Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
46 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
53 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
67 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
81 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
95 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
102 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
116 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
130 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
137 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
151 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
158 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
172 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
186 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
214 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
221 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
235 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
242 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
256 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
270 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
277 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
291 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
305 jours

Constituer un gros stock moteur : le pari payant de McLaren

partages
commentaires
Constituer un gros stock moteur : le pari payant de McLaren
Par :
17 nov. 2017 à 10:45

Avec la septième place de Fernando Alonso à Interlagos, McLaren pense avoir récolté les fruits de sa stratégie de fin de saison : accumuler les pénalités moteur pour disposer d'un nombre conséquents de pièces neuves.

Eric Boullier, directeur de la compétition de McLaren
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, dépasse Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren MCL32, Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17, Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17, Felipe Massa, Williams FW40, lors du tour de formation
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Felipe Massa, Williams FW40, Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren MCL32, au stand
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13, dépasse Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren

McLaren avait de plus ou moins longue date coché les Grands Prix du Brésil et d'Abu Dhabi comme présentant chacun une piste capable de sourire à la MCL32, par opposition à certains autres tracés. Dans le contexte de manque de fiabilité et de performance du bloc Honda que l'on connaît, l'écurie de Woking a donc choisi de sacrifier les week-ends précédents en accumulant des pénalités, afin de disposer à coup sûr de plusieurs unités de puissance affichant un faible kilométrage pour les deux dernières manches de la saison.

C'est ainsi que Fernando Alonso a utilisé à Interlagos une unité de puissance le vendredi, avant de changer de bloc propulseur le samedi sans avoir à purger de pénalité. Il s'est qualifié en sixième position sur la grille de départ, puis a pu mener une course solide, sans le moindre accroc, pour aller chercher les points de la huitième position.

"Nous avons évidemment pris beaucoup de pénalités avant pour essayer de protéger le Brésil et Abu Dhabi", admet Éric Boullier, directeur de la compétition de McLaren, auprès de Motorsport.com. "Nous avons utilisé beaucoup de moteurs avant, juste pour nous assurer d'avoir des pièces neuves ici [à Sao Paulo]. Il faut essayer quelque chose, et nous avons décidé de préserver un certain kilométrage. À Mexico, nous étions plus compétitifs que prévu, et nous avons quand même fait une bonne course. C'était donc bien de connaître un week-end sans ennui."

Pour le dernier Grand Prix de la saison, l'écurie de Woking espère que les caractéristiques du tracé d'Abu Dhabi, en certains points similaires à un tracé urbain, favoriseront sa monoplace. "Le premier et le troisième secteurs devraient être bons, le deuxième secteur devrait évidemment être plus difficile, donc nous verrons", lâche Éric Boullier.

Alonso le gestionnaire

Ce dernier a également salué la performance de Fernando Alonso au Brésil, puisque le double Champion du monde devait tout de même composer en course avec un déficit de vitesse de pointe forcément handicapant sur un tel tracé.

"Il a très bien géré la manière dont il utilisait l'énergie de la voiture, en la coupant dans les parties du circuit où ça n'était pas obligatoire, et en l'utilisant davantage dans la ligne droite", précise Éric Boullier. "Il a énormément essayé de gérer lui-même, et il a fait du très bon travail. Le plan était de rester dans la zone DRS de Massa pour nous protéger, c'était la seule façon de faire."

Article suivant
La Ferrari de l’ultime victoire de Schumacher à Monaco vendue 6,4 M€

Article précédent

La Ferrari de l’ultime victoire de Schumacher à Monaco vendue 6,4 M€

Article suivant

Steiner sur les commissaires : "Ça ne s'arrange pas"

Steiner sur les commissaires : "Ça ne s'arrange pas"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes McLaren Boutique
Auteur Adam Cooper