Le coup de fil qui a scellé le sort du Grand Prix d'Australie

Un coup de téléphone tardif entre Ola Källenius, PDG de Daimler, et Toto Wolff, directeur de l'écurie Mercedes en Formule 1, a scellé le sort du Grand Prix d'Australie, selon les informations de Motorsport.com.

Le coup de fil qui a scellé le sort du Grand Prix d'Australie
Charger le lecteur audio

Après la confirmation du fait qu'un membre de l'équipe McLaren avait contracté le coronavirus, la structure basée à Woking a déclaré forfait pour la manche d'ouverture de la saison de F1 dès jeudi soir. Cela a entraîné une réunion des autres teams avec Ross Brawn, manager sportif de la F1, pour discuter de la suite des événements ; Jean Todt, président de la FIA, s'est joint à eux par téléphone.

Lire aussi :

Le consensus était que les écuries allaient voter quant au sort du reste du week-end, la majorité l'emportant : les instances dirigeantes ne pouvaient annuler le Grand Prix que si quatre autres équipes déclaraient forfait. L'Article 5.7 du Règlement Sportif indique en effet : "Un Événement peut être annulé si moins de 12 voitures peuvent y participer."

Les options présentées étaient soit l'annulation, soit la participation aux essais libres du vendredi – avec ou sans spectateurs. Si la F1 traversait cette journée sans nouveau cas de coronavirus, elle pouvait alors tenter de poursuivre le week-end de Melbourne. Selon nos informations, à ce stade, la Scuderia Ferrari se montrait déjà claire sur le fait qu'elle n'allait en aucun cas continuer les festivités ; c'est pourquoi Sebastian Vettel a quitté l'Australie dès le lendemain matin.

Si Haas et Williams se sont abstenus, quatre teams étaient en faveur de la participation aux essais libres (Mercedes, Red Bull, AlphaTauri et Racing Point), tandis que quatre autres étaient clairement contre : Ferrari, Alfa Romeo, Renault et McLaren (qui était déjà forfait). En cas d'égalité, c'était à Brawn de trancher, et le Britannique préférait mener le vendredi comme prévu avant de réévaluer la situation.

Ross Brawn, directeur général, FOM

La motion a été officialisée, et les directeurs d'équipe ont quitté la réunion en croyant que les essais libres allaient avoir lieu. C'est alors que Wolff a reçu un appel de son patron, Källenius, qui souhaitait discuter de l'impact de la situation liée au coronavirus et de ce que devrait faire Mercedes avec son écurie. Selon nos informations, Källenius a laissé Wolff maître de la décision finale et ne lui a donc pas donné d'ordre, mais a fait savoir son inquiétude quant à la détérioration de la situation en Europe. Wolff en a pris note, a téléphoné à Brawn et l'a informé qu'il ne souhaitait plus poursuivre le week-end.

Il y avait ainsi cinq équipes prêtes à déclarer forfait, soit dix voitures disponibles seulement. C'était suffisant pour que les dirigeants de la F1 informent l'Australian Grand Prix Corporation, vendredi matin, que l'annulation de la course était inéluctable. Il est important de souligner qui a tiré sur la gâchette : si le détenteur des droits commerciaux avait agi unilatéralement, il risquait de laisser filer les frais d'inscription au calendrier payés par les promoteurs.

À ce stade, les promoteurs australiens comptaient poursuivre le week-end, avec ou sans la Formule 1. Mais cette dernière a tout annulé à 9h le vendredi matin. En parallèle, l'État de Victoria a annoncé qu'en raison du coronavirus, les spectateurs n'allaient pas être autorisés à assister à l'événement. Il n'y avait plus d'autre choix que d'y mettre fin.

partages
commentaires
Comment la F1 peut réintégrer des GP reportés au calendrier
Article précédent

Comment la F1 peut réintégrer des GP reportés au calendrier

Article suivant

Horner révèle qu'un confinement du paddock a été envisagé

Horner révèle qu'un confinement du paddock a été envisagé
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021