Haas a besoin de ne pas "passer la moitié des essais au garage"

Selon son directeur Günther Steiner, l'écurie Haas a besoin de ne plus connaître de problèmes de fiabilité le vendredi pour rebondir après des performances que Steiner a qualifiées d'"épouvantables".

Haas F1 Team a connu des hauts et des bas en cette deuxième moitié de saison, comme le montre le contraste entre Suzuka et Austin d'un côté, avec deux voitures en Q3 au Japon et un point à COTA, et Mexico, où les deux monoplaces américaines étaient reléguées en fond de grille.

Selon Steiner, l'équipe était particulièrement désorientée au niveau des réglages, l'Italien étant convaincu que les performances comme celle réalisée par Haas au Grand Prix des États-Unis prouvent que la VF-16 n'a pas de défaut fondamental.

"Nous savons ce qui ne va pas", déclare Steiner au sujet de Mexico. "Nous n'arrivions pas à trouver l'équilibre, la voiture était extrêmement instable, nous n'arrivions pas à faire fonctionner les pneus, nous n'étions pas dans la fenêtre. Nous n'étions simplement pas performants."

"Nous devons être honnêtes avec nous-mêmes et dire que nous n'avons pas fait du bon travail, à commencer par vendredi. Je pensais que nous pourrions redresser la barre samedi, mais ça n'a pas été le cas : les qualifications ont quasiment été un désastre."

"Il y a des jours comme ça en sport automobile, il faut juste se ressaisir lors des deux courses à venir. Nous savons que nous en sommes capables. Nous étions en Q3 il y a deux courses, donc où est passé tout cela ? Je ne sais pas. Mais nous allons faire de notre mieux la prochaine fois."

Steiner estime que Haas a été particulièrement handicapé par un grand nombre de problèmes mécaniques en essais libres : l'écurie étant nouvelle, elle ne dispose pas de données des années précédentes sur lesquelles s'appuyer.

"Je pense que ce sur quoi il faut travailler, c'est faire de véritables essais le vendredi au lieu de passer la moitié du temps au garage", souligne Steiner. "C'est ça, le pire, parce que nous n'apprenons pas. Au Mexique, nous avions une voiture en panne en EL2, et nous avons essayé de faire tout le travail sur les pneus avec l'autre voiture, mais c'est impossible. Du coup, le travail sur les réglages n'est pas fait, et on se perd."

"Je pense que c'est notre principal handicap à l'heure actuelle : lors des deux dernières courses, notre vendredi et notre samedi ne se sont pas bien passés. Nous allons travailler là-dessus."

"Si quelque chose casse, comme l'ECU, lors du tour d'installation, que peut-on y faire ? Tout le monde fait de son mieux, mais ça arrive. Il faut donc continuer à travailler et à chercher."

Pas de panique

Haas n'a toutefois pas forcément besoin de changer sa façon de travailler en essais libres après ce qui s'est passé au Mexique : il suffira d'assurer un kilométrage plus important, ce qui devrait porter ses fruits.

"Je pense qu'il faut juste faire du bon travail. Nous n'avons pas besoin de changer quoi que ce soit, nous n'avons pas besoin de changer la moindre pièce. J'ai parlé aux techniciens. Il faut rester concentré, et nous savons que nous pouvons le faire. Nous ne sommes pas devenus stupides en deux semaines, donc il faut juste connaître un week-end sans accroc."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean , Esteban Gutiérrez
Équipes Haas F1 Team
Type d'article Actualités
Tags déclaration, steiner