Course - Ricciardo vainqueur, Verstappen-Hamilton au clash, Mamma Mia Monza !

Neuf ans après la dernière victoire de McLaren, Daniel Ricciardo a emmené au Grand Prix d'Italie un doublé inattendu pour l'écurie de Woking. La course restera marquée par l'accrochage entre les deux prétendants au titre, Lewis Hamilton et Max Verstappen.

Course - Ricciardo vainqueur, Verstappen-Hamilton au clash, Mamma Mia Monza !

Au lendemain de Qualifications Sprint qui auront fait parler, c'est donc avec Max Verstappen en pole position et Lewis Hamilton quatrième sur la grille qu'a débuté ce Grand Prix d'Italie. Les deux hommes étaient séparés par deux McLaren vers lesquelles de nombreux regards été tournés... Plus loin, beaucoup plus loin, il y avait deux revanchards : Valtteri Bottas envoyé en fond de grille en raison d'une pénalité moteur, et Pierre Gasly parti des stands après son crash de la veille. Le Français a "profité" de cette situation pour monter son quatrième moteur de la saison. Son coéquipier Yuki Tsunoda, lui, a connu un problème technique qui l'a tout simplement privé de départ.

Côté pneus, le format particulier du week-end permettait à l'ensemble des pilotes d'avoir le libre choix pour cette course, disputée par des conditions estivales avec 29°C dans l'air et aucun risque de pluie à l'horizon. La majorité des pilotes ont opté pour les gommes mediums, à l'exception d'un Hamilton qui a fait le pari étonnant des pneus durs, tout comme Kubica, Bottas et Gasly.

Lire aussi :

Le départ a été aussi chaud que la température ambiante ! Auteur d'un envol moyen, Verstappen a dû céder face à Ricciardo, leader dès le premier virage avec sa McLaren. Puis le Néerlandais a dû défendre âprement sur Hamilton à la deuxième chicane, dans un remake frappant d'Imola : il y a eu un léger contact et le Britannique n'a eu d'autre choix que court-circuiter le virage, se plaignant par radio d'avoir été poussé. Les commissaires ne l'ont pas jugé ainsi, n'ouvrant même pas d'enquête.

Plus loin, Giovinazzi a gâché son excellent départ en commettant une erreur qui lui aura coûté un aileron avant et déclenchant quelques instants la voiture de sécurité virtuelle. L'Italien est reparti après un arrêt au stand, écopant également d'une pénalité de cinq secondes pour avoir provoqué son accrochage avec Sainz. Pour Gasly, le week-end aura tourné au cauchemar, avec un abandon avant même le cinquième tour en raison de problèmes techniques laissant les deux AlphaTauri sur le carreau. 

Pour les deux prétendants au titre, la première partie de course a consisté en un duel avec les McLaren. Verstappen, deuxième, est resté une menace constante pour Ricciardo, les deux hommes possédant environ cinq secondes d'avance sur le tandem Norris-Hamilton. Contre toute attente, les deux monoplaces orange ont fait beaucoup mieux que résister tout au long du premier relais. Butant derrière Ricciardo, Verstappen a même commis un impair en court-circuitant la première chicane. Peu avant dans le peloton, à la porte des points, Esteban Ocon a écopé d'une pénalité de 5 secondes pour une manœuvre trop musclée sur Vettel. 

Verstappen-Hamilton, le clash

Leader impeccable pendant 22 tours, Ricciardo a été le premier à déclencher la salve d'arrêts pour chausser les pneus durs. Au tour suivant, Verstappen a plongé au stand mais l'arrêt s'est éternisé, durant 11 secondes, à cause d'un problème d'écrou à l'avant droit ! Un tournant, clairement, car au même instant Hamilton a subtilisé la tête de la course à Norris. Quelques minutes plus tard, l'arrêt du septuple Champion du monde a cafouillé puis, en sortant des stands, le duel avec Verstappen a repris. 

