Grosjean aurait voulu une réduction des coûts "plus drastique"

Face à la crise du coronavirus, les instances dirigeantes ont pris de nombreuses mesures de réduction des coûts pour assurer la survie des écuries. Romain Grosjean, lui, aurait préféré que ces décisions aillent encore plus loin.

Grosjean aurait voulu une réduction des coûts "plus drastique"

Report de la nouvelle réglementation technique à 2022, gel des monoplaces 2020 jusqu'à fin 2021, abaissement du plafond budgétaire… Face à la crise financière engendrée par le coronavirus, la Formule 1 et la FIA – avec le soutien des écuries – n'ont pas lésiné sur les moyens pour assurer la survie de ces dernières.

Lire aussi :

Ces mesures vont également contribuer à resserrer la hiérarchie, dans un contexte où c'est un gouffre qui sépare les trois top teams (Mercedes, Ferrari, Red Bull) du reste du plateau depuis plusieurs années, en matière de performance. Cependant, d'après Romain Grosjean, c'est insuffisant.

"Je pense que cela va dans la bonne direction. Si l'on me demande 'Est-ce que c'est assez ?', à mon goût, non", indique le pilote Haas, interrogé par Motorsport.com lors d'un point presse francophone. "J'aurais voulu voir quelque chose d'un peu plus drastique. Le plafond budgétaire est une super idée, mais une fois que l'on a mis la liste des exceptions, on peut quand même dépenser quasiment 200 millions. C'est sûr que pour les grosses équipes, c'est une grosse différence, mais j'aurais voulu que ce soit un peu plus extrême pour vraiment avoir une F1 où l'on voit plus de bagarres, plus de surprises et des changements aux avant-postes."

Le plafond budgétaire, qui entrera en vigueur en 2021, était initialement prévu à 175 M$ annuels mais a été abaissé à 145 M$ et descendra encore à 140 M$ en 2022 et à 135 M$ l'année suivante. En sont notamment exclus les salaires des pilotes et des trois autres personnes les mieux payées de chaque équipe, les dépenses marketing, les frais d'inscription versés à la FIA… En d'autres termes, seuls les trois top teams vont devoir faire de véritables concessions.

Lire aussi :

Lorsque nous lui demandons si les salaires des pilotes devraient également être soumis à cette limite, Grosjean s'y montre favorable et dresse un contraste frappant entre le mieux payé et les plus modestes, mais demeure réaliste sur les limites d'une telle proposition : "C'est une discussion que l'on a eue dans la GPDA [Association des Pilotes de Grand Prix, ndlr]. Certains étaient pour, d'autres contre. Oui, je trouve inadmissible que Lewis Hamilton gagne plus de 40 millions et que d'autres pilotes gagnent 150 000 € par année pour faire le même travail."

"Après, le point qui a été amené, c'est que si l'on plafonne les salaires des pilotes, on casse toute l'échelle du sport auto : qui mettrait de l'argent dans les filières des jeunes pilotes pour payer leur catégorie si derrière ils ne peuvent pas rentrer dans leurs coûts en prenant un pourcentage des salaires élevés des pilotes ? Voilà le débat. Personnellement, je n'étais pas forcément contre le fait de mettre le salaire des pilotes dans le plafond budgétaire. Après, effectivement, si l'on se demande quel constructeur ou quel manager va venir dépenser des fortunes sur un pilote pour ensuite reprendre 20% de quelque chose qui est plafonné et ne jamais rentrer dans ses frais..."

partages
commentaires
Williams : Nous avons "comblé l'écart" avec le milieu de peloton

Article précédent

Williams : Nous avons "comblé l'écart" avec le milieu de peloton

Article suivant

EL3 - Hamilton persiste, Verstappen se rapproche, Latifi dans le mur

EL3 - Hamilton persiste, Verstappen se rapproche, Latifi dans le mur
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021