Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Grosjean reste "stupéfait" par sa pénalité face à Ocon

partages
commentaires
Grosjean reste "stupéfait" par sa pénalité face à Ocon
Par :
28 juin 2018 à 13:58

Après avoir revu les images embarquées du départ du Grand Prix de France, Romain Grosjean ne comprend toujours pas la pénalité qu'il a reçue. Il a tout de même présenté ses excuses à Esteban Ocon, mais elles sont restées lettre morte.

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team, parcourt la piste à pied avec son équipe
Esteban Ocon's Force India VJM11, revient au stand
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18, Sergio Perez, Force India VJM11
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Esteban Ocon, Force India F1, Romain Grosjean, Haas F1 et Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso
Günther Steiner, Team Principal, Haas F1, et Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18, devant Sergio Perez, Force India VJM11
Esteban Ocon, Force India F1 lors de la parade des pilotes
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18, et Esteban Ocon, Force India VJM11, dans la voie des stands
Esteban Ocon, Force India VJM11

Quatre jours après le Grand Prix de France, Romain Grosjean a pu revenir à froid sur la situation qui l'a opposé à Esteban Ocon au départ de la course dimanche dernier. Pointé du doigt par le pilote Force India pour s'être décalé trop brusquement dans la ligne droite, le pilote Haas avait finalement écopé d'une pénalité le privant de toute lutte pour les points, tandis qu'Ocon avait abandonné dès le premier tour après un deuxième incident, survenu avec Pierre Gasly.

Depuis le rendez-vous du Castellet, Grosjean s'est penché sur les images de la course, et plus particulièrement sur les caméras embarquées. Verdict : le point de vue du pilote français n'a absolument pas changé, au contraire, il a été conforté dans son absence de culpabilité !

"Dites-moi ce que j'ai fait de mal ?" a questionné Grosjean ce jeudi dans le paddock du Red Bull Ring, tout en montrant les ralentis embarqués. "C'est comme ça que l'on prend une pénalité de cinq secondes. Est-ce que j'ai fait un mouvement avec mon volant ? Ai-je fait quoi que ce soit ? C'est absolument n'importe quoi. C'est tout ce que je peux dire. Mon point de vue est donc à peu près le même qu'avant."

"Je ne pouvais pas savoir qu'il était là, car je suis presque à la limite de la piste, donc je ne m'attends pas à voir une voiture ici. J'ai présenté des excuses. Je lui ai envoyé un message en lui disant : 'Je ne t'ai pas vu, désolé'. De toute manière, je crois qu'il a ruiné sa course deux virages plus tard. Mais quand on regarde la caméra embarquée, Leclerc me pousse vers la gauche, je vais vers la gauche puis il ne bouge pas vraiment. Évidemment, je ne voulais pas que mon aileron avant soit endommagé, donc j'ai bougé un peu vers la gauche aussi."

Esteban Ocon a-t-il répondu au message d'excuses de Grosjean ? "Non", fait savoir ce dernier, "et j'ai pris l'avion avec lui ce matin, et il n'a rien dit. Mais c'est une autre histoire. Je l'ai vu pendant une heure et demie dans l'avion. Ce n'est pas grave. C'était notre Grand Prix national et tout le monde voulait bien faire. Comme je l'ai dit, je pense que ma pénalité n'a aucun sens et je ne pouvais pas voir qu'il était là."

"J'ai reçu la vidéo ce matin, et lorsque je l'ai vue, j'étais plutôt choqué d'avoir eu une pénalité pour ça. De toute manière, ils ont ruiné leur course au virage 3 avec Gasly, il a tourné et Gasly était là. Que puis-je dire ? Nous sommes en Autriche, allons de l'avant."

Passer à autre chose, c'est également l'approche qu'a adoptée Esteban Ocon à son arrivée à Spielberg, où il a refusé de commenter les incidents du Paul Ricard. 

"Franchement, je ne veux pas commenter ça", a-t-il prévenu. "Je pense que le plus important pour nous, c'est de regarder devant, nous avons deux occasions de renverser la vapeur au cours des deux prochaines semaines. Ce qui est fait est fait, on ne peut pas changer le passé. L'important, c'est d'arriver frais ici, avec un état d'esprit nouveau.

Article suivant
Force India ne voit personne rattraper Renault

Article précédent

Force India ne voit personne rattraper Renault

Article suivant

Comment Sauber a réalisé d'étonnants progrès

Comment Sauber a réalisé d'étonnants progrès
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Autriche
Catégorie Jeudi
Lieu Red Bull Ring
Pilotes Romain Grosjean Boutique
Équipes Haas F1 Team
Auteur Basile Davoine