Guide saison 2013 : Scuderia Toro Rosso

La petite Scuderia n’avait pas une mission facile devant elle en 2012

La petite Scuderia n’avait pas une mission facile devant elle en 2012. Avec des ressources somme toute limitées par rapport à ses concurrentes directe de milieu de plateau, STR se devait avant tout de ne pas perdre la face contre les trois jeunes équipes motorisées par Cosworth qu’étaient Caterham, Marussia et HRT.

Au final, l’écurie sœur de Red Bull, qui ne bénéficie plus du soutien technique de la maison-mère pour le développement de l’auto, est parvenue contre toutes attentes à suivre le rythme de développement de la concurrence au fil de la saison, semblant même plus en verve en seconde moitié de championnat qu’au début de celui-ci, alors les occasions de réaliser des coups ne manquaient cependant pas avec ce qui fut baptisé la roulette des pneumatiques.

Jean-Eric Vergne et Daniel Ricciardo disputaient tous deux leur première saison complète en Formule 1. Si le souriant australien avait déjà pu se faire la main sur de nombreux circuits - précipité par Red Bull dans le baquet d’une HRT en 2011 pour gagner de l’expérience- , la transition fut importante pour JEV, en cette période où les occasions de rouler en dehors des weekends de GP se font extrêmement rares pour les rookies.

Toro Rosso se confondit à plusieurs reprises dans ses stratégies de course cette année, ne parvenant que trop rarement à tirer profit de faits de course aléatoires profitant typiquement aux outsiders. Mais le rythme affiché en qualifications par Daniel Ricciardo et les arrivées globales dans les derniers points mis en jeu par les deux pilotes ont rassuré quant à la qualité de cette équipe qui conserve dans son âme une partie de l’esprit Minardi, consistant à lier les bouts de ficelle ensemble. Cette année, les deux espoirs du Taureau Rouge auront la possibilité de capitaliser sur leur expérience 2012, en espérant rester dans la ligne de mire de Christian Horner et de l’intransigeant Helmut Marko pour un possible volant Red Bull. Pour cela, il faudra convaincre les décisionnaires de l’équipe triple championne du monde en titre que l’un d’eux représente une option préférable à celle de la prolongation de Mark Webber. Reste que 2013 représentera de nouveau un gros défi, avec une menace Caterham de plus en plus présente, et un petit fossé à combler pour aller chercher les candidats réguliers aux points.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Daniel Ricciardo , Jean-Éric Vergne
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités