Grosjean : "En F1, on n'a pas le choix de dire 'Je ne viens pas'"

Romain Grosjean est revenu sur l'annulation du Grand Prix d'Australie et la façon dont il a vécu la situation à l'heure où, de retour en Suisse, il fait également face au confinement général imposé par la pandémie de COVID-19.

Grosjean : "En F1, on n'a pas le choix de dire 'Je ne viens pas'"

Alors que l'Europe plonge quasiment toute entière dans les mesures restrictives mises en place pour ralentir la propagation du coronavirus, obligeant les pilotes comme le reste de la population à rester chez eux, Romain Grosjean a accordé un entretien à Canal+. Le Français est revenu sur la gestion du Grand Prix d'Australie et la manière dont il l'avait vécu sur place, après l'annulation de l'épreuve à quelques heures de son coup d'envoi.

Lire aussi :

"C’était un peu spécial", a-t-il déclaré lors d'un entretien à distance. "J’étais très content d’aller en Australie, c’est un pays que j’adore donc je suis toujours très content d’aller là-bas. On a pu se préparer, tout était finalement bien. L’ambiance dans le paddock était un peu spéciale, on ne va pas se mentir, ce n’était pas l’ambiance qu’on a l’habitude d’avoir : beaucoup de questions sur le coronavirus, 'qu’est-ce qu’on fait là', si on avait le choix... Ben non, en Formule 1 on n’a pas le choix de dire ‘je viens, je ne viens pas’. Quand il y a une course, vous venez malgré les circonstances et on fait avec, donc on était sur place."

"Honnêtement, je suis déçu de la façon dont ça a été organisé, parce qu’annuler à deux heures des Essais Libres 1 alors que sur les 3000 personnes qui voyagent pour la Formule 1, de toute façon, on allait avoir un cas, c’était sûr à 99,99%... Donc tout annuler à deux heures des EL1 c’était un peu bizarre. Soit on aurait dû annuler avant, soit après, mais à ce moment-là, il n’y avait pas de plan et ça a manqué un petit peu."

"Il fallait que la F1 lance des messages"

Certains membres de l'équipe Haas ont fait partie des premiers cas inquiétants en lien avec le coronavirus à Melbourne, avant d'être testés négatifs, contrairement à l'employé de McLaren dont le cas positif a précipité la chute du Grand Prix. Grosjean a-t-il ressenti une inquiétude au moment où le doute s'emparait de son écurie ? "Je ne peux pas dire non car ce ne serait pas correct. Maintenant, on est tous touchés par le virus mais c’est vrai que les jeunes, on a peut-être plus de chances de passer à travers ou d’avoir quelques symptômes mais pas négatifs."

Lire aussi :

"Après, c’est si on prenait le virus sur le paddock, qu’on rentrait à l’hôtel, qu’on croisait des gens... Il y a des fans qui ne comprenaient pas qu’on ne veuille pas faire de selfie avec eux. Ce n’était pas parce qu’eux étaient malades, mais c’était 'si moi j’ai le virus, vous me demandez de faire un selfie avec votre fils, avec votre papa'. Il y a le risque [que] je lui donne le virus sans savoir que je l’ai moi. Donc il y a aussi eu un manque de communication de ce côté-là. On a essayé avec le GPDA [l'Association des pilotes de Grand Prix], autant que possible, d’expliquer à la Formule 1 qu’il fallait qu’ils lancent des messages en disant ‘écoutez, pour votre sécurité, celle des pilotes, de tout le monde, il faut qu’il y ait des barrières’."

"Après, non, j’ai toujours su qu’on allait rentrer à la maison et que les choses allaient avancer. Maintenant, au moment de l‘Australie, [on pensait que] ça ne touchait pas autant les jeunes qu’aujourd’hui. Là, les cas augmentent. Quand on était en Australie, c’étaient les vieilles personnes, les personnes souffrant de maladies ; les 30, 40, 50 ans étaient plutôt sûrs. On irait maintenant, je ferais moins le malin."

Un "rythme de folie" de 18 GP en six mois ?

Avec l'annulation ou le report des quatre premiers GP de la saison, ainsi que les doutes importants qui planent au-dessus des couses prévues en mai, le début de saison semble devoir être repoussé, au minimum, au mois de juin. Grosjean s'attend en tout cas à un programme très chargé quand les hostilités reprendront. "Absolument aucune [information sur le moment de la reprise]. En tout cas, la dernière fois que j’ai parlé à notre chef ingénieur Ayao [Komatsu], c’était lundi ou mardi, on n’avait pas les mêmes rumeurs ou infos sur le moment de la reprise."

Lire aussi :

"Pour le moment, il faut attendre. On voit tous les événements qui commencent à se décaler – je pense aux 24 Heures du Mans qui viennent d’annoncer qu’ils seraient en septembre –, donc il faut attendre. Maintenant, ce qu’on peut quasiment se dire, c’est qu’on n’aura pas de vacances cet été, on peut les annuler tout de suite. On va partir sur 18 courses en six mois et ça va être un rythme de folie."

partages
commentaires
Le Grand Prix de Monaco n'aura pas lieu en 2020

Article précédent

Le Grand Prix de Monaco n'aura pas lieu en 2020

Article suivant

Calendrier 2020 : les écuries donnent carte blanche à la F1

Calendrier 2020 : les écuries donnent carte blanche à la F1
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021