Grosjean : "Ce n'était pas possible de finir comme ça, pas maintenant"

S'exprimant pour la première fois dans une interview depuis son terrible accident, Romain Grosjean a reconnu avoir "vu la mort arriver" et avoir pensé à Niki Lauda quand il était dans le brasier, tout en trouvant la force de sortir pour ses enfants.

Grosjean : "Ce n'était pas possible de finir comme ça, pas maintenant"

Même s'il a rapidement été vu hors de la zone de chaos de son accident au départ du GP de Bahreïn et s'il a depuis son arrivée à l’hôpital donné des nouvelles par le biais de courtes vidéos, Romain Grosjean a enregistré ce mardi sa première interview, diffusée dans le Journal de 13h de TF1. Le Français, qui a échappé à un choc initial de 53 g puis à l'encastrement de sa Haas dans le rail de sécurité avant un embrasement en raison de la rupture du système de carburant et une trentaine de secondes dans les flammes, s'est livré sur les longs instants passés à lutter pour sa survie.

Lire aussi :

"Je ne sais pas si le mot miracle existe ou si l'on peut l'utiliser, mais en tout cas je dirais que ce n'était pas mon heure", a-t-il expliqué au sujet de l'un des accidents les plus terrifiants des dernières décennies, avant de raconter : "Ça m'a paru bien plus long que 28 secondes. Je vois ma visière qui devient toute orange, je vois les flammes sur le côté gauche de la voiture."

"J'ai pensé à beaucoup de choses, notamment à Niki Lauda [pour son accident au Nürburgring en 1976, ndlr] en me disant que ce n'était pas possible de finir comme ça, pas maintenant. Je ne pouvais pas finir mon histoire en Formule 1 comme ça. Et là, pour mes enfants, je me suis dit qu'il fallait que je sorte. J'ai mis les mains dans le feu donc j'ai clairement senti que ça brûlait sur le châssis. Je suis sorti, ensuite j'ai senti quelqu'un qui me tirait sur la combinaison donc j'ai compris que j'étais dehors."

Ses trois enfants, justement, vivent différemment l'épreuve vécue par leur père. "Mon fils de 5 ans, Simon, est sûr que j'ai des pouvoirs magiques et que j'ai un bouclier d'amour magique. J'ai trois enfants et il a dit que c'est ça qui m'avait protégé, que j'avais su voler en dehors de la voiture. Ce sont des mots très forts des enfants. Mon grand, Sacha, qui a 7 ans, est plus dans le rationnel, il essaie de comprendre. Et ma petite dernière m'a fait un dessin pour les bobos de papa sur les mains."

"Presque comme une seconde naissance"

Même s'il affiche son habituel sourire et garde le moral, assurant avoir surtout redouté une issue terrible pour ses proches, Grosjean reconnaît toutefois que le retour dans une F1 est une nécessité pour lui, tout autant qu'un travail psychologique. "J'ai eu plus peur pour mes proches, bien évidemment mes enfants qui sont ma plus grande source de fierté et d'énergie, que pour moi finalement."

"Je pense qu'il va y avoir un peu de travail psychologique à faire, parce que j'ai vraiment vu la mort arriver. Les images, même à Hollywood on n'est pas capable de faire ça. C'est le plus gros crash que j'ai jamais vu de ma vie. La voiture qui prend feu, qui explose, et la batterie qui a pris feu aussi, donc ça a ajouté énormément d'énergie dans l'impact."

Lire aussi :

"Je dirais qu'il y a un sentiment d'être heureux d'être en vie, de voir les choses différemment, mais avec le besoin aussi de remonter dans la voiture, si possible à Abu Dhabi, pour terminer mon histoire avec la Formule 1 d'une autre manière. C'était presque comme une seconde naissance, et sortir des flammes ce jour-là, c'est quelque chose qui marquera ma vie à jamais. J'ai énormément de gens qui m'ont fait preuve d'amour et ça m'a beaucoup touché, et à certains moments j'ai un peu les larmes aux yeux."

Concernant, plus prosaïquement, ses blessures aux mains, il se veut là aussi rassurant : "Ça va très bien vu l'accident et les circonstances. Après j'ai envie de dire que j'ai les mains de Mickey. Mais sinon ça va. Les mouvements vont bien donc c'est le principal. Ce n'est pas plaisant mais ce n'est pas douloureux donc je ne me plains pas."

partages
commentaires

Voir aussi :

L'incendie de Grosjean préoccupe Todt : "Nous devons comprendre"

Article précédent

L'incendie de Grosjean préoccupe Todt : "Nous devons comprendre"

Article suivant

COVID-19 : Hamilton "dévasté" après avoir "pris toutes les précautions"

COVID-19 : Hamilton "dévasté" après avoir "pris toutes les précautions"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Bahreïn
Catégorie Course
Lieu Sakhir
Pilotes Romain Grosjean
Équipes Haas F1 Team
Auteur Fabien Gaillard
Imola, un test "brutal" pour les pilotes ayant changé d'écurie Prime

Imola, un test "brutal" pour les pilotes ayant changé d'écurie

Cet hiver a vu de nombreux pilotes changer d'écurie. Avec un deuxième Grand Prix organisé sur le circuit piégeur d'Imola, ces pilotes sont revenus sur leur courbe d'apprentissage et le temps nécessaire pour s'adapter à leurs nouvelles montures.

Formule 1
21 avr. 2021
La force de Mercedes avec ses pneus est-elle sa plus grande faiblesse ? Prime

La force de Mercedes avec ses pneus est-elle sa plus grande faiblesse ?

Mercedes a quitté Imola en conservant la tête des deux classements généraux mais ne se fait aucune illusion sur la menace que représente Red Bull.

Formule 1
20 avr. 2021
Les notes du Grand Prix d'Émilie-Romagne 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Émilie-Romagne 2021

Après le Grand Prix d'Émilie-Romagne, deuxième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
19 avr. 2021
À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie Prime

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

Formule 1
17 avr. 2021
Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc Prime

Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc

La Scuderia Ferrari a débarqué à Imola après une bonne performance lors de la manche d’ouverture à Bahreïn. Mais pour Charles Leclerc, il reste encore du travail pour que Ferrari retrouve la place qu'elle mérite.

Formule 1
16 avr. 2021
Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ? Prime

Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ?

En Formule 1, trois semaines d’attente entre deux courses paraissent être une éternité. Avec un calendrier 2021 déjà modifié, les équipes se rendent à Imola pour reprendre la compétition après une manche d’ouverture exaltante à Bahreïn. Voici les différents enjeux et scénarios attendus pour ce Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Formule 1
15 avr. 2021
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Formule 1
14 avr. 2021
Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

Formule 1
13 avr. 2021