Haas - "Une équipe de jour et une équipe de nuit" à Barcelone

A quelques jours des tout premiers tests de la saison 2016 de Formule 1, Günther Steiner, le directeur de l’écurie Haas, explique comment la structure américaine va aborder ses premiers essais privés.

Haas - "Une équipe de jour et une équipe de nuit" à Barcelone
Gunther Steiner, Haas F1, Team Principal
Carlos Slim, Esteban Gutiérrez, Gene Haas et Günther Steiner
Carlos Slim, Esteban Gutiérrez, Gene Haas et Günther Steiner
Carlos Slim, Esteban Gutiérrez, Gene Haas et Günther Steiner
Carlos Slim, Esteban Gutiérrez, Gene Haas et Günther Steiner
Gunther Steiner, Team Principal Haas F1 Team
Gunther Steiner, Team Principal Haas F1 Team, Romain Grosjean, Haas F1 Team et Gene Haas, Haas F1 Team
Gunther Steiner, Team Principal Haas F1 Team, Romain Grosjean, Haas F1 Team

Déjà présente à Barcelone, l’écurie Haas F1 Team va débuter son aventure en Formule 1 le 22 février en présentant sa monoplace puis en prenant part aux essais hivernaux organisés sur le circuit de Barcelona-Catalunya. L’occasion pour Günther Steiner d’expliquer le travail et les méthodes de l’équipe en vue de cette première expérience d’importance dans le grand cirque, avec les deux sessions de tests complémentaires.

"Lors de notre premier test de la saison et le premier de l’équipe, nous allons essayer de nous assurer que tout fonctionne comme prévu. Vous éprouvez tout ce que vous avez fait et lors de la seconde partie des tests, vous essayez de tirer de la performance de la voiture. Ou, pour mieux le dire, vous essayer d’obtenir de la performance aussi rapidement que possible."

"Tout est nouveau sur la voiture. Le premier test est assez important juste du point de vue de la fiabilité. Vous essayez d’apprendre autant que possible de la voiture. Vous avez la base de la voiture et vous travaillez sur cette base le reste de l’année."

Aucune limite de travail

L’une des attentes majeures chez Haas, pour ces premiers essais, sera de créer une atmosphère de travail collectif pour pouvoir faire face à toutes les situations quand les Grands Prix débuteront : "Parce que nous sommes une nouvelle équipe, il faut nous assurer que tout le monde travaille ensemble - les mécaniciens qui travaillent avec les ingénieurs de course - pour rendre la voiture fiable, pour comprendre la voiture."

"Tout est nouveau pour nous. Ce n’est pas seulement une nouvelle voiture, mais une nouvelle équipe. Lors des seconds tests, j’espère que nous pourrons nous placer en position de commencer à travailler sur les réglages de la voiture à partir desquels nous pouvons apprendre comment la rendre meilleure pour la course."

En raison de leur courte durée - huit jours - ces essais hivernaux sont essentiels pour lancer la saison. Le travail y sera donc logiquement très intense pour le personnel présent, dont la gestion sera un paramètre essentiel pour progresser au mieux : "Pour les essais, il n’y a aucune limite concernant la quantité de travail. Nous avons une équipe de jour et une équipe de nuit. Par le passé, qui n’est pas si lointain, c’étaient les mêmes personnes qui constituaient les équipes de jour et de nuit."

"Ce qui est fait aujourd’hui est que vous avez des gens qui arrivent à 18h et qui dînent avec les gars de l’équipe de jour, donc ils échangent ce qu’ils ont appris et savent ce qu’ils ont à faire. Les gars [de l’équipe de nuit] prennent la relève et travaillent jusqu’au lever du soleil, alors l’équipe de jour arrive de nouveau et vous faites la même chose. Ils petit-déjeunent ensemble et certains vont se coucher et les autres vont travailler."

Éviter le burn-out

Éviter que les mécaniciens ne soient trop sollicités est un enjeu essentiel pour assurer le bon fonctionnement de la structure lors de cette période cruciale : "Ce que vous faites normalement, parce que lors des tests vous ne faites rouler qu’une seule voiture et avez deux équipes de mécaniciens, vous les échangez lors du second test. Il faut toujours être prudent parce qu’il y en aura qui ne veulent pas rentrer. Ils veulent rester donc vous devez leur dire : 'Non, ton temps de travail est fini'. C’est tout un défi."

"Nous essaierons de leur donner un samedi ou un dimanche de repos avant qu’ils aillent en Australie. Ces gars, quand ils reviendront à l’usine après les seconds tests, devront reconstruire les voitures avant qu’elles ne soient envoyées en Australie. Il faut être prudent pour qu’ils ne soient pas victimes de burn-out."

Finalement, que prendre de ces tests et comment l’appliquer dès l’Australie ? "Vous éprouvez votre méthodologie, la manière de travailler, la manière dont les gars travaillent. Vous avez le temps entre les deux, 10 jours pour régler cela. Il y a tellement d’électronique dans ces voitures, de logiciels. Vous essayer de tout éprouver pour qu’il n’y ait pas d’erreurs."

"Quand vous arrivez en Australie et que vos pilotes remarquent que le comportement de la voiture n’est pas bon, vous savez quoi faire pour que le comportement de la voiture soit bon. C’est un mélange de tout. La chose la plus importante est de rouler autant que possible à Barcelone et d’éviter tout contretemps avec une casse de la voiture ou autre. Plus vous pilotez, plus vous apprenez et plus vous êtes préparés pour l’Australie."

partages
commentaires
Les cockpits fermés divisent Da Costa et Di Grassi

Article précédent

Les cockpits fermés divisent Da Costa et Di Grassi

Article suivant

Il y aura "un peu de variété" dans les stratégies de course

Il y aura "un peu de variété" dans les stratégies de course
Charger les commentaires
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021