Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Pourquoi le cas Hamilton n'avait pas vraiment de précédent

partages
commentaires
Pourquoi le cas Hamilton n'avait pas vraiment de précédent
Par :
24 juil. 2018 à 07:06

La décision rendue par les commissaires du Grand Prix d'Allemagne suite à l'infraction de Lewis Hamilton a surpris plus d'un observateur. L'analyse détaillée de l'historique des situations similaires permet de mieux la comprendre.

L'infraction évoquée depuis ce dimanche est définie simplement au quatrième alinéa de l'article 4 du Chapitre IV de l'annexe L du Code sportif international (CSI) de la FIA dans sa version française : "Sauf dans un cas de force majeure (reconnu en tant que tel par les Commissaires Sportifs), le franchissement dans quelque sens que ce soit de la ligne de démarcation entre l’entrée des stands et la piste par une voiture entrant dans la voie des stands est interdit."

Lire aussi :

Lors de chaque week-end de GP, les Notes du directeur de course permettent de rappeler, et si besoin de préciser, certaines règles vis-à-vis de leur application pratique (en fonction des spécificités des tracés par exemple), dont celle citée ci-dessus. Par exemple, lors du Grand Prix d'Allemagne 2018, voici ce que ces Notes indiquaient concernant l'entrée des stands, à l'article 8.2 : "Pour des raisons de sécurité, les pilotes doivent rester à droite de la quille à l'entrée de la pitlane lorsqu'ils entrent dans les stands." Ces Notes de la direction de course ont valeur de règle et sont souvent citées comme norme vis-à-vis de laquelle un pilote se place en infraction.

D'ailleurs, certaines des décisions rendues par les commissaires dans ce domaine le sont sous l'autorité de l'article 12.1.1.i du CSI qui considère comme infraction au règlement "tout manquement à l’obligation de suivre les instructions des officiels concernés pour la sécurité et le bon déroulement de l’épreuve". Il s'agit bien évidemment, dans le cadre qui nous intéresse, d'une référence aux Notes du directeur de course. 

Depuis 2011, plus d'une vingtaine de cas de ligne d'entrée des stands traversée ont été recensés, même si la liste ci-dessous ne se veut pas exhaustive. Or, dans une grande majorité de situations, ce qui est en cause n'est pas exactement l'infraction commise par Hamilton, à savoir s'engager dans la ligne des stands puis en sortir, mais plutôt le fait de passer de la piste à la voie des stands trop tardivement.

L'analyse des différentes infractions notifiées permet de classer dans un premier temps les infractions qui surviennent en essais libres et dans un second temps les infractions qui surviennent en course. 

L'infraction en essais libres

Année GP Pilote Séance Sanction(s)
2011 JAP M. Schumacher EL1 5000€ d'amende
2012 CAN K. Räikkönen EL3 2500€ d'amende
GBR K. Kobayashi EL1 Aucune
JAP C. Pic EL1 Aucune
2013     AUS J. Bianchi EL1 Aucune
CAN J. Button EL2 Aucune
GBR L. Hamilton EL2 Réprimande
BRE M. Chilton EL3 Réprimande
BRE E. Gutiérrez EL3 Réprimande
2015 ESP N. Rosberg EL1 Réprimande
AUT D. Kvyat EL1 Réprimande
AUT S. Vettel EL3 Réprimande
AUT N. Hülkenberg EL3 Réprimande
RUS V. Bottas EL1 Réprimande
MEX N. Hülkenberg EL1 Réprimande
2016 AUT M. Ericsson EL1 Réprimande
HON V. Bottas EL2 Réprimande
HON C. Sainz EL2 Réprimande
USA S. Vettel EL2 Réprimande
2017 AUT L. Stroll EL2 Réprimande

Sans surprise, l'infraction commise en essais libres ne fait au maximum l'objet que d'une réprimande depuis la mi-2013, quels que soient le contexte et les circonstances.

L'infraction en course

Année GP Pilote Sanction(s)
2013 BRE F. Massa Drive through
2014 : création de la pénalité de 5 secondes
2015 CAN R. Grosjean Aucune
CAN W. Stevens Aucune
RUS C. Sainz 5 secondes
2016 EUR K. Räikkönen 5 secondes / 2 pts pénalité
2017 ESP P. Wehrlein 5 secondes / 2 pts pénalité

Et sans surprise, en course, on note une plus grande sévérité. Mais l'analyse brute, dans ce cas, ne suffit pas à établir une jurisprudence claire car aucune des situations figurant dans le tableau ci-dessus ne correspond à celle du GP d'Allemagne 2018.

