Grosjean pourrait aussi être privé d'EL1 en 2016

partages
Grosjean pourrait aussi être privé d'EL1 en 2016
Par : Benjamin Vinel
10 août 2015 à 17:21

Romain Grosjean, Lotus F1 Team
Jolyon Palmer, pilote d'essais et de réserve Lotus F1 Team
Romain Grosjean, Lotus F1 Team
Jolyon Palmer, pilote d'essais et de réserve Lotus F1 E23
Romain Grosjean, Lotus F1 Team

Depuis le début de la saison, Romain Grosjean ne cache pas sa frustration. Contraint de céder son baquet au pilote de réserve Lotus, Jolyon Palmer, à dix reprises cette saison en essais libres, Grosjean perd par la même occasion un temps de piste précieux en week-end de Grand Prix.

Tandis que sa déception est compréhensible - parmi les rares pilotes du plateau à devoir céder leur monoplace occasionnellement en EL1 -, Grosjean est de loin celui qui doit le faire le plus souvent, tandis que son coéquipier Pastor Maldonado est mis à l'abris par ses généreux mécènes.

Le pilote franco-suisse semble finalement accepter la situation, conscient de l'importance que revêt pour l'équipe l'argent apporté par Palmer pour ces séances.

"Il y a des jours où il n'y a pas le choix et on prend les choses comme elles viennent, on les accepte et on fait avec," relativise Grosjean dans les colonnes d'Autosport. "Cette année, quand ils m'ont dit que je devrais faire l'impasse sur dix séances d'EL1, j'étais vraiment énervé et je leur ai dit que ce n'était pas juste, et caetera. Mais c'est comme ça, on l'accepte et en fin de compte, on se dit que sans ça, l'équipe ne roulerait probablement pas."

Le pilote Lotus peut déjà se préparer à faire face à la même situation la saison prochaine : "Si c'est le même line-up l'an prochain, je ne pense pas que j'aurai la moindre influence sur ce qui se passera."

Des performances étonnantes en EL2

Malgré le handicap que représente le fait de manquer la première séance d'essais libres, Grosjean est toujours rapide le vendredi après-midi, et devance bien souvent son coéquipier au classement malgré un temps de piste restreint, ce dont il n'est pas peu fier.

"À la fin des EL2, c'est assez satisfaisant de finir devant son coéquipier, ou d'être dans le top 5, comme cela a été le cas lors de quelques Grands Prix récemment," ajoute le natif de Genève. "On se dit, 'Voilà ce que je peux faire d'emblée', surtout quand on a dû faire une tonne de travail, avec huit tours en pneus prime et trois en options, et il faut obtenir un maximum d'informations."

"La relation que j'ai avec mes ingénieurs rend cela possible, et nous permet de nous concentrer sur tout. Bien sûr, il en manque un petit peu çà et là, ce n'est jamais parfait, à moins d'avoir de la chance et que tout ce qu'on essaie fonctionne en même temps. Mais je pense que de façon générale, nous faisons du bon travail," conclut-il.

Prochain article Formule 1
Bilan mi-saison - L'avenir de Grosjean dépend-il de Renault?

Article précédent

Bilan mi-saison - L'avenir de Grosjean dépend-il de Renault?

Article suivant

Vettel regrette que les pilotes ne passent pas plus de temps ensemble

Vettel regrette que les pilotes ne passent pas plus de temps ensemble

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean , Jolyon Palmer
Équipes Lotus F1
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités