Grosjean et les données usine : Lotus se voyait champion en 2014

Romain Grosjean a comparé l'actuelle difficulté de corrélation entre les données de la soufflerie et celles de la piste à ce qu'avait rencontré l'équipe Lotus en 2014.

Grosjean et les données usine : Lotus se voyait champion en 2014
Charger le lecteur audio

Romain Grosjean explique que Lotus avait tant confiance dans les chiffres issus de la soufflerie d'Enstone qu'il lui avait été expliqué que la monoplace serait alors une arme potentielle pour le titre mondial, alors qu'entrait en vigueur la nouvelle réglementation hybride. Au lieu de cela, l'E22 à moteur Renault avait seulement réalisé de tristes performances en piste, menant à une saison désastreuse pour l'équipe, qui n'avait signé que la huitième place au Championnat du monde des constructeurs. Grosjean explique qu'il s'agit-là d'un modèle-type de chiffres en piste non corrélés avec ceux obtenus dans les simulations à l'usine, avant de ramener la comparaison à ce qu'il rencontre actuellement chez Haas, promesses folles en moins ! 

"Un bon exemple est Lotus en 2014", estime l'expérimenté pilote. "On m'avait dit en janvier 2014 que l'auto était assez bonne pour être championne du monde, ce que j'ai cru à l'époque avec joie ! Mais bien évidemment, ça n'a pas été le cas. Ce que nous voyions dans la soufflerie et ce que nous voyions en piste était très différent, et il avait fallu presque jusqu'à Budapest pour que tout le monde soit déjà d'accord [là-dessus] et comprenne que nous avions de gros problèmes de corrélation. Ils ont vraiment bien travaillé après ça et l'ont compris, et c'est la raison pour laquelle 2015 a été une bien meilleure année."

Lire aussi :

 

Expectations vs reality ! 

Celui qui essaie de diriger les efforts de Haas dans le développement de l'auto et la compréhension de ses difficultés d'exploitation en piste depuis le début de la saison dispose d'une expérience dans le domaine. "Il y a toujours un chemin théorique en soufflerie et l'on peut y faire ce que l'on veut, mais une fois que l'on met tout ça dans la vraie vie, les choses sont toujours un petit peu différentes. Bien entendu, il s'agit de quelque chose que nous tentons de comprendre, maîtriser et améliorer pour le futur."

Grosjean poursuit en expliquant que l'équipe travaille de manière acharnée sur la résolution de ses difficultés actuelles mais que les points à corriger demeurent flous. Le syndrome est connu mais pas encore précisément sa cause. "La compréhension fait tout, et nous voyons [maintenant] des choses que nous ne voyions pas jusqu'à Budapest. Nous en savons bien plus [désormais] mais avons encore besoin de trouver exactement quelle partie de la voiture génère ces soucis."

 

Haas dispose par ailleurs d'un outil inestimable avec les ressources de Ferrari, dont les résultats récents sont éprouvés. Reste à trouver le ver dans la pomme. "Je sais que les données qu'ils ont trouvé dans la soufflerie sont réelles et que celles que nous collectons en piste le sont aussi, mais les deux ne se corrèlent pas. Je ne vais pas blâmer qui que ce soit à propos de quelque chose que je ne comprends pas, mais nous savons quelle soufflerie nous utilisons, qu'elle est bien calibrée et qu'elle a remporté les trois dernières courses : ça doit donc fonctionner quand même."

L'équipe continue à expérimenter des choses avec différentes spécifications de voitures, et Grosjean sait à quel point il est difficile de rouler avec deux autos différentes en situation de Grand Prix et comment cela affecte le déroulement des week-ends et les résultats finaux. "C'est foutrement difficile ! Je pense que pour le moment, nous ne nous attendons pas à être extraordinairement bons où que ce soit. Nous sommes donc en tests dans le grand bain et gardons les yeux rivés sur l'an prochain. Si nous finissons par réaliser de meilleures performances que nous le pensons sur n'importe quel circuit, alors super : on le prendra ! Mais nous ne jouerons sans doute pas avec les réglages aéro. La priorité numéro 1 pour le moment est de comprendre quelle partie de la voiture a fait perdre la corrélation, qu'il s'agisse de l'aileron avant, de l'aileron arrière, des déflecteurs : peu importe."

Lire aussi :

partages
commentaires
Ricciardo se sent méprisé par les dirigeants de la F1
Article précédent

Ricciardo se sent méprisé par les dirigeants de la F1

Article suivant

Mekies : Pas de tensions entre Vettel et Leclerc chez Ferrari

Mekies : Pas de tensions entre Vettel et Leclerc chez Ferrari
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021