Günther Steiner : Sans Domenicali, Haas ne serait pas en F1

L'annonce de l'arrivée à la tête de la Formule 1 de l'ancien directeur de la Scuderia Ferrari, Stefano Domenicali, ravive les souvenirs de certains acteurs de la discipline, à commencer par Günther Steiner.

Günther Steiner : Sans Domenicali, Haas ne serait pas en F1

Haas F1 Team est arrivé officiellement en Formule 1 en 2016, mais le projet de Gene Haas de mettre en place une équipe dans la discipline reine remontait à bien plus longtemps et a été préparé minutieusement à l'avance. À l'époque où il se mettait tranquillement en place loin des regards, Günther Steiner était déjà un proche conseiller de l'homme d'affaires américain et prospectait pour chercher la meilleure façon de procéder.

C'est dans ces moments fondamentaux pour la naissance de l'écurie que Stefano Domenicali, qui était alors encore aux responsabilités du côté de la Scuderia Ferrari, au poste de directeur qu'il a occupé entre janvier 2008 et avril 2014, a joué un rôle pour aider Haas à devenir réalité. Cela a permis de nouer le partenariat technique qui lie encore aujourd'hui les deux entités.

Lire aussi :

Interrogé sur la passation de pouvoir entre Chase Carey et l'Italien, qui aura officiellement lieu en janvier prochain, Steiner a déclaré vendredi : "Nous devons remercier Chase pour ce qu'il a fait pour nous et ce qu'il va faire. Il reste un président non exécutif, ce qui est une très bonne chose à mon avis. Il a gagné le respect des directeurs d'équipe ici, et je pense que parfois nous avons un petit peu besoin d'un maître d'école sage, et Chase est ce genre de gars, au bon endroit, parce qu'il a beaucoup d'expérience des affaires. Il a dirigé une grande compagnie auparavant [la 21st Century Fox, ndlr]."

"Il a fait du super travail, parce que quand vous venez de l'extérieur, il n'est pas facile de comprendre la discipline, de composer avec tous les individus et d'apprendre à les connaître, et il a été bon. Et il est également arrivé à un moment où il fallait renouveler les accords commerciaux, les [Accords] Concorde, où la pandémie a frappé également. Donc il a eu beaucoup de choses à affronter d'un seul coup, et ils ont fait un travail fantastique pour avoir 17 courses cette année, et nous avons signé de meilleurs Accords Concorde pour tout le monde, je dirais. Donc, pour l'avenir, la discipline est en très bonne posture."

"Je connais Stefano depuis longtemps. C'est un très bon gars, il a une super expérience de la discipline. Sans Stefano, Haas ne serait pas ici. Ça peut sembler étrange pour vous à entendre, mais au début, quand j'ai essayé de mettre cela en place, une des personnes avec lesquelles j'ai parlé, la principale personne, c’était Stefano, et il a été le gars qui a cru que c'était faisable, quand Gene était là."

"Il a beaucoup aidé et il a cru dans le modèle que nous avons créé, et il l'a soutenu. Donc je pense qu'il comprend très bien la discipline, et bien sûr il est heureux de revenir dans le sport parce qu'il était là à l'époque de l'apogée de l'ère Ferrari avec Michael [Schumacher]. Donc je pense que nous pouvons lui souhaiter la bienvenue. Et désormais ils ont une superbe équipe avec Stefano et Chase qui reste un peu à l'arrière-plan."

partages
commentaires

Voir aussi :

Vettel favorable à des courses de tourisme entre pilotes de F1
Article précédent

Vettel favorable à des courses de tourisme entre pilotes de F1

Article suivant

Alexander Albon explique ses difficultés chez Red Bull

Alexander Albon explique ses difficultés chez Red Bull
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021