Les commissaires trop cléments envers Sainz à Austin ?

Günther Steiner et Otmar Szafnauer, qui dirigent les écuries Haas et Force India respectivement, sont remontés envers les commissaires, qu'ils jugent trop cléments vis-à-vis de Carlos Sainz au Grand Prix des États-Unis 2018.

Les commissaires trop cléments envers Sainz à Austin ?

Onzième sur la grille de départ du Grand Prix des États-Unis, Carlos Sainz est sorti particulièrement large du premier virage et est ainsi parvenu à s'emparer de la septième place derrière son coéquipier Nico Hülkenberg. Il prenait ainsi l'avantage sur les Force India, la Haas de Romain Grosjean et la Sauber de Charles Leclerc.

Lire aussi :

Les commissaires ont reconnu Sainz coupable d'avoir tiré avantage d'une sortie de piste et lui ont infligé une pénalité de cinq secondes, qu'il n'a toutefois purgée qu'au moment de son arrêt au stand, au 24e des 56 tours. À ce stade, il comptait déjà dix secondes d'avance sur Sergio Pérez derrière lui. L'Espagnol est ensuite parvenu à finir la course septième, au grand dam de ses rivaux, qui sont en désaccord avec la décision des commissaires.

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, en lutte avec Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+, devant Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14, Sebastian Vettel, Ferrari SF71H,et le reste du peloton au départ
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H devant Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1 W09 tandis que Sebastian Vettel, Ferrari SF71H sort au large au départ
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, devant Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+, au départ de la course

"Notre team manager va soulever le sujet auprès du groupe de travail sportif", indique Günther Steiner. "On coupe le virage, on en profite, mais ça prend cinq tours de se rendre compte qu'il s'est passé quelque chose, il en faut cinq autres [pour prendre une décision], et le pilote a creusé l'écart à ce moment-là, parce que tout le monde est coincé. Ensuite, il prend cinq secondes, ce n'est rien, parce qu'il est déjà parti. Ça ne va pas."

"Si l'on est suffisamment malin, et certains le sont pour en faire leur stratégie, autant couper en sachant qu'on aura cinq secondes, en espérant que ça s'éternise. Parce qu'au premier tour, il y a beaucoup d'incidents, et les commissaires s'occupent d'abord des plus importants. L'avant [du peloton] est évidemment plus important."

"Si nous refaisions cette course et que Sainz était remis à la position où il a pris le départ, la course aurait évolué de façon complètement différente. Je pense que personne n'y pense parce que tout le monde s'en moque, mais il ne faut pas s'en moquer."

Le son de cloche est similaire du côté d'Otmar Szafnauer : "Sainz est sorti large et en a profité. Il a freiné vraiment tard, et le fait qu'il soit sorti de la piste pour dépasser tout le monde et qu'il ait écopé de cinq secondes de pénalité ne prend pas vraiment la mesure de ce qu'il a fait. Cela n'est pas en accord avec la réglementation. Cela aurait dû être un stop-and-go, ou dix secondes s'il ne rendait pas la place."

Guenther Steiner, directeur, Haas F1
Otmar Szafnauer, team principal Racing Point Force India

Directeur de course de la Formule 1, Charlie Whiting a toutefois justifié la décision des commissaires. Selon le Britannique, la sanction aurait été bien plus sévère s'il avait été avéré que Sainz était volontairement sorti de piste pour gagner du temps.

"Quand il y a une situation comme à Abu Dhabi l'an dernier, où Nico Hülkenberg a dépassé en sachant qu'il allait probablement écoper de cinq secondes de pénalité, il a facilement gagné plus de cinq secondes, donc ça valait le coup de le faire", rappelle Whiting. "C'est pourquoi nous avons donné de nouvelles directives aux commissaires. Les équipes en sont conscientes : s'ils pensent que c'est fait délibérément, ils vont considérer ça de façon très différente."

"Mais au premier virage du premier tour [à Austin], c'était un peu le désordre, et il est très clair qu'il a fait l'extérieur à Leclerc et est sorti large. On dirait qu'il a un peu suivi Sebastian [Vettel], puis est revenu en piste et était devant. Je pense qu'il faut dire qu'il en a tiré un avantage. Mais en ce qui concerne la pénalité, je pense que c'est la pénalité standard."

Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18 dans le parc fermé
partages
commentaires
Brawn : Les erreurs de Vettel ne peuvent plus être "des coïncidences"

Article précédent

Brawn : Les erreurs de Vettel ne peuvent plus être "des coïncidences"

Article suivant

Vettel : Ferrari a "mis trop de temps" à réaliser son erreur

Vettel : Ferrari a "mis trop de temps" à réaliser son erreur
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021