Grosjean en colère contre Sainz : "Ça me rappelle Spa 2012"

Le pilote Haas a décroché le point de la dixième place à Montréal, mais ne décolère pas après l'accrochage provoqué dans le premier tour de course par Carlos Sainz.

Avec des incidents devant lui qui lui ont permis de réintégrer le top 10, Romain Grosjean a signé sa troisième entrée consécutive dans les points à Montréal. Une unité supplémentaire à son compteur, qui n'était pas sa préoccupation première au moment de livrer sa première réaction après la course.

Ce point, le Français est allé le chercher au prix d'un relais de 69 tours auquel il a été condamné dès la première boucle, victime d'un accrochage avec Carlos Sainz à la deuxième chicane qui lui a coûté son aileron avant. Ce même accrochage qui a éliminé Felipe Massa, victime collatérale de la manœuvre très critiquée du pilote Toro Rosso.

Car Grosjean ne décolère pas. À la lutte avec Sainz, il a vu ce dernier changer plusieurs fois de trajectoire avant de le heurter dans la ligne droite précédant le deuxième enchaînement de virages du Circuit Gilles Villeneuve. "C'est une course qui a très mal commencé, avec l’accident avec Sainz", s'agace le pilote Haas. "Je suis vraiment fâché de sa manœuvre. Lui dit qu’il ne m’a pas vu. Mais tourner deux fois sur la droite, c’est dangereux."

Et Grosjean de comparer l'incident à celui qu'il avait lui-même provoqué en 2012 à Spa-Francorchamps, dès l'extinction des feux, lui valant à l'époque un Grand Prix de suspension : "Ça me rappelle un peu Spa 2012, dans l’idée. Après, il shoote tout le monde. Je suis assez fâché avec la manière dont il s’est comporté."

"Il n'y a pas grand-chose à dire. J'étais à l'intérieur, Carlos était à l'extérieur puis il a tourné deux fois à droite. Je suis d'abord allé dans l'herbe, puis j'ai réussi à revenir sur la piste et il m'a heurté une seconde fois. Pour moi, c'est assez dangereux. Heureusement, rien de plus ne s'est produit au virage 3, car ça aurait pu être pire."

Condamné à cet arrêt très prématuré, il a ensuite fait son possible pour remonter jusqu'au dixième rang, non sans batailler dans le peloton, notamment face à Lance Stroll."Avec un arrêt aussi tôt dans la course, il fallait faire 69 tours avec le même train de pneus. Ce n’était pas forcément agréable à piloter mais on a eu la bonne étoile", conclut-il. 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Sous-évènement Course
Circuit Circuit Gilles-Villeneuve
Pilotes Romain Grosjean , Carlos Sainz Jr.
Équipes Haas F1 Team
Type d'article Réactions
Tags accrochage, montreal