Grosjean : "Robert est la clé pour le moment"

Annoncé dans le baquet de la R31 à Abu Dhabi et au Brésil pour les essais libres du vendredi matin, Romain Grosjean est prêt à saisir cette nouvelle opportunité qui s'offre à lui en F1

Annoncé dans le baquet de la R31 à Abu Dhabi et au Brésil pour les essais libres du vendredi matin, Romain Grosjean est prêt à saisir cette nouvelle opportunité qui s'offre à lui en F1.

Après ses débuts en 2009 chez Renault, le Français n'avait pas conservé son baquet. Deux ans plus tard, à force de travail et avec un titre de champion en GP2 Series, la chance se représente.

"La dernière fois, c'était une chance étrange, pas une vraie. C'était une opportunité à laquelle je ne pouvais pas dire non, mais ce n'était pas la meilleure façon d'arriver en Formule 1. Maintenant, nous avons tout reconstruit, en revenant en GP2 et en gagnant. Donc faire deux séances du vendredi sera un bon kilométrage pour l'avenir," a confié Grosjean dans un entretien accordé à Autosport.

"Si vous surmontez un moment difficile, vous apprenez beaucoup, et je pense que je suis mieux préparé. C'est toujours difficile d'être prêt à 100% pour la F1, c'est vraiment une étape comparé à tout le reste, mais par rapport à avant, je suis 10% plus prêt que je ne l'étais en 2009."

En acceptant de reculer pour mieux sauter, Grosjean a certainement fait preuve de courage et de volonté. Revenir en arrière après avoir goûté à la discipline reine, travailler sans se plaindre et corriger ses erreurs l'ont aidé à progresser. A ce titre, l'expérience en GP2 avec DAMS l'a énormément servi.

"L'expérience de 2009 était en premier lieu fantastique. Faire sept Grands Prix avec Fernando [Alonso] était une grande expérience, mais les temps étaient aussi durs. Quand en mars vous n'avez pas de volant et ne savez pas ce que vous allez faire, c'est un moment difficile. Mais cela m'a aidé à devenir plus fort et différent, et à devenir ce que je suis aujourd'hui. La saison de GP2 a été très bonne et montre que j'ai progressé dans certains domaines où je n'étais peut-être pas assez fort que je le voulais. Pour sûr, quand je serai de retour dans une monoplace de F1, nous verrons les choses d'une manière différente," a-t-il expliqué.

Quand il prendra le volant de la R31 dans une semaine à Abu Dhabi, Grosjean retrouvera une équipe qu'il connaît bien puisqu'il y a fait ses débuts en Formule 1. Mais le nom a changé et l'atmosphère y est aussi différente depuis le rachat par Genii Capital et le remplacement de Flavio Briatore par Eric Boullier.

"Je préfère cette ambiance. Je préfère la manière dont ça fonctionne en ce moment. Je me sens mieux ainsi. Tu passes vingt week-ends avec ces gars-là, il est donc préférable d'avoir une bonne relation. Je pense que je vais monter dans la voiture avec un grand sourire, essayer d'en profiter autant que je peux, et donner le meilleur ressenti possible et signer le meilleur temps au tour possible," a-t-il concédé.

Le Français le sait, il s'agira là d'un test grandeur nature pour lui, à l'heure où Lotus Renault GP doit commencer à préparer 2012. Mais il ne veut pas trop y songer pour le moment, conscient que rien ne sera décidé tant que les nouvelles en provenance de Robert Kubica ne seront pas plus claires.

"Chaque fois que vous êtes dans la voiture, c'est une audition, même lorsque vous y êtes établi. Vous devez faire de votre mieux, et ils vont regarder avec attention ce que je vais faire. Mais j'aime ça, j'aime la pression, donc ce n'est pas grave. C'est un peu tôt pour dire quoi que ce soit, mais Robert est la clé pour le moment. Nous espérons tous qu'il récupère bien, mais il est trop tôt pour le dire en vue de l'année prochaine. Nous avons eu des discussions avec quelques équipes, et ça suit son cours. Rien n'est encore fait, donc tout le monde devra être patient."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Flavio Briatore , Robert Kubica , Romain Grosjean
Équipes DAMS
Type d'article Actualités