Grosjean et Lotus subissent de plein fouet l'absence du FRIC

A la peine depuis le début du week-end, Romain Grosjean s’élancera en quatorzième position sur lagrille de départdemain à Hockenheim, juste devant la Mercedes de Lewis Hamilton

A la peine depuis le début du week-end, Romain Grosjean s’élancera en quatorzième position sur la

grille de départ

demain à Hockenheim, juste devant la Mercedes de Lewis Hamilton. Le Français a réussi à passer l’écueil de la Q1, ce que n’est pas parvenu à faire son coéquipier Pastor Maldonado. C’est sans doute là son unique satisfaction.

« Nous nous étions fixé l’objectif d’accéder à la Q2 et nous l’avons accompli, donc c’est du très bon boulot de la part de l’équipe », confie Grosjean. « Nous ne sommes toujours pas là où nous aimerions être. Ce n’est pas l’idéal d’être en-dehors du top 10 mais la voiture ne semble pas si mauvaise. Nous avons juste perdu de l’appui. »

Clairement, le fait de rouler sans le système FRIC affecte clairement Lotus, qui n’en avait vraiment pas besoin. Et Grosjean a un début de réponse sur la question.

« L’équipe était l’une des premières à utiliser le système de suspensions interconnectées, alors le retirer implique un gros changement. Nous allons prendre la situation telle qu’elle est et en tirer le meilleur possible. »

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton , Pastor Maldonado , Romain Grosjean
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités