Grosjean demandera aux écuries un test privé s'il ne peut courir à Abu Dhabi

Alors qu'il continue de panser ses blessures après l'accident du GP de Bahreïn, Romain Grosjean a indiqué qu'il demanderait aux écuries de pouvoir effectuer un test privé s'il ne pouvait pas participer au Grand Prix d'Abu Dhabi.

Grosjean demandera aux écuries un test privé s'il ne peut courir à Abu Dhabi
Charger le lecteur audio

Après l'effroyable accident du Grand Prix de Bahreïn, Romain Grosjean est actuellement en convalescence. Blessé aux mains et au pied gauche, le Français est impliqué dans une course contre la montre pour tenter de participer au GP d'Abu Dhabi, manche finale de la saison 2020 et très certainement de sa carrière, lui qui à 34 ans n'a pas été reconduit par Haas pour 2021.

Son retour dans le paddock de Sakhir jeudi soir, où il a pu rencontrer l'équipe médicale, les commissaires et les pompiers du circuit, dont les deux qui sont intervenus les premiers sur la zone du crash, a tout autant relevé de la joie de le voir en vie et déjà désireux d'être présent que du constat que sa condition est encore, pour le moment, insuffisante pour le voir reprendre le volant. Pour ce week-end, il est remplacé par Pietro Fittipaldi.

Lire aussi :

Toutefois, comme il a pu l'indiquer depuis plusieurs jours, il souhaite retourner dans le baquet d'une F1. Et pour cela, si ce n'est pas possible à Yas Marina, notamment si la suite de sa carrière est en jeu en raison de ses blessures, il est prêt à demander à chaque équipe la possibilité d'effectuer un court test privé. "Les médecins disent que c'est difficile à savoir pour le moment", a-t-il déclaré ce vendredi lors d'une visioconférence en réponse à la question de sa disponibilité le week-end prochain, où il a d'ailleurs révélé une blessure à la main plus tôt dans l'année.

"La main droite sera à 100% prête. La force et la mobilité de la main gauche s'améliorent de jour en jour. La force est là. La mobilité, il y a encore beaucoup de gonflement dû à l'inflammation. Il faut donc commencer à réduire ces gonflements. Mais on n'a pas encore exclu la possibilité de greffes."

"Je plaisante, je suis heureux, mais la douleur des deux derniers jours a été forte. Je suis assez résistant à la douleur. Je me suis cassé la main droite au début de l'année en tombant dans la cuisine. Je n'ai rien dit à personne, mais c'était une fracture ouverte, deux os que je me suis remis en place moi-même, et je suis allé à l'hôpital, et la douleur était normale. Je suis donc très résistant à une certaine douleur. La fièvre, ça ne va pas. Si j'ai 39 degrés de fièvre, je vais mourir ! Mais ce type de douleur, ça va. Alors on verra."

"Je ne prendrai pas le risque de perdre la mobilité de mon index gauche et de mon pouce gauche pour le reste de ma vie, juste pour aller à Abu Dhabi. L'histoire serait belle de pouvoir aller à Abu Dhabi. Si je ne le fais pas, j'appellerai chaque équipe de F1 pour voir si quelqu'un serait prêt à me proposer un test privé en janvier, pour remonter dans la voiture et avoir 10-15 tours pour moi."

Il n'exclut pas non plus de pouvoir jouer les remplaçants de luxe en 2021. "J'aurai une Super Licence en 2021, et nous avons vu que personne n'était immunisé face au COVID. On verra."

partages
commentaires

Voir aussi :

Fittipaldi : "Un choc pour mon corps" après un an sans piloter
Article précédent

Fittipaldi : "Un choc pour mon corps" après un an sans piloter

Article suivant

La pige de Russell chez Mercedes, entre risque et opportunité

La pige de Russell chez Mercedes, entre risque et opportunité