Grosjean : trois tête-à-queue à cause du brake-by-wire

Sur une piste très verte, de nombreux pilotes sont partis à la faute lors des essais libres du Grand Prix du Canada, en particulier Romain Grosjean, auteur de trois tête-à-queue – un au premier virage et deux au virage 6.

Le pilote Haas s'est fait remarquer à la radio par un commentaire agacé à l'encontre de son équipe : "C'est quoi ce bordel ? Je commence à en avoir un peu marre". Cependant, ne lui parlez pas de journée frustrante ! Romain Grosjean est satisfait de son niveau de performance après avoir signé le 14e chrono des EL1 et le 11e des EL2, à trois dixièmes seulement de la septième place.

"Pourquoi est-ce que tout le monde dit ça ? J'ai juré à la radio une fois en 30, 40 tours, et tout le monde me dit que j'ai passé une journée frustrante. Ils ne retiennent qu'une chose. Je suis dixième (sic), la voiture réagit bien, je prends du plaisir", affirme-t-il.

Le Français ne peut toutefois qu'admettre que l'insatisfaction a pris le dessus à un certain moment, à cause de ce qu'il désigne comme un problème de brake-by-wire.

"Oui, [j'en avais un peu marre] parce que j'ai fait trois tête-à-queue sans comprendre pourquoi", reconnaît Grosjean. "En gros, c'est le brake-by-wire qui ne répondait pas comme prévu. Quand on est en pneus neufs et qu'on part en tête-à-queue, bien sûr qu'on se demande ce qui se passe, parce que j'en ai marre de partir en tête-à-queue, je ne suis pas là pour ça. Mais c'étaient trois tours sur 40, le reste s'est très bien passé."

Une piste poussiéreuse

La piste particulièrement sale a contribué à ces conditions difficiles. Dans la ligne droite des stands, les pilotes s'écartent parfois de la trajectoire à la fin d'un tour lancé pour parcourir quelques mètres de moins jusqu'à la ligne d'arrivée, soulevant au passage un énorme nuage de poussière.

"C'était délicat parce que la piste est très sale", confirme Grosjean. "La trajectoire est propre maintenant, mais dès qu'on en sort un peu, on perd la voiture. Les pneus sont difficiles également. Sans oublier que l'asphalte est très vieux, il n'a pas d'adhérence. On a vu beaucoup de tête-à-queue, mais en ce qui me concerne, [ils étaient dus à] des choses particulières que nous allons résoudre."

Le natif de Genève est en tout cas très optimiste quant à la suite des événements. "La voiture est bonne – il nous manque un peu de vitesse de pointe, c'est notre plus grande faiblesse pour l'instant. Mais l'équilibre de la voiture n'est pas si mauvais, il y a quelques choses que nous allons essayer de régler en EL3", conclut-il.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Circuit Circuit Gilles-Villeneuve
Pilotes Romain Grosjean
Équipes Haas F1 Team
Type d'article Actualités