Le duel de trop ? Verstappen a tenté de prendre l'avantage à la première chicane sur un Hamilton sortant des stands et laissant le minimum de place. Le Néerlandais a quant à lui donné le sentiment de forcer le passage, et l'inévitable s'est produit. L'image, impressionnante, restera dans l'Histoire : la Red Bull escaladant la Mercedes et les deux pilotes s'immobilisant dans le bac à gravier. Alors que la quête de responsabilité animera les prochaines heures, retenons l'essentiel : le Halo a épargné Hamilton en jouant parfaitement son rôle, une fois encore, dans cet accident. 

La voiture de sécurité est logiquement intervenue pendant plusieurs tours, permettant à plusieurs pilotes d'en profiter pour observer leur arrêt au stand, à commencer par Charles Leclerc. Une fois la course relancée, Ricciardo a conservé la tête et Norris a repris l'avantage sur le Monégasque, permettant à McLaren d'installer un doublé dans ce Grand Prix à une vingtaine de tours de l'arrivée. 

Derrière les deux McLaren, les seconds couteaux se sont mis en chasse : Sergio Pérez sur sa Red Bull et Valtteri Bottas sur sa Mercedes. Le Mexicain a toutefois vu ses espoirs douchés par une pénalité de cinq secondes pour avoir dépassé Leclerc hors des limites de la piste. La situation était ainsi quasi idéale pour McLaren, avec comme problème de riche la gestion des ego, plus particulièrement celui d'un Norris questionnant la possibilité d'attaquer son coéquipier, en vain. Pour une écurie courant après un succès en Formule 1 depuis 2012, pas question de se perdre dans de telles considérations. 

Solide de bout en bout, Ricciardo n'a pas craqué, ne laissant pas d'espoir à son coéquipier ni aux autres, s'offrant même le point du meilleur tour en course dans l'ultime boucle. Impérial, l'Australien goûte à nouveau à la victoire, plus de trois ans après son dernier succès, à Monaco en 2018. Et McLaren s'offre, grâce à Norris, un doublé insensé. Derrière, Bottas prend la troisième place devant Leclerc, Pérez chutant au cinquième rang une fois sa pénalité appliquée. Sainz, Stroll, Alonso, Russell et Ocon complètent le top 10. 

Italy Grand Prix d'Italie 

P. Pilote Constructeur Moteur Tours Écart
1 Australia Daniel Ricciardo McLaren Mercedes 53  
2 United Kingdom Lando Norris McLaren Mercedes 53 1.747
3 Finland Valtteri Bottas Mercedes Mercedes 53 4.921
4 Monaco Charles Leclerc Ferrari Ferrari 53 7.309
5 Mexico Sergio Pérez Red Bull Honda 53 8.723
6 Spain Carlos Sainz Jr. Ferrari Ferrari 53 10.535
7 Canada Lance Stroll Aston Martin Mercedes 53 15.804
8 Spain Fernando Alonso Alpine Renault 53 17.201
9 United Kingdom George Russell Williams Mercedes 53 19.742
10 France Esteban Ocon Alpine Renault 53 20.868
11 Canada Nicholas Latifi Williams Mercedes 53 23.743
12 Germany Sebastian Vettel Aston Martin Mercedes 53 24.621
13 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo Ferrari 53 27.216
14 Poland Robert Kubica Alfa Romeo Ferrari 53 29.769
15 Germany Mick Schumacher Haas Ferrari 53 51.088
  Russian Federation Nikita Mazepin Haas Ferrari 41  
  United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes Mercedes 25  
  Netherlands Max Verstappen Red Bull Honda 25  
  France Pierre Gasly AlphaTauri Honda 3  
  Japan Yuki Tsunoda AlphaTauri Honda 0  

partages
commentaires
LIVE F1 - Suivez le Grand Prix d'Italie en direct

Article précédent

LIVE F1 - Suivez le Grand Prix d'Italie en direct

Article suivant

GP d'Italie : les meilleurs tours en course

GP d'Italie : les meilleurs tours en course
Charger les commentaires
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021