Grosjean remet en question le statut de constructeur en F1

Faut-il que toutes les écuries de Formule 1 conçoivent leur monoplace elles-mêmes ? Romain Grosjean n'en est pas convaincu.

Grosjean remet en question le statut de constructeur en F1
Charger le lecteur audio

"Je trouve plutôt cool de voir une Racing Point se qualifier troisième à Silverstone et pouvoir potentiellement se battre pour les podiums." Dans un paddock où la plupart des teams semblent se liguer contre Racing Point, les commentaires de Romain Grosjean détonnent. La structure de Silverstone est sous le feu des projecteurs, s'étant ouvertement inspirée de la Mercedes W10 pour concevoir sa monoplace 2020.

Cette inspiration, en ce qui concerne les écopes de frein arrière, lui vaut un retrait de 15 points au championnat des constructeurs et 400 000 € d'amende, sanctions qui pourraient être réévaluées par la Cour d'Appel Internationale – appel a effectivement été fait par Renault, Ferrari… et Racing Point.

Lire aussi :

La question du partage de pièces entre deux écuries est cruciale pour l'écurie Haas, qui en acquiert auprès de Ferrari autant que le permet la réglementation. Toto Wolff, directeur de l'écurie Mercedes qui a fourni les plans de ses écopes de frein à Racing Point, est allé plus loin en comparant l'affaire actuelle à un partage de données entre Haas et la Scuderia l'année précédant les débuts de l'équipe américaine en Formule 1.

Lire aussi :

S'il n'a "même pas envie" de commenter une telle comparaison, Romain Grosjean se dit en revanche extrêmement favorable à davantage de similitudes entre les différentes monoplaces, afin que la hiérarchie soit plus serrée et que le pilote fasse davantage la différence.

"Je suis pour que les constructeurs offrent un maximum de pièces aux autres", déclare Grosjean. "Quel est l'intérêt que l'on ait dix équipes qui fabriquent dix boîtes de vitesses, dix suspensions, dix châssis, dix trucs différents, alors qu'au final, on fait la même chose ? Regardez en MotoGP, c'est ce qui se passe : [Johann] Zarco était en pole avec une Ducati de l'an dernier [à Brno], c'est une KTM officielle qui a gagné devant une Yamaha satellite et une Ducati satellite. Personne ne s'en plaint, c'est comme ça, et je trouve ça cool."

"De ce côté-là, je suis pour que l'on partage plus de choses, je suis pour qu'il y ait plus de bagarres, de possibilités de voir des choses différentes sur le podium. Depuis le premier matin des essais hivernaux, on sait que Lewis Hamilton va être Champion du monde ! Ça limite l'intérêt, quand même."

Lorsqu'il lui est fait remarquer que si Renault a en quelque sorte accepté de se faire devancer par ses clients Red Bull et McLaren, la réaction de Ferrari et Mercedes pourrait être tout autre, Grosjean souligne le besoin de changement dans le contexte actuel de crise économique.

"Le problème, c'est que l'on dit que l'on fait comme ça depuis les années 1970", poursuit-il. "Ça avance, ça évolue, ce ne sont plus les mêmes budgets. Il y a le coronavirus, le COVID-19 qui sont là. L'économie est compliquée pour tout le monde. Aujourd'hui, il y a beaucoup plus d'accès à des informations, à la télé… Je trouve juste que oui, j'aimerais qu'il y ait plus de bagarres, que ce soit plus un sport de pilotes. Peut-être qu'à l'époque il y avait plus de soucis techniques, donc cela ouvrait des brèches à certaines performances. Aujourd'hui, comme il n'y a pas de soucis techniques, les courses sont un peu monotones."

Pierre Gasly, AlphaTauri AT01, devant Romain Grosjean, Haas VF-20

Grosjean a un allié en Franz Tost, directeur de la Scuderia AlphaTauri, selon qui la définition actuelle du statut de constructeur n'est effectivement pas en phase avec la Formule 1 moderne.

"Mon opinion personnelle, c'est que les équipes devraient pouvoir acheter bien davantage à une autre écurie", déclare Tost. "Pourquoi ? Parce que pour moi, cette philosophie selon laquelle chaque équipe doit être un constructeur est dépassée. Je sais que tous les puristes de la Formule 1 disent : 'Ah, il faut être un constructeur. Chaque écurie doit tout concevoir elle-même'. Mais comment tout financer ? Nous avons atteint un si haut niveau du côté technique que les top teams ont des infrastructures fantastiques. Si quelqu'un veut venir en Formule 1 – voire si les écuries qui sont en F1 veulent rattraper leur retard – c'est très difficile, quasiment impossible."

"On dépense des millions. Et je pose la question : pour quoi ? Je pose la question : pourquoi chaque équipe devrait-elle avoir sa propre soufflerie, avoir ses propres outils de CFD [mécanique des fluides numérique, ndlr], avoir 500-600 employés ? Certes, le plafond budgétaire arrive. Il n'empêche qu'à mon avis, nous dépensons quand même trop d'argent, surtout dans ces circonstances économiques difficiles. Mais le règlement est ainsi. Je me rappelle l'époque où nous sommes arrivés en Formule 1 avec Toro Rosso, Red Bull Technology nous donnait une voiture vieille d'un an et nous courions avec un tiers du budget actuel. Bref, c'est mon avis."

partages
commentaires

Voir aussi :

Pironi : la tragédie du pilote vedette Ferrari le plus mal aimé
Article précédent

Pironi : la tragédie du pilote vedette Ferrari le plus mal aimé

Article suivant

La copie interdite ne change rien au modèle Racing Point

La copie interdite ne change rien au modèle Racing Point
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021