plus de révolution sur la voiture. Ce que je vois, c’est surtout que j’ai demandé une voiture plus souple, et ça m’aide à repousser les limites."

"Je suis très content, je continue de penser qu'il y a des choses que j'aurais pu mieux faire, mais dixième à Barcelone, nous ne nous y attendions pas. En début de semaine, nous pensions pouvoir viser le top 15. Des points deux fois d'affilée, c'est génial. C'est très difficile, surtout ici à Barcelone, car les trois premiers virages sont très rapides, on perd beaucoup d'appui et la voiture est soudain très légère. On a du mal à maintenir les températures."

"Je suis très content de ce début de saison, j'ai beaucoup appris. Lors des premières courses, je n'ai pas tout fait à la perfection, mais c'est désormais très positif. Nous allons nous efforcer de réaliser ça à chaque week-end désormais. […] J’espère vraiment que ça fera trois courses d’affilée dans les points, en tout cas je vais tout donner car ce sera une course importante pour moi [à Monaco], je vais tout faire pour marquer les esprits."
11e : Lance Stroll (Williams)
11e : Lance Stroll (Williams)
11/20

Photo de: Sam Bloxham / Motorsport Images

"Il n'y avait rien d'autre à en tirer. La voiture n'est pas très plaisante à piloter. Elle a beaucoup de limites. C'est très difficile. Même si la course était ennuyeuse, ce n'était pas de tout repos. La voiture est très imprévisible. Elle n'est pas facile à comprendre tour après tour. Nous avions des évolutions, mais je ne pense pas que nous ayons fait un pas en avant."
12e : Brendon Hartley (Toro Rosso)
12e : Brendon Hartley (Toro Rosso)
12/20

Photo de: Sam Bloxham / Motorsport Images

"J'ai fait un départ propre et j'ai gagné quelques places dans le premier tour. Les mécaniciens ont fait un travail incroyable pour que la voiture soit prête. Nous avons décidé de nous arrêter au stand pendant l'intervention de la voiture de sécurité et nous avons choisi les mediums pour faire un seul arrêt. Ça a fonctionné, mais nous avons perdu des places au début. C'était difficile de dépasser, je pense que d'autres voitures avaient davantage de vitesse de pointe et ça m'a rendu la vie difficile. J'ai fait un bon dépassement sur Marcus [Ericsson] pour prendre la 12e place, et si je l'avais doublé un peu plus tôt nous aurions aussi eu une chance pour la 11e place, car le rythme était vraiment au rendez-vous en fin de course."
13e : Marcus Ericsson (Alfa Romeo Sauber)
13e : Marcus Ericsson (Alfa Romeo Sauber)
13/20

Photo de: Steven Tee / Motorsport Images

"J'étais rapide durant la première moitié de la course avec les pneus mediums, puis nous avons eu un peu de malchance avec le déploiement de la voiture de sécurité virtuelle juste après notre arrêt au stand, c'était vraiment frustrant. Dans le second relais, j'ai eu un peu plus de mal avec les pneus tendres. Le résultat est un peu décevant car nous étions dans la lutte et pas si loin de marquer des points. Dans l'ensemble c'était une bonne course, j'ai eu de belles bagarres et je me suis bien défendu. Le fait que Charles marque des points est très positif. Quant à moi je dois rebondir à Monaco."
14e : Sergey Sirotkin (Williams)
14e : Sergey Sirotkin (Williams)
14/20
"C'est la course la plus dure que j'aie jamais faite. Je n'appellerais même pas ça une course, en fait. J'ai pris un bon départ, un bon envol, puis au virage 3 j'ai été pris au piège par ces tête-à-queue et l'accident devant moi, j'étais juste dans une position où je ne pouvais pas du tout voir où j'allais. J'ai vu que j'étais sur le point de percuter la voiture devant moi [celle de Grosjean, ndlr], il y avait tellement de fumée que je ne voyais rien. J'ai dû m'arrêter complètement pour éviter l'accident, et une fois que je l'ai passé, c'était comme si j'étais dernier à des kilomètres des autres."

"Puis j'ai commencé à avoir des difficultés avec... disons-le ainsi pour ne contrarier personne, le problème concerne le confort du baquet. Nous l'avons depuis le début de l'année et nous n'avons jamais vraiment eu l'opportunité de véritablement l'étudier et l'améliorer, mais là... nous avons fait quelques changements et je ne pense pas qu'ils soient allés dans la bonne direction. C'était vraiment énorme. J'avais vraiment du mal à ne serait-ce que rester dans la voiture."

