Haas contraint de retirer des pièces fragiles sur sa F1

partages
commentaires
Haas contraint de retirer des pièces fragiles sur sa F1
Edd Straw
Par : Edd Straw
27 mai 2018 à 07:05

Entre la journée de jeudi et celle de samedi, Haas F1 a dû se résoudre à supprimer une partie des déflecteurs sur sa monoplace, car ces pièces étaient trop fragiles.

Lors des essais libres de jeudi à Monaco, Romain Grosjean a perdu plusieurs pièces de carbone en passant sur les vibreurs à la Piscine. Ce problème étant récurrent pour l'écurie américaine, elle a décidé de retirer la dérive horizontale située à la base du déflecteur principal à partir de la troisième séance d'essais libres.

Samedi en qualifications, Haas a connu sa pire séance de l'année dans l'exercice du tour rapide, Grosjean étant le plus rapide des deux pilotes mais avec seulement le 15e chrono, à près de deux secondes de la pole position. Le Français partira même 18e cet après-midi suite à sa pénalité reçue en Espagne, tandis que son coéquipier Kevin Magnussen a été éliminé dès la Q1 et s'élancera 19e.

Interrogé par Motorsport.com, Günther Steiner a expliqué le choix contraint et forcé de son équipe de retirer certaines pièces du package aérodynamique, faute de solution applicable rapidement. "C'est un problème que nous essayons de régler depuis six Grands Prix, et nous y sommes parvenus à certains endroits, mais pas ici", précise le directeur de Haas. "Nous avons dû arrêter et prendre certaines mesures en les retirant, plutôt qu'attendre qu'ils tombent." 

Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18

Il y a évidemment une perte d'appui aérodynamique consécutive à cette décision, mais l'écurie n'est pas en mesurer de la quantifier de manière exacte ni de savoir si la VF-18 a désormais moins d'appui qu'en tout début de saison, puisque la configuration dans laquelle se trouve la monoplace n'était pas anticipée et n'a pas été simulée en soufflerie ou avec la CFD. 

"C'est de l'à-peu-près, car on ne fait pas rouler la voiture avec cette géométrie [habituellement], on n'a pas de plan donc on ne sait pas ce que ça donne dans les virages", confirme Steiner. "On guide l'air là où on veut qu'il aille, et si l'on retire ces pièces, on ne sait pas où il va, on ne va pas enquêter là-dessus car on ne prévoit jamais de rouler comme ça."

Un nouveau package aérodynamique doit être introduit par Haas dès le prochain Grand Prix au Canada, avec également des pièces renforcées pour remédier à ce problème. Cela impliquera en revanche qu'elles soient plus lourdes, avec davantage de carbone utilisé.

"Nous avons ce problème depuis les essais [hivernaux] de Barcelone, et nous en sommes conscients", assume Steiner. "Tout le monde est conscient que ça ne peut plus durer, et ça a été conçu et produit avec une différente spécification. La manière la plus facile [de renforcer les pièces] est d'avoir plus de poids."

À l'issue des qualifications, Romain Grosjean a lui-même confirmé que sa monoplace était loin d'évoluer dans une configuration optimale, évoquant des autos "un peu endommagées, notamment au niveau du fond plat".

Propos recueillis par Edd Straw

Prochain article Formule 1
Les duels en qualifications après Monaco

Article précédent

Les duels en qualifications après Monaco

Article suivant

McLaren assure n'avoir pas évoqué de rôle en F1 pour Nicholas Latifi

McLaren assure n'avoir pas évoqué de rôle en F1 pour Nicholas Latifi
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Monaco
Lieu Monte Carlo
Équipes Haas F1 Team
Auteur Edd Straw
Type d'article Actualités