Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Comment Haas tire les leçons du fiasco de Melbourne

partages
commentaires
Comment Haas tire les leçons du fiasco de Melbourne
Par :
9 mars 2019 à 10:15

Il y a un an, au Grand Prix d'Australie, Haas F1 Team connaissait le pire revers de son Histoire en perdant ce qui pouvait être son meilleur résultat en Formule 1. Une mésaventure dont les coulisses sont montrées par le nouveau documentaire de la F1 sur Netflix, et que Haas évitera à tout prix de réitérer.

Haas F1 Team avait commencé la saison 2018 de Formule 1 en fanfare en plaçant Kevin Magnussen et Romain Grosjean aux sixième et septième rangs des qualifications, et les deux hommes étaient quatrième et cinquième lorsque la course a tourné au cauchemar.

Lire aussi :

Lors du premier arrêt au stand de chacun, une roue a été mal fixée – arrière gauche pour Magnussen, avant gauche pour Grosjean – et les deux pilotes ont été contraints à l'abandon, au grand dam de toute l'écurie.

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, sort de sa voiture et abandonne

Cette mésaventure est au cœur du premier épisode du documentaire Formula 1 : Pilotes de leur destin sorti sur Netflix ce vendredi. On y voit le directeur d'équipe Günther Steiner annoncer à ses hommes, à l'aube de la première course de la saison : "Au niveau des arrêts au stand, nous avons quelques nouvelles personnes, ce sera – je ne dirais pas 'difficile', mais nous devons nous habituer à ces nouvelles personnes lors des arrêts au stand."

Puis, alors que la course se passait si bien, c'est le drame. "Quand on voit ça arriver sur l'écran, on se dit : 'Ce n'est pas possible, ce n'est pas vrai'. Nous avons tout perdu en deux tours", regrette Steiner, qui n'a toutefois pas le temps de se laisser abattre : il s'agit de tirer les conséquences de cet échec.

La première étape est toutefois de rendre des comptes par téléphone au grand patron, Gene Haas, qui n'est pas présent à Melbourne ce week-end-là. Clairement, Steiner est bouleversé : "Je ne sais pas, Gene, je n'ai pas de réponse à ça. On a juste merdé sur ce coup. Je le sais – dire que j'ai merdé, ça ne change rien… La même erreur, c'est incroyable. Les deux gars qui mettaient la roue, ils étaient nouveaux."

"Putain ! Quatrième et cinquième. Gene, si on avait fini quatrième et cinquième ici, on aurait été des rockstars ! Mais là, on est une bande de branleurs ! Une bande de clowns, putain ! Je vais analyser la situation comme il se doit. Ne t'inquiète pas Gene, tu le sais. Je vais résoudre ça, fais-moi confiance."

Günther Steiner, Team Principal, Haas F1 Team, et les ingénieurs Haas F1 Team sur la grille

L'Italien se rend ensuite auprès de l'un des mécaniciens concernés, penaud. S'ensuit l'échange ci-dessous :

Steiner : "La roue n'était pas fixée, hein ?"
Mécanicien : "Elle donnait la sensation d'être bien serrée, mais quand la voiture est retombée, elle avait l'air mal serrée. Je ne l'ai pas serrée correctement, monsieur."
Steiner : "Tu penses que nous ne nous sommes pas assez entraînés ?"
Mécanicien : "Nous ne nous sommes pas entraînés de tout le week-end, donc… La fatigue, aussi, je doute que ça aide."
Steiner : "Mais les roues n'étaient pas complètement montées sur la voiture, tu en es conscient ?"
Mécanicien : "Je suis infiniment déçu, et je suis sincèrement désolé, monsieur."

C'est donc un manque de préparation qui a coûté extrêmement cher à Haas en 2018, et l'écurie américaine est déterminée à ne pas laisser cette situation se reproduire, comme vient de le faire savoir Steiner.

"Nous n'avons évidemment pas oublié les arrêts au stand de l'an passé en Australie, qui ont mal tourné", rappelle le directeur de l'équipe. "Cette année, nous avons vraiment mis l'accent sur le fait d'être préparés."

"Nous avons apporté une voiture 2018 à notre site de production en Italie afin de s'y entraîner tous les jours et de travailler les arrêts au stand. Nous avons fait pareil à Barcelone, car la voiture actuelle n'est pas toujours disponible pour les essais d'arrêt au stand. Tous les jours, les mécaniciens ont fait dix à douze arrêts au stand." De quoi éviter de revivre pareille mésaventure.

Article suivant
Honda nomme un responsable dédié uniquement à la F1

Article précédent

Honda nomme un responsable dédié uniquement à la F1

Article suivant

Brawn compare le Brexit au bug de l'an 2000

Brawn compare le Brexit au bug de l'an 2000
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Australie
Équipes Haas F1 Team
Auteur Benjamin Vinel