"Sur ce circuit, on ne peut pas dépasser et nous ne faisions pas la meilleure course qui soit.. Et ce sentiment très inconfortable – je dirais même très douloureux – n'a pas contribué à la course, au relais, à la concentration. Puis j'ai commis une erreur au restart après la voiture de sécurité [virtuelle] et je suis parti en tête-à-queue [à la sortie du virage 9, ndlr]. Donc c'était vraiment de la survie jusqu'au bout."
Abandon : Stoffel Vandoorne (McLaren)
Abandon : Stoffel Vandoorne (McLaren)
15/20
"C'est une fin de course malheureuse. Nous avions une stratégie à un arrêt et j'ai prolongé le premier relais avec les pneus tendres. Nous avions bien géré les pneus et nous voulions créer un delta important à ce niveau avec les autres. C'est toujours dur de prédire où nous aurions terminé, mais j'ai le sentiment qu'il y avait la possibilité de doubler."

"Les évolutions que nous avons apportées ici marquent vraiment un pas en avant. Nous avons réussi à faire des progrès, particulièrement en qualifications, mais il y a encore un long chemin à parcourir et nous devons continuer à progresser, continuer à apporter de nouvelles pièces à chaque course."
Abandon : Esteban Ocon (Force India)
Abandon : Esteban Ocon (Force India)
16/20
"Il y a eu deux choses dans ce Grand Prix. Déjà, le problème à l’arrêt au stand, avec un problème d’écrou : je suis resté bloqué 25 ou 30 secondes et ça a ruiné mes chances de points."

"Après, on a eu un problème avec le radiateur d’huile. Je ne sais pas si on va devoir changer le moteur ou pas, en tout cas il y a eu de la fumée blanche", s’inquiète le Normand. "C’est la première fois de ma carrière que j’abandonne deux fois d’affilée. Aujourd’hui, ce n’était clairement pas mon jour ; on verra la prochaine fois."

"J’avais bien entamé mon week-end. J’avais fait ce qu’il fallait en course et je pense que neuvième ou huitième était possible, face à Fernando [Alonso]. Après, je n’avais pas toutes les cartes entre les mains."
Abandon : Kimi Räikkönen (Ferrari)
Abandon : Kimi Räikkönen (Ferrari)
17/20
"C'est évidemment loin d'être idéal. Il faut essayer de gagner des courses, être aussi haut que possible, et quand nous ne finissons pas, nous ne nous laissons aucune chance. Malheureusement, c'est mon deuxième abandon de la saison, cela nous met en très mauvaise position, mais c'est comme ça. Il n'y a rien que j'aurais pu faire différemment. Il est clair que c'est loin d'être idéal."
Abandon : Romain Grosjean (Haas F1)
Abandon : Romain Grosjean (Haas F1)
18/20

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

"Pas grand-chose à dire, j’ai perdu le train arrière dans le virage 3. À un moment j’ai cru que je pouvais la récupérer, l'avant était en train de revenir, mais elle est repartie. j’étais déjà sur les gaz, que je freine ou que j’accélère, j’étais bloqué. C’était un bon impact mais tout va bien."

"Je ne pense pas qu'il y avait grand-chose à faire. Si j'avais freiné, ça aurait été pareil. C'est un réflexe humain, si l'on regarde Rosberg en Malaisie en 2016, Michael à Abu Dhabi en 2010. Si j'avais freiné, je me serais retrouvé au milieu. Une fois que la voiture a viré vers la piste, c'était très difficile."
Abandon : Pierre Gasly (Toro Rosso)
Abandon : Pierre Gasly (Toro Rosso)
19/20

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

"Romain [Grosjean] est parti en tête-à-queue, j’ai essayé d’aller là ou il y avait de la place, Il est revenu sur moi et il n’y avait pas grand-chose à faire. Je n’ai pas vu les images, je ne sais pas pourquoi il est parti en tête-à-queue. On n’a pas pu faire un tour, ni la course, ni se battre pour les points. C’est une opportunité ratée. De l’intérieur il n’y avait nulle part ou aller."
Abandon : Nico Hülkenberg (Renault)
Abandon : Nico Hülkenberg (Renault)
20/20
"C’était le désordre dans les deux premiers virages, mais c’était encore pire dans le troisième ! J’ai vu une voiture partir en tête-à-queue devant moi. Il y avait beaucoup de fumée, tout est arrivé très vite et je n’ai pas pu éviter le retour de Grosjean. Dommage, nous étions compétitifs et nous avions un bon rythme. C’est frustrant de ne pas l’avoir montré hier et aujourd’hui, et toujours plus difficile à avaler quand on n’y est pour rien. Il faudra réessayer dans deux semaines."
partages
commentaires
Jake Dennis, invité surprise des tests F1

Article précédent

Jake Dennis, invité surprise des tests F1

Article suivant

Pirelli se justifie et dément tout avantage donné à Mercedes

Pirelli se justifie et dément tout avantage donné à Mercedes
Charger les commentaires
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021