Guerre en Ukraine : La F1 suit "attentivement" la situation

Alors que la Formule 1 doit se rendre cette année à Sotchi pour le Grand Prix de Russie, elle suit de près l'évolution de la guerre qui a éclaté en Ukraine.

Guerre en Ukraine : La F1 suit "attentivement" la situation
Charger le lecteur audio

La Formule 1 dit surveiller "très attentivement" la situation après l'invasion menée par la Russie en Ukraine. La guerre a éclaté ce jeudi matin après des mois de tension croissante dans la région. En France, le Président de la République, Emmanuel Macron, a dénoncé cette opération militaire : "La France condamne fermement la décision de la Russie de faire la guerre à l’Ukraine. La Russie doit mettre immédiatement fin à ses opérations militaires". Une position partagée par ses pays alliés parmi lesquels le Royaume-Uni, où est installé le siège de la F1, par ailleurs propriété de l'entreprise américaine Liberty Media.

Cette crise géopolitique n'a évidemment fait que renforcer les doutes autour de la tenue de grands événements sportifs dans cette région d'Europe. En ce qui concerne la Formule 1, le Grand Prix de Russie est programmé le 25 septembre sur le circuit de Sotchi, situé à proximité de l'Ukraine.

Compte tenu de l'évolution rapide des événements ces dernières heures, la Formule 1 a tenu à indiquer qu'elle était attentive aux événements. "La Formule 1 suit de près l'évolution très changeante de la situation, comme beaucoup d'autres, et n'a pour l'instant aucun commentaire à faire quant au Grand Prix programmé en septembre", précise un communiqué. "Nous continuerons à suivre très attentivement la situation."

D'autres disciplines sportives doivent également faire face à la grande incertitude provoquée par cette guerre menée par la Russie en Ukraine. Des voix s'élèvent notamment pour demander à l'UEFA de délocaliser la finale de la Ligue des Champions de football, prévue le 28 mai prochain à Saint-Pétersbourg. Dans l'immédiat, un match de Youth League prévu à Kiev a déjà été reporté, tandis que le championnat national ukrainien a été stoppé.

La Formule 1 compte aujourd'hui un pilote russe sur la grille pour 2022, Nikita Mazepin. Mercredi à Barcelone, le pilote Haas a insisté sur le fait qu'il se concentrait sur le sport et non sur la politique.

"J'ai toujours été un grand partisan du sport sans politique", a-t-il déclaré. "Aujourd'hui je suis à Barcelone, je ne peux pas vous dire à quel point j'ai hâte de tester la nouvelle voiture et de m'impliquer dans son développement. Avoir vu les photos pendant un an et de la voir physiquement désormais, c'est génial. Alors je suis juste heureux d'être à Barcelone et j'espère que ces trois jours seront une belle expérience."

partages
commentaires

Norris : "J'aurais préféré être dernier"

Zak Brown tance ceux qui hésitent à accueillir Andretti