Encore trop tôt pour décider de l'avenir du GP des États-Unis

Le patron du Circuit of the Americas (COTA), Bobby Epstein, estime qu'il est trop tôt pour se prononcer sur le sort du Grand Prix des États-Unis de 2020 et n'est pas pressé de voir la F1 prendre une décision.

Encore trop tôt pour décider de l'avenir du GP des États-Unis

Même si cela n'a pas été officiellement annoncé, dans l'attente de la confirmation de la seconde partie du calendrier 2020 de F1, le GP des États-Unis est théoriquement prévu à sa date originale du 25 octobre. Cette épreuve pourrait être précédée par le GP du Canada, en lice pour le 11 octobre si un accord peut être trouvé avec les autorités locales, avant le Mexique le 1er novembre et le Brésil le 8 novembre. Là encore, sous réserve d'officialisation et d'en savoir un peu plus sur la suite de la campagne au-delà du GP d'Italie le 6 septembre.

La mise en place d'épreuves hors Europe est forcément plus compliquée en raison des voyages qu'elles impliquent et de leurs coûts. La Formule 1 souhaite l'organisation de ces Grands Prix long-courriers à la condition que des droits d'entrée soient payés, même si ces derniers ne devaient pas être au niveau habituel.

Lire aussi :

Le circuit d'Austin est dans une situation particulièrement difficile car la course est financée par l'État du Texas et ce soutien est dépendant des sommes dépensées par les fans qui visitent la région au moment de la course. De plus, l'État a récemment été victime d'une recrudescence du nombre de cas de COVID-19.

"Je ne sais pas si nous pouvons dire que la course aura lieu ou non", a déclaré Epstein à Motorsport.com"Une décision va être prise, mais elle n'a pas encore été prise. Je pense que la F1 fait tout pour avoir une course, si elle le peut. Nous n'avons pas besoin de faire pression pour avoir une réponse."

"Je compatis avec Chase [Carey], et toutes les choses qu'il doit mettre en balance, et j'ai confiance dans le fait qu'il va parvenir au plus grand nombre de destinations possible tout en évitant de bloquer les gens et les équipes et de ne pas pouvoir se rendre à la prochaine course, ou de devoir en annuler une à la dernière minute."

Selon Epstein, le COTA n'a pas besoin d'être averti longtemps à l'avance pour organiser un événement à huis clos. "Pour nous, il est facile d'organiser une course avec un préavis très court ; nous aurions probablement besoin de trois semaines. Nous sommes prêts, il suffit d'allumer les lumières. La F1 a des plans pour séparer les équipes et travailler avec un personnel limité."

"Faire venir du public demande plus de planification et plus de temps pour l'embauche et la préparation. Ils peuvent attendre jusqu'à la toute dernière minute pour décider s'ils veulent faire une course sans public chez nous, mais je ne pense pas qu'ils vont le faire. Je pense qu'ils vont bientôt prendre une décision, pas seulement en fonction d'Austin, mais aussi du Mexique et du Canada."

"Vous devez avoir confiance dans le fait qu'ils vont faire ce qui est dans l'intérêt à long terme de I'activité, et cette définition sera différente cette année par rapport à une année normale. Je pense que s'ils peuvent rester dans une zone limitée [l'Europe] et disputer toutes les courses, je soutiens cette idée. S'ils peuvent venir au Texas dans le cadre d'une tournée en Amérique du Nord, j'aimerais beaucoup."

Lire aussi :

Epstein reconnaît que l'aspect commercial est une question importante pour le COTA. "Nous ne sommes pas différents des autres promoteurs, nous devons obtenir ce qui fonctionne pour nous. Peut-être que les définitions de ce qui fonctionne sont différentes d'un lieu à l'autre. Mon intérêt est de voir la discipline bien se porter et rester en bonne santé, et nous sommes tous unis sur ce point. Si cela signifie ne pas avoir de course pendant un an sur notre circuit, alors l'objectif à long terme sera atteint."

"Si cela signifie qu'en tant que promoteurs, nous devons faire des sacrifices d'un point de vue financier, je pense que tout le monde est prêt à le faire. Cela dépend simplement de ce qui est réellement demandé et de ce qui peut être fait. Une chose que nous partageons tous, c'est l'intérêt commun de voir la F1 survivre à ce qui va être une année très difficile. Mais je pense que les fans le comprennent tous, et en tant que promoteur, je me rends compte des efforts qu'ils doivent faire et de ce qu'ils doivent endurer, j'apprécie ce qu'ils font. L'incertitude actuelle est acceptable."

Epstein affirme qu'il n'a pas évoqué la tenue du GP avec les autorités locales ou nationales : "En fait, je n'ai pas eu de conversations avec elles. Il n'y a aucune raison d'avoir de telles discussions avec elles pour le moment."

Avec Adam Cooper 

partages
commentaires
Brown craint une saison 2020 plus courte qu'espéré

Article précédent

Brown craint une saison 2020 plus courte qu'espéré

Article suivant

La rapidité du Red Bull Ring oblige à "être très précis"

La rapidité du Red Bull Ring oblige à "être très précis"
Charger les commentaires
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021