Grosjean aurait voulu une réduction des coûts "plus drastique"

Face à la crise du coronavirus, les instances dirigeantes ont pris de nombreuses mesures de réduction des coûts pour assurer la survie des écuries. Romain Grosjean, lui, aurait préféré que ces décisions aillent encore plus loin.

Grosjean aurait voulu une réduction des coûts "plus drastique"

Report de la nouvelle réglementation technique à 2022, gel des monoplaces 2020 jusqu'à fin 2021, abaissement du plafond budgétaire… Face à la crise financière engendrée par le coronavirus, la Formule 1 et la FIA – avec le soutien des écuries – n'ont pas lésiné sur les moyens pour assurer la survie de ces dernières.

Lire aussi :

Ces mesures vont également contribuer à resserrer la hiérarchie, dans un contexte où c'est un gouffre qui sépare les trois top teams (Mercedes, Ferrari, Red Bull) du reste du plateau depuis plusieurs années, en matière de performance. Cependant, d'après Romain Grosjean, c'est insuffisant.

"Je pense que cela va dans la bonne direction. Si l'on me demande 'Est-ce que c'est assez ?', à mon goût, non", indique le pilote Haas, interrogé par Motorsport.com lors d'un point presse francophone. "J'aurais voulu voir quelque chose d'un peu plus drastique. Le plafond budgétaire est une super idée, mais une fois que l'on a mis la liste des exceptions, on peut quand même dépenser quasiment 200 millions. C'est sûr que pour les grosses équipes, c'est une grosse différence, mais j'aurais voulu que ce soit un peu plus extrême pour vraiment avoir une F1 où l'on voit plus de bagarres, plus de surprises et des changements aux avant-postes."

Le plafond budgétaire, qui entrera en vigueur en 2021, était initialement prévu à 175 M$ annuels mais a été abaissé à 145 M$ et descendra encore à 140 M$ en 2022 et à 135 M$ l'année suivante. En sont notamment exclus les salaires des pilotes et des trois autres personnes les mieux payées de chaque équipe, les dépenses marketing, les frais d'inscription versés à la FIA… En d'autres termes, seuls les trois top teams vont devoir faire de véritables concessions.

Lire aussi :

Lorsque nous lui demandons si les salaires des pilotes devraient également être soumis à cette limite, Grosjean s'y montre favorable et dresse un contraste frappant entre le mieux payé et les plus modestes, mais demeure réaliste sur les limites d'une telle proposition : "C'est une discussion que l'on a eue dans la GPDA [Association des Pilotes de Grand Prix, ndlr]. Certains étaient pour, d'autres contre. Oui, je trouve inadmissible que Lewis Hamilton gagne plus de 40 millions et que d'autres pilotes gagnent 150 000 € par année pour faire le même travail."

"Après, le point qui a été amené, c'est que si l'on plafonne les salaires des pilotes, on casse toute l'échelle du sport auto : qui mettrait de l'argent dans les filières des jeunes pilotes pour payer leur catégorie si derrière ils ne peuvent pas rentrer dans leurs coûts en prenant un pourcentage des salaires élevés des pilotes ? Voilà le débat. Personnellement, je n'étais pas forcément contre le fait de mettre le salaire des pilotes dans le plafond budgétaire. Après, effectivement, si l'on se demande quel constructeur ou quel manager va venir dépenser des fortunes sur un pilote pour ensuite reprendre 20% de quelque chose qui est plafonné et ne jamais rentrer dans ses frais..."

partages
commentaires
Williams : Nous avons "comblé l'écart" avec le milieu de peloton

Article précédent

Williams : Nous avons "comblé l'écart" avec le milieu de peloton

Article suivant

EL3 - Hamilton persiste, Verstappen se rapproche, Latifi dans le mur

EL3 - Hamilton persiste, Verstappen se rapproche, Latifi dans le mur
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021