Haas : "Il faut que le plafond budgétaire baisse"

À quel niveau faut-il abaisser le plafond budgétaire mis en œuvre pour la saison 2021 de Formule 1 ? C'est toute la question posée par la crise du coronavirus.

Haas : "Il faut que le plafond budgétaire baisse"

Mesure inédite dans l'Histoire du championnat, le plafond budgétaire avait initialement été fixé à 175 M$ (153,8 M€ selon le taux de change établi au moment de l'accord), mais c'était avant que la pandémie de COVID-19 ne provoque le report et l'annulation de nombreux Grands Prix, avec le potentiel d'une perte de revenus gigantesque pour les écuries.

Un accord tacite a déjà été trouvé pour abaisser ce chiffre à 150 M$ – à peine un tiers de ce que dépensent Ferrari et Mercedes, même si de nombreux coûts sont exclus des restrictions et certaines écuries font campagne pour une limite encore plus drastique : McLaren a notamment suggéré un plafond de 100 M$.

Lire aussi :

"Il faut que ça baisse", insiste Günther Steiner, directeur de Haas F1 Team, auprès du site officiel de la F1. "Je respecte les grandes équipes et la difficulté de réduire les ressources humaines. Comme on dit, ce n'est jamais agréable de sauter dans une piscine quand l'eau est froide, mais à un moment, il faut le faire – sinon, on ne survit pas. C'est froid et c'est déplaisant, mais une fois que c'est fait, c'est fait."

"Cette crise nous donne une opportunité. Il nous faut faire survivre la F1. Ce n'est pas bien s'il ne reste que les trois écuries riches. Que McLaren et Renault veuillent abaisser le plafond est significatif. Ce sont des constructeurs automobiles. Ce sont de grandes équipes à mes yeux. Ils sont conscients de la direction dans laquelle le monde se dirige. Continuer ainsi n'a pas beaucoup de sens."

"La F1 changera, et en bien, j'espère. J'espère que nous aurons dix équipes qui pourront se battre pour le podium, et je sais que c'est trop optimiste, mais ce serait bien d'avoir au moins la moitié de la grille qui puisse se battre pour le podium, comme il n'y a pas si longtemps. J'espère que nous retrouverons une situation où ce n'est pas l'équipe qui a le plus gros portefeuille qui est Championne du monde mais celle qui travaille le mieux. J'espère que la crise va nous pousser dans cette direction. Mais je ne sais évidemment pas si ce sera le cas."

Kevin Magnussen, Haas VF-20

Une autre difficulté pourrait être un calendrier extrêmement chargé à partir de l'été, la Formule 1 gardant pour objectif de tenir autant de Grands Prix que possible afin d'assurer un maximum de revenus.

"Tout le monde va changer d'approche", souligne Steiner. "On ne pourra pas développer des évolutions et les mettre sur la voiture aisément. Si nous faisons 15 courses en six mois, ce ne sera pas une mince affaire. Il faut se rendre la vie non pas facile mais plus simple afin de ne pas commettre d'erreurs. Si on complique les choses et ouvre la possibilité de faire des erreurs, il n'y a que des désavantages. On dépense de l'argent à le faire, puis à essayer de comprendre ce qui cloche, et il n'y a pas de résultats, ce qui n'est pas bon."

Lire aussi :

Steiner sait de quoi il parle : l'an passé, Haas a passé la majeure partie de la saison à tenter de comprendre pourquoi les évolutions apportées à la VF-19 ne représentaient aucun gain de performance, ayant tardé à écouter les doutes d'emblée émis par le pilote Romain Grosjean. Cependant, ce genre d'épreuve pourrait avantager l'équipe face aux défis que vont devoir relever les dix teams de Formule 1.

"Nous avons déjà connu des temps difficiles. Nous avons moins de ressources humaines et avons l'habitude de plus grandes difficultés qu'un top team qui a deux personnes pour chaque job quand nous n'en avons qu'une. Mais c'est comme ça. Nous pouvons faire avec. Ce sera difficile pour nos employés, mais un challenge est une opportunité. Ce ne sera facile pour personne. Nous ferons de notre mieux et espérerons faire du meilleur travail que d'autres qui ont plus de ressources humaines", conclut Steiner.

partages
commentaires
Le Grand Prix que Toyota aurait dû gagner

Article précédent

Le Grand Prix que Toyota aurait dû gagner

Article suivant

Le GP de Grande-Bretagne annonce le huis clos

Le GP de Grande-Bretagne annonce le huis clos
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021