Le coup de fil qui a scellé le sort du Grand Prix d'Australie

Un coup de téléphone tardif entre Ola Källenius, PDG de Daimler, et Toto Wolff, directeur de l'écurie Mercedes en Formule 1, a scellé le sort du Grand Prix d'Australie, selon les informations de Motorsport.com.

Le coup de fil qui a scellé le sort du Grand Prix d'Australie

Après la confirmation du fait qu'un membre de l'équipe McLaren avait contracté le coronavirus, la structure basée à Woking a déclaré forfait pour la manche d'ouverture de la saison de F1 dès jeudi soir. Cela a entraîné une réunion des autres teams avec Ross Brawn, manager sportif de la F1, pour discuter de la suite des événements ; Jean Todt, président de la FIA, s'est joint à eux par téléphone.

Lire aussi :

Le consensus était que les écuries allaient voter quant au sort du reste du week-end, la majorité l'emportant : les instances dirigeantes ne pouvaient annuler le Grand Prix que si quatre autres équipes déclaraient forfait. L'Article 5.7 du Règlement Sportif indique en effet : "Un Événement peut être annulé si moins de 12 voitures peuvent y participer."

Les options présentées étaient soit l'annulation, soit la participation aux essais libres du vendredi – avec ou sans spectateurs. Si la F1 traversait cette journée sans nouveau cas de coronavirus, elle pouvait alors tenter de poursuivre le week-end de Melbourne. Selon nos informations, à ce stade, la Scuderia Ferrari se montrait déjà claire sur le fait qu'elle n'allait en aucun cas continuer les festivités ; c'est pourquoi Sebastian Vettel a quitté l'Australie dès le lendemain matin.

Si Haas et Williams se sont abstenus, quatre teams étaient en faveur de la participation aux essais libres (Mercedes, Red Bull, AlphaTauri et Racing Point), tandis que quatre autres étaient clairement contre : Ferrari, Alfa Romeo, Renault et McLaren (qui était déjà forfait). En cas d'égalité, c'était à Brawn de trancher, et le Britannique préférait mener le vendredi comme prévu avant de réévaluer la situation.

Ross Brawn, directeur général, FOM

La motion a été officialisée, et les directeurs d'équipe ont quitté la réunion en croyant que les essais libres allaient avoir lieu. C'est alors que Wolff a reçu un appel de son patron, Källenius, qui souhaitait discuter de l'impact de la situation liée au coronavirus et de ce que devrait faire Mercedes avec son écurie. Selon nos informations, Källenius a laissé Wolff maître de la décision finale et ne lui a donc pas donné d'ordre, mais a fait savoir son inquiétude quant à la détérioration de la situation en Europe. Wolff en a pris note, a téléphoné à Brawn et l'a informé qu'il ne souhaitait plus poursuivre le week-end.

Il y avait ainsi cinq équipes prêtes à déclarer forfait, soit dix voitures disponibles seulement. C'était suffisant pour que les dirigeants de la F1 informent l'Australian Grand Prix Corporation, vendredi matin, que l'annulation de la course était inéluctable. Il est important de souligner qui a tiré sur la gâchette : si le détenteur des droits commerciaux avait agi unilatéralement, il risquait de laisser filer les frais d'inscription au calendrier payés par les promoteurs.

À ce stade, les promoteurs australiens comptaient poursuivre le week-end, avec ou sans la Formule 1. Mais cette dernière a tout annulé à 9h le vendredi matin. En parallèle, l'État de Victoria a annoncé qu'en raison du coronavirus, les spectateurs n'allaient pas être autorisés à assister à l'événement. Il n'y avait plus d'autre choix que d'y mettre fin.

partages
commentaires
Comment la F1 peut réintégrer des GP reportés au calendrier
Article précédent

Comment la F1 peut réintégrer des GP reportés au calendrier

Article suivant

Horner révèle qu'un confinement du paddock a été envisagé

Horner révèle qu'un confinement du paddock a été envisagé
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021