Un GP du New Jersey possible si Liberty et les équipes y contribuent ?

Annoncé pour 2013, le Grand Prix du New Jersey n'a finalement jamais vu le jour. Néanmoins, le projet n'a jamais été totalement abandonné, et la volonté de Liberty Media de renforcer la présence de la F1 aux États-Unis entretient sa durée de vie.

D'après Ross Brawn, organiser un tel Grand Prix serait toujours envisageable, mais dans des conditions toutefois très différentes de ce qui s'est fait jusqu'à présent. La question peut trouver un lien très direct avec l'épineux sujet de la redistribution des revenus de la F1 entre les  équipes.

Cette répartition, régie par les Accords Concorde valables jusqu'en 2020, fait l'objet de nombreuses critiques pour son caractère inéquitable, puisque certaines écuries bénéficient de bonus conséquents en raison d'un statut "historique", peu importe leurs résultats. Par ailleurs, la FIA a fait de la réduction des coûts son cheval de bataille, et le sujet a souvent fait l'objet de tensions avec le Formula One Group.

"Il y aura toujours des différences d'opinion, il y aura des visions différentes et des sujets parfois un peu chauds", confie Ross Brawn à Motorsport.com quant aux relations entre les deux entités. "Mais je crois qu'au cœur de tout ça, il y a une grosse volonté de coopérer. Le problème majeur, nous le savons tous, c'est la distribution des revenus, et ça doit être… les discussions doivent commencer en sachant où chacun se situe, puis nous pouvons commencer à trouver des solutions. Nous ne voulons pas nous retrouver dans une 'impasse mexicaine' en 2020, c'est ce qui est arrivé la dernière fois."

Un financement par tous les acteurs ?

Reverser moins d'argent aux écuries pour encourager une réduction de leurs coûts, et pour que la F1 l'utilise elle-même via des investissements profitables à toute la discipline peut-il alors être envisagé ?

"Oui, ce serait bien !" répond Brawn, responsable de l'aspect sportif auprès de Chase Carey. "Je ne sais pas encore quelles sont les solutions. Je pense que nous devons en débattre. Si nous pouvons le démontrer, OK. Le détenteur des droits commerciaux investit de l'argent dans la discipline, nous avons un retour sur investissement d'environ 30%, ne pouvons-nous pas tous trouver des solutions qui tirent la F1 vers le haut ?"

Ross Brawn utilise ainsi un cas concret. Selon lui, changer totalement le modèle de répartition des revenus pourrait encourager l'ensemble des acteurs de la F1 à mener des projets communs et bénéfiques pour tout le monde.

"Nous voulons une course à New York, ce qui serait selon moi fabuleux", cite-t-il en exemple. "Je doute, si nous y allons, que nous trouvions un promoteur qui va supporter les coûts pour le faire, car le site que j'ai vu est sensationnel, mais c'est une tâche immense. Ça traverse la rivière, le même endroit qu'avant. On voit Manhattan, et si l'on pouvait faire une course au coucher de soleil ou en nocturne, ce serait absolument sensationnel. Mais quand on voit les infrastructures qu'il faut pour le faire, les tribunes qu'il faut sur des pontons, et tout le reste, c'est un investissement énorme."

"Je pense que Liberty est prêt à se joindre à ça. Mais ça nécessite que tout le monde s'y joigne. Si nous sentons que c'est ce qui est bon pour la F1 à long terme, il faut investir de tous les côtés. Si nous pouvons réduire les coûts de participation, pourquoi les constructeurs ne seraient alors pas susceptibles d'investir de l'argent dans la discipline ?" 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags fia, new jersey, ross brawn