Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
17 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
24 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
38 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
73 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
86 jours
04 juin
-
07 juin
EL1 dans
101 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
108 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
122 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
129 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
143 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
157 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
185 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
192 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
206 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
213 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
227 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
241 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
248 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
262 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
276 jours

Grosjean : Haas effraie Renault et continuera à le faire

partages
commentaires
Grosjean : Haas effraie Renault et continuera à le faire
Par :
9 janv. 2019 à 10:52

S'apprêtant à disputer une quatrième saison consécutive sous les couleurs de l'équipe américaine, Romain Grosjean estime que Renault devra à nouveau se méfier en 2019.

Après une saison 2018 qui a vu Renault et Haas F1 Team se disputer la quatrième place du championnat constructeurs, Romain Grosjean semble croire à une poursuite de ce duel en 2019. Le constructeur français aspire à franchir un nouveau cap et se rapprocher des top teams, notamment à travers le recrutement de Daniel Ricciardo, mais son rival américain n'est pas en reste. À plusieurs reprises l'an dernier, la Haas s'est avérée la quatrième monoplace la plus rapide du plateau, et en gommant certaines erreurs, la jeune écurie détient probablement une belle marge de progression.

Lire aussi :

En 2018, la rivalité entre les deux écuries s'est parfois tendue, avec comme point d'orgue de la crispation la réclamation déposée par Renault à l'issue du Grand Prix d'Italie. Elle avait coûté à Haas la belle sixième place de Grosjean, et les points précieux qui allaient avec. Le tout sur fond de polémique, car le Losange avait profité d'une absence de mise en conformité du fond plat sur la VF-18.

L'épisode, mal vécu dans les rangs de Haas et encore critiqué aujourd'hui, a toutefois confirmé aux yeux de Grosjean l'envergure différente prise par l'équipe dans laquelle il évolue depuis le début du projet en 2016. "Je ne crois pas que ce soit un grand geste d'esprit sportif", commente le Français en revenant sur la réclamation de Renault à Monza. "Mais oui, nous leur faisions peur, et c'est bien. Ils devraient continuer à l'être [effrayés] pour l'avenir."

Les délais de production en guise d'exemple

Sur le fond, ce qui a conduit à la situation de Monza doit aussi servir de leçon à Haas pour l'avenir. Interrogé sur les progrès à réaliser pour continuer à grandir, Romain Grosjean ne l'élude pas, et rappelle aussi que son écurie s'est inutilement exposée à la vindicte de Renault lors de ce fameux Grand Prix d'Italie, en raison de son approche différente de la F1 et du travail de sous-traitance avec Dallara.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, devant Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18

"Il y a des petites choses. Par exemple, nous ne produisons pas de pièces, donc nous devons les faire fabriquer en externe et parfois ça prend un peu trop de temps", admet-il. "C'est un exemple que je peux donner parmi d'autres, mais c'en est un. Quand ça prend trois jours [pour Renault], le faire dans notre équipe va peut-être prendre trois semaines. Comme pour le fond plat, nous n'avions pas le temps de le modifier pour Monza, c'est juste ça. Le gain de performance est nul, absolument nul, mais nous n'avions tout simplement pas le temps de le faire pour Monza, et Renault a joué là-dessus."

Avec trois saisons pleines en Formule 1 dans ses bagages, Haas doit s'affranchir de défauts qui ne pourront bientôt plus être mis sur le compte de son inexpérience. L'écurie y travaille, et ses pilotes vouent une grande confiance à leur directeur Günther Steiner pour accélérer les améliorations.

"Günther en est pleinement conscient", insiste Grosjean. "Vous savez, il comprend beaucoup de choses et c'est super de l'avoir. Nous parlons très souvent, mais il est conscient de ce que nous devons améliorer et c'est vraiment quelque chose sur quoi nous travaillons. Une partie du reste n'est qu'un processus de croissance, vouloir plus de performance, être plus rapides, faire de meilleures choses."

Article suivant
C'était un 9 janvier : Wolf vainqueur dès son premier GP

Article précédent

C'était un 9 janvier : Wolf vainqueur dès son premier GP

Article suivant

La F1 devrait supprimer la moitié de l'appui aéro, selon Tost

La F1 devrait supprimer la moitié de l'appui aéro, selon Tost
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean Boutique
Équipes Haas F1 Team , Renault F1 Team
Auteur Basile Davoine