GP de Malaisie : le promoteur s'est senti "dupé" par Ecclestone

partages
commentaires
GP de Malaisie : le promoteur s'est senti
Par : Lawrence Barretto
3 mai 2017 à 08:33

L'organisateur du Grand Prix de Malaisie de Formule 1 a déclaré s'être senti "arnaqué" et "dupé" quand il a entendu que Bernie Ecclestone avait admis que les circuits payaient trop cher pour accueillir la discipline.

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid mène au départ
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid mène au départ alors que Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid revient après une collision
Bernie Ecclestone, président d'honneur de la F1
Bernie Ecclestone, Franz Tost, Team Principal Scuderia Toro Rosso
Bernie Ecclestone, Christian Horner, team principal Red Bull Racing

L'épreuve disputée à Sepang va quitter le calendrier de la F1 en fin de saison 2017, après 18 ans au programme, mais va continuer son chemin avec le MotoGP. Le circuit fut le premier d'une série de pistes construites spécifiquement pour la F1 dans de nouveaux territoires.

Plusieurs de ces nouvelles destinations ont connu des difficultés financières, les GP de Corée du Sud et d'Inde n'ayant pas duré longtemps, et l'ancien responsable commercial de la F1, Bernie Ecclestone, a concédé le mois dernier que de tels circuits "ne peuvent pas faire fonctionner cela" car son organisation "les faisaient trop payer pour ce que nous fournissons".

Le responsable du circuit de Sepang, Dato' Razlan Razali, a exprimé sa déception face aux commentaires d'Ecclestone. "Je me sens juste arnaqué d'une certaine façon, même si nous n'étions pas forcés de signer l'accord", a-t-il expliqué à Motorsport.com. "Mais faire une déclaration comme cela, comment devons-nous nous sentir ?"

"Tout ce temps, nous avons trop payés et nous n'avons pas eu ce que nous voulions, comme des bonnes courses et l'accès aux pilotes et aux équipes. Bien sûr, personne ne nous a mis un revolver sur la tête, mais arriver avec des commentaires comme celui-ci, c'est pire. C'est comme si nous avions été dupés et que nous n'avions pas eu ce pourquoi nous avons payé."

Ecclestone a répondu à la charge de Razali dans un entretien pour Reuters. "Personne ne l'a fait passer pour stupide, et c'est difficile de faire passer les gens pour stupides. S'ils le sont, ils le sont. Ils ont fait un très bon travail avec les motos, il est tombé amoureux des courses de moto et ils en tirent visiblement de l'argent."

"Avec la Formule 1, ils ne font pas d'argent, et ce que j'ai dit était que nous n'avons pas fourni ce qu'ils ont acheté. Ce n'est pas notre faute. Nous ne faisons pas le spectacle. Mais heureusement maintenant, si Ferrari poursuit son travail et que les autres font de même, nous aurons une très bonne compétition, et ensuite les choses devraient être bien meilleures pour les promoteurs. Ils devraient pouvoir vendre des billets."

Quand il lui est demandé s'il avait discuté avec Liberty Media suite aux déclarations d'Ecclestone, Razali déclare : "Nous en avons parlé mais ça ne sert à rien de discuter du passé. Nous voulons nous assurer que le GP de Malaisie est un grand spectacle pour sa dernière année."

Sepang a indiqué qu'une chute du nombre de spectateurs et de l'audience à la télévision ont conduit le gouvernement, qui a financé la course, à demander une fin anticipée du contrat qui courait pourtant jusqu'en 2018. 

Razali a expliqué avoir eu "un certain nombre de discussions" avec les nouveaux propriétaires de la F1, Liberty Media, concernant l'accord, mais qu'ils n'ont pas pu trouver le moyen de continuer. "Ils ont tenté de nous faire rester, mais, pour moi, pas assez fortement pour nous faire reconsidérer [notre position]. Nous leur avons parlé longuement à Bahreïn. Liberty a proposé de réduire les frais d'entrée, mais l'offre n'était pas assez attractive pour continuer, même jusqu'en 2018."

Article suivant
Villeneuve : Alonso a une chance "infime" de coiffer la Triple couronne

Article précédent

Villeneuve : Alonso a une chance "infime" de coiffer la Triple couronne

Article suivant

Terry Fullerton, le meilleur rival d'Ayrton Senna (3/3)

Terry Fullerton, le meilleur rival d'Ayrton Senna (3/3)
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Lawrence Barretto
Type d'article Actualités