La F1 envisage un GP à "New York, Los Angeles, Miami ou Las Vegas"

L’entreprise américaine Liberty Media, qui a pris le contrôle de la Formule 1 officiellement ce lundi, a réaffirmé dans la foulée sa volonté d’organiser un second Grand Prix aux États-Unis, dans une grande ville.

La question du développement de la F1 au pays de l’Oncle Sam est forcément liée – que cela soit intentionnel ou non – à la nationalité de la firme qui détient désormais la discipline reine.

Même si Chase Carey explique que ce n’est pas une condition de départ, la marge de progression en Amérique du Nord est grande et avoir un second Grand Prix serait forcément une façon de saisir cette opportunité.

"Nous souhaiterions [avoir une seconde course aux États-Unis]", a-t-il expliqué à CNBC. "Les États-Unis sont clairement une opportunité pour nous. Nous n’avons pas acquis le business dépendamment du succès aux États-Unis, mais il y a de vrais avantages pour nous sur le marché US."

"Nous aimerions ajouter une course dans une ville-destination – New York, Los Angeles, Miami ou Las Vegas –, un endroit où les gens viendraient pour un événement d’une semaine qui aurait de multiples dimensions, avec la course au centre."

Un autre aspect du cahier des charges de Liberty semble être la question de la promotion et de l’événementiel autour des Grands Prix. "Je pense qu’il y a une opportunité du coté des événements. Rendre nos événements plus grands, plus vastes, meilleurs – je parlais d’avoir 21 courses, nous devrions avoir 21 Super Bowls."

"Nous avons seulement une course dans chaque pays et nous devrions en faire des spectacles somptueux, avec du divertissement et de la musique, des événements qui s’emparent de la ville entière, pas seulement des événements sur le circuit. C’est une opportunité pour nous de faire progresser petit à petit cette dimension du business."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags calendrier, chase carey