GP3 - La guerre des filles : Carmen Jorda (3/3)

Le GP3 a accueilli trois filles cette saison : Alice Powell, Vicky Piria et Carmen Jorda

Le GP3 a accueilli trois filles cette saison : Alice Powell, Vicky Piria et Carmen Jorda. Si chacune d’entre elles a réalisé sa première saison de GP3 en 2012, leurs destins ont divergé, et celui de Jorda aura été de terminer en 28e place du championnat, au sein de l’équipe Ocean Racing Technology.

Elle avait à ses côtés le champion en titre d’AutoGP Kevin Ceccon, 9e au championnat, ainsi que l’Irlandais Robert Cregan, 22e au tableau des scores. A l’instar de Vicky Piria, le meilleur résultat de la jeune espagnole fut décroché à Monaco, à hauteur de la 13e place.

Il serait facile de tirer sur l’ambulance devant ces chiffres bruts, mais contrairement à certains de ces camarades, Carmen Jorda ne connaissait pas tous les circuits empruntés par le GP3 ou disposait d’une expérience faible sur ces tracés. Excepté 2012, sa dernière année de compétition remonte à 2010 lors de plusieurs courses du championnat Indy Lights : “Courir en Indy Lights, c’était une très bonne expérience”, juge-t-elle. “Courir là-bas est très différent, mais j’apprécie tout autant courir ici, en Europe. Je suis espagnole, et la présence de Fernando Alonso a intéressé de nombreuses personnes qui sont férues de sport automobile aujourd’hui, donc l’intérêt est grand. Ici, il y a plus de technologie, de professionnels et j’aime la façon dont ils travaillent.”

Selon l’intéressée, la saison 2012 de GP3 allait être difficile pour elle, et elle ne cachait pas d’en être consciente : “Je savais que le GP3 allait être un championnat difficile, car comparé à l’IndyLights où seules 15 voitures s’affrontaient, le plateau est plus fourni, ce qui est plus complexe. Les circuits arpentés cette saisons, je ne les connaissais pas beaucoup, je dois donc tous les apprendre ou réapprendre, en plus de m’adapter au championnat et à la GP3/10. Cette année est donc difficile, mais j’étais consciente d’entrée de jeu que cela allait être le cas”, conclut-elle.

Mais cela ne la décourage toutefois pas, d’autant plus qu’elle se fixe d’ores et déjà des objectifs pour 2013 si elle continue le GP3 : “L’année prochaine, j’espère de nouveau courir en GP3 : j’aime ce championnat, désormais j’ai plus d’expérience et je sais comment cela fonctionne. L’année prochaine, ce serait bien d’être dans le top 10. En plus, la monoplace est nouvelle : le moteur est nouveau, cela laisse augurer d’une bonne monture, plus puissante qu’avec le moteur turbo actuel”, s’enthousiasme-t-elle. Carmen Jorda nous offre en supplément le mot de la fin sur ce dossier consacré aux jeunes femmes pilotes : “Les gens comparent les filles entre elles, car elles sont naturellement peu nombreuses à faire de la compétition.” L’histoire nous dira si l’une d’entre elles atterrira en Formule 1 dans le futur, avant de peut-être susciter davantage de vocations chez les plus jeunes qui prendront ensuite la relève ? En tous cas, celle qui a été comparée à Danica Patrick dans les médias américains en 2010 sait de quoi elle parle.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso , Carmen Jorda , Danica Patrick , Kevin Ceccon , Vicky Piria , Robert Cregan , Alice Powell
Type d'article Actualités