Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
21 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
29 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
43 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
78 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
91 jours
04 juin
-
07 juin
EL1 dans
106 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
113 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
127 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
134 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
148 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
162 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
190 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
197 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
211 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
218 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
231 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
246 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
253 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
267 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
281 jours
Le système de freinage illégal de Renault
Dossier

Le système de freinage illégal de Renault

Grosjean utilisait le système de freinage illégal chez Lotus

partages
commentaires
Grosjean utilisait le système de freinage illégal chez Lotus
Par :
26 oct. 2019 à 10:55

Le système de répartition de freinage qui a provoqué la disqualification des Renault à Suzuka était déjà utilisé par l'écurie d'Enstone lorsqu'elle appartenait à Lotus... en 2015 !

Au cœur des discussions depuis la disqualification de Renault au Grand Prix du Japon, le système de répartition de freinage du constructeur français était utilisé de longue date. Cyril Abiteboul l'a lui-même confirmé sans pour autant donner de précisions, se contentant de confirmer qu'il existait avant cette saison. Mais cela remonterait en fait beaucoup plus loin, puisque Romain Grosjean affirme l'avoir utilisé chez Lotus en 2015... avant que Renault ne rachète l'écurie d'Enstone ! Le recours à cette "aide au pilotage", puisque les commissaires de Suzuka ont considéré ce système comme tel pour expliquer leur décision, tout en l'estimant conforme au Règlement Technique, permettait de soulager le pilote de certaines manipulations au volant.

Lire aussi :

Dans le paddock de Mexico, Romain Grosjean a été interrogé sur le fait d'avoir utilisé ce système lorsqu'il courait pour Lotus. "Je l'ai peut-être fait. Oui", a répondu le Français, à qui la question de la légalité du procédé à l'époque a également été posée. "Disons que j'ai demandé plus tard à ce qu'il soit reproduit, et ils n'ont pas voulu le faire. C'était pourtant bien."

Utilisé de longue date, le système installé sur la Renault R.S.19 – et donc ses devancières – n'avait jamais fait l'objet de suspicions jusque-là. Mais c'est l'écurie Racing Point qui a jeté un pavé dans la mare en portant réclamation à Suzuka, décidant de procéder de la sorte après avoir vu la FIA lui interdire de monter un système similaire sur sa monoplace. Renault n'avait jamais sollicité la FIA sur ce point, se disant convaincu de sa légalité depuis un long moment.

"Ils leur ont clairement donné une pénalité car ça procurait un avantage", considère pour sa part Lance Stroll. "Cependant, je n'en connais pas les tenants et aboutissants, ni à quel point ils l'utilisaient, ou ce que ça valait sur un tour, le rythme que ça permettait de trouver. Mais je sais qu'ils les ont pénalisés pour une bonne raison. Il y a vraiment beaucoup de travail à faire pour le pilote, en changeant la répartition du freinage tout au long d'un Grand Prix, et si vous pouvez éviter ça, c'est vraiment une aide."

Nico Hulkenberg, Renault F1 Team R.S. 19

Article suivant
La F1 victorieuse accompagnera son pilote sur le podium de Mexico

Article précédent

La F1 victorieuse accompagnera son pilote sur le podium de Mexico

Article suivant

Albon regrette une "erreur stupide" en EL2

Albon regrette une "erreur stupide" en EL2
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean Boutique
Équipes Renault F1 Team
Auteur Basile Davoine