Lewis Hamilton très sévère avec les pneus Pirelli 2021

Après les premiers essais libres du Grand Prix de Bahreïn 2020 de F1, Lewis Hamilton n'a pas été tendre avec les pneus 2021 apportés par Pirelli.

Lewis Hamilton très sévère avec les pneus Pirelli 2021
Charger le lecteur audio

Dire que Lewis Hamilton n'a pas été convaincu par le roulage avec les pneus C3 2021 sur le circuit de Bahreïn est un doux euphémisme tant il a transpiré des premières réactions du septuple Champion du monde à la sortie de sa Mercedes que le roulage avec ces nouveaux produits a relevé du calvaire. Auteur du meilleur temps des deux séances, le Britannique a tout de même tenu à être clair : il salue le travail global de Pirelli, mais peine à être convaincu par les nouveaux pneus apportés par le manufacturier depuis deux saisons.

"Je fais de mon mieux pour ne rien dire [de mal] !", a-t-il lâché au sujet des nouvelles gommes prévues pour 2021, sans toutefois y parvenir sur la durée de son intervention. "Ce que je veux dire, c'est que tous les week-ends, chaque année, nous avons une équipe Pirelli [qui travaille avec Mercedes]. J'ai le plus grand respect pour les gars qui sont là pour charger nos pneus, les amener ici et assurer notre sécurité. Et ils font un travail incroyable."

Lire aussi :

"Malheureusement, nous avons le même pneu depuis deux ans. Fin 2019, ils ont apporté un nouveau pneu [prévu pour 2020], ce qu'ils font d'habitude. Et il était bien pire. Alors ils ont dit d'accord, et bien nous gardons le pneu que nous avions l'année dernière. Ils ont alors eu deux ans pour développer un meilleur pneu. Et nous sommes arrivés à un pneu [2021] qui pèse trois kilos de plus. Et c'est environ une seconde de plus par tour."

"Et je sais que pour les fans, cela ne fait pas vraiment de différence, [mais] du point de vue du pilote, nous travaillons avec des marques et des partenaires qui sont à la pointe de la technologie, et qui nous permettent d'aller de l'avant. Et si vous revenez en arrière après deux ans de développement... Je veux dire, je ne sais pas ce qui se passe. Donc, il est certain que ce n'est pas très agréable en piste. Et c'est un souci, je veux dire, je préfère rester sur ces pneus [2019] si c'est tout ce qu'ils ont, et si c'est le mieux qu'ils puissent faire, ce qui est clairement le cas, il vaudrait mieux que nous restions sur ce pneu."

Pour rappel, les pneus 2019 ont été conservés cette année car les enveloppes conçues spécifiquement pour 2020 ont été unanimement rejetées par l'ensemble des écuries après une session d'essais à Abu Dhabi l'an passé. Or, avec l'évolution naturelle des performances et les charges aéro plus importantes, les pneus 2019 ont parfois montré des signes de faiblesse inquiétants (comme au Grand Prix de Grande-Bretagne) et Pirelli tient donc à modifier certaines constructions en vue de 2021. D'où les tests menés depuis plusieurs courses et le roulage important réalisé ce vendredi à Bahreïn par l'ensemble des équipes et des pilotes.

Moins expansif, Max Verstappen ne s'est pas pour autant montré convaincu. "Il est difficile de savoir quels composés nous utilisions, mais ça partait un peu dans tous les sens, pour être honnête, en termes d'adhérence et d'équilibre. Donc il faut se pencher là-dessus et nous allons en parler à Pirelli."

Pour faire bonne mesure, les critiques des pilotes se basent également sur l'utilisation de pneus nouveaux pour la première fois dans un tel contexte, alors que les monoplaces ont été conçues pour d'autres gommes et ne peuvent être totalement optimisées, sur le plan des réglages, pour ces enveloppes-là, que les écuries connaissent peu. De plus, la localisation de la piste de Sakhir dans le désert de Bahreïn et sa saleté naturelle en début de week-end sont des paramètres qui doivent également entrer en ligne de compte.

Lire aussi :

Concernant plus particulièrement ses sensations en vue du reste du Grand Prix, Hamilton d'expliquer : "De mon côté, nous ne sommes pas particulièrement satisfaits de l'équilibre [de la voiture]. Mais je pense que tout le monde est probablement dans la même situation, la piste est assez glissante et il y a des rafales."

"Ce circuit fait fonctionner les pneus de façon totalement différente par rapport à des endroits comme la dernière course en Turquie, et des pistes comme Portimão. Donc, au lieu de faire un tour rapide pour essayer d'augmenter la température des pneus, vous essayez d'aller lentement pour ne pas trop chauffer les pneus, car sinon cela génère beaucoup de chaleur. Nous avons vraiment du travail à faire."

Interrogé sur la surchauffe générée, il finit par lâcher : "Toujours, avec ces pneus, les pneus qu'on nous donne sont toujours en surchauffe !"

partages
commentaires
Red Bull "frustré" par l'accident très coûteux d'Albon
Article précédent

Red Bull "frustré" par l'accident très coûteux d'Albon

Article suivant

Gel des moteurs : Red Bull insiste sur la nécessité de convergence

Gel des moteurs : Red Bull insiste sur la nécessité de convergence
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021