Grosjean ne sait "rien" de la décision de Haas pour l'avenir en F1

Romain Grosjean croit savoir qu'aucune décision n'a encore été prise sur l'avenir de Haas F1 au-delà de 2020 et attend avant de s'interroger sur son propre futur.

Grosjean ne sait "rien" de la décision de Haas pour l'avenir en F1

Pour le moment, aucune écurie n'a signé les Accords Concorde qui engageront les écuries en Formule 1 au-delà de 2020. Parmi l'ensemble des concurrents, la structure dont l'avenir semble le plus incertain, en dehors des questions purement économiques, est Haas.

L'équipe américaine arrivée en F1 en 2016 et bâtie sur un modèle unique, à savoir celui d'acheter le plus de pièces possibles à Ferrari, tout en concevant et faisant construire les autres par Dallara, a connu des hauts et des bas. Si la première année avait été plutôt convaincante, la seconde a été relativement discrète avant une troisième année qui l'avait vu décrocher la cinquième place chez les constructeurs.

Lire aussi :

En 2019, les résultats ont été très en deçà des attentes et, surtout, l'écurie a plus que jamais semblé souffrir de problèmes récurrents d'exploitation et de compréhension de ses monoplaces. Une situation qui, alors que la saison 2020 vient à peine de démarrer, paraît en passe de se reproduire avec des performances décevantes et des soucis techniques coûteux, comme celui des freins qui a entraîné l'abandon des deux voitures lors du GP d'Autriche.

Dans le contexte de la crise économique liée à la pandémie de COVID-19, l'avenir de Haas est toujours plus remis en question et, alors que prennent fin les précédents Accords Concorde, quitter la discipline en fin d'année ne coûterait rien de plus à Gene Haas, son fondateur. En l'absence de communication claire sur le sujet, Romain Grosjean a reconnu que cette inconnue était un problème pour son propre avenir.

"Il y a beaucoup de points d'interrogation sur ce sujet", a expliqué le Français en conférence de presse, ce jeudi en Hongrie. "Mettons les pieds dans le plat : est-ce que Haas sera encore là l'année prochaine ou pas ? C'est évidemment la question."

"Quelles autres places sont disponibles ? Bien sûr, le marché a été rapidement pas mal secoué avec l'annonce Ferrari et les choses qui ont suivi, donc nous verrons quelles seront les opportunités. Personnellement, je vais également voir ce que je veux faire, et ce dont j'aurai envie pour l'avenir. Me pencher un petit peu dessus, mais également ne pas tout précipiter et voir comment les choses se passent."

Lire aussi :

Quand il lui est demandé s'il en sait plus sur l'avenir de l'équipe, il répond : "Rien. La décision n'a pas encore été prise je crois, il n'y a rien à dire. Il faut juste que l'on court et que l'on fasse des courses comme ça a été le cas en Autriche, pour tirer le meilleur de l'équipe, de la stratégie, des pilotes et montrer le meilleur de nous-mêmes."

"Bien sûr, en fin de compte, Gene connaît la réponse, j'imagine, ou ne la connaît pas mais la donnera à un moment. Jusqu'à ce moment-là, je ne peux pas vraiment vous donner de direction. J'espère pour la F1 que Haas sera sur la grille l'an prochain. De toutes les nouvelles écuries arrivées en F1 [ces dernières années], c'est évidemment celle qui a connu le plus de réussite, [qui a] les fondations les plus solides, donc il y a assurément une place pour Haas en F1. Mais, de nouveau, je ne suis pas celui qui prend la décision. Le temps nous le dira."

Magnussen ne s'inquiète pas

De l'autre côté du garage Haas, Kevin Magnussen se veut plus détendu concernant l'avenir. "Des inquiétudes ? Pas vraiment. Je pense avoir désormais un petit peu plus d'expérience en F1, et avoir un petit peu grandi. Je ne m'inquiète pas autant de ces choses-là que quand j'étais plus jeune. Je pense que collectivement, il y a pas mal de gens qui espèrent voir l'écurie continuer, et qui aiment leur travail et l'équipe."

Lire aussi :

"Bien sûr, je suis impatient d'avoir des nouvelles et de voir si ça continue ou pas. Je ne sais pas, mais j'espère que les chances sont bonnes. J'ai la sensation que nous nous débrouillons bien. Comme Romain l'a dit, nous avons connu pas mal de réussite dans un laps de temps très court en tant qu'équipe totalement nouvelle, qui n'a pas racheté une écurie qui existait déjà."

"Débuter comme une nouvelle écurie et bien faire les choses dès le début était vraiment impressionnant à voir. Bien entendu, j'espère que ça va continuer. Comme je l'ai dit, je pense avoir un petit peu grandi et je me sens plus à l'aise dans ces situations. La F1 n'est jamais un endroit sûr, vous ne pouvez jamais prédire l'avenir. Et je pense donc juste à apprécier le moment et puis à espérer le meilleur pour l'avenir."

partages
commentaires
Pérez contacté par une autre écurie, sur fond de rumeur Vettel

Article précédent

Pérez contacté par une autre écurie, sur fond de rumeur Vettel

Article suivant

Zanardi est entré en phase de réveil, le pronostic inchangé

Zanardi est entré en phase de réveil, le pronostic inchangé
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021