Brésil 2013 : la pénalité de Massa

Sur le circuit d'Interlagos, la voie d'entrée des stands débute à l'intérieur du dernier virage qui est en fait une courbe à fond en montée, et donc sa position peut inciter les pilotes à la traverser pour gagner du temps. Or, à l'époque, l'entrée de la voie des stands n'a pas encore été modifiée.

À l'occasion du GP du Brésil 2013, et ce plusieurs fois le vendredi et le samedi, la direction de course rappelle les pilotes à l'ordre. Max Chilton et Esteban Gutiérrez reçoivent chacun une réprimande lors des EL3. La question devient si problématique qu'avant la course, le dimanche matin, la FIA publie un document spécial, avec une photographie annotée indiquant à partir de quel point "les pilotes ne peuvent pas traverser [la ligne séparant les stands de la piste] avec les quatre roues".

Durant la course, Felipe Massa est averti une première fois par la direction de course (ce qui lui est communiqué par radio via son ingénieur) mais coupe ensuite de nouveau la ligne au mauvais endroit et écope d'un drive through. Il est à noter qu'à l'époque, l'arsenal de pénalités disponibles ne compte pas la pénalité de cinq secondes (qui apparaîtra en 2014) et que la politique de plus grande clémence envers les pilotes n'est pas encore en vigueur.

Canada 2015 : la force majeure pour Grosjean et Stevens

Ici, l'affaire est plus simple : en voulant dépasser la Marussia de Will Stevens pour lui prendre un tour au freinage de la dernière chicane à Montréal, Romain Grosjean touche le Britannique. Les deux voitures sont endommagées et, après avoir tiré vers l'échappatoire et commencé à tourner vers la droite, les deux hommes se ravisent et traversent la ligne d'entrée des stands pour rentrer. Aucune pénalité ne sera infligée.

Voici la justification de la décision des commissaires à l'époque : "Les commissaires considèrent qu’il s’agit d’un cas de force majeure et en conséquence aucune sanction n’est prise. Les Notes du directeur de course [à l’article] 6.2 disposent que 'pour des raisons de sécurité' les pilotes doivent rester à gauche de la ligne blanche, cependant dans ce cas, continuer un autre tour aurait été dangereux car les deux voitures devaient passer par les stands."

Russie 2015 : la pénalité de Sainz

Comme pour le GP du Brésil 2013, la FIA publie une version amendée des Notes le matin de la course dans laquelle elle ajoute des précisions sur la ligne d'entrée aux stands ainsi que des photos. Cependant, durant la course et malgré ces précisions, au moment où le Safety Car est déployé suite au crash de Grosjean, Carlos Sainz va entrer dans la pitlane entre les virages 17 et 18 en coupant la ligne séparant les stands de la piste après la quille qui symbolise l'endroit à partir duquel il est interdit d'entrer. Il recevra alors cinq secondes de pénalité.

Lire aussi :

Europe 2016 : la pénalité de Räikkönen

Pour la première épreuve sur le circuit de Bakou, il est rapidement constaté que la trajectoire naturelle des pilotes dans la ligne droite les voit se positionner en piste en empruntant naturellement une grande partie de la zone d'entrée des stands. Or, à ces vitesses, cela ne va pas sans poser problème et sans créer des risques lorsqu'un pilote doit, lui, ralentir pour rentrer dans la pitlane.

La direction de course décide donc de publier là encore une version amendée de ses Notes le jour même de l'épreuve, accompagnée d'un schéma et de photos explicatifs. "Toute voiture avec quatre roues à gauche de la ligne blanche doit entrer dans la ligne des stands", peut-on ainsi lire à l'article 6.3 de ces Notes.

Or, lors de la course, le Finlandais se rend coupable de cette infraction en prenant l'aspiration d'un pilote qui rentre au stand et est sanctionné par les commissaires de cinq secondes de pénalité.

Espagne 2017 : la pénalité de Wehrlein

Dans ce cas-là, Pascal Wehrlein a été appelé un peu tard dans les stands par son écurie et est donc rentré dans la pitlane après la quille, à sa gauche, ce qui constituait alors une infraction claire aux Notes du directeur de course, en leur article 8.2 : "Pour des raisons de sécurité, les pilotes doivent rester à la droite de la quille à l'entrée des stands."  

Les explications de Charlie Whiting

Le directeur de course de la Formule 1 estime ainsi qu'il n'existait pas de véritable précédent à l'infraction commise à l'entrée des stands par Lewis Hamilton lors du GP d'Allemagne. Les commissaires ont justifié la réprimande infligée principalement par le fait que l'incident avait eu lieu dans une certaine confusion, s'était produit sous régime de voiture de sécurité et qu'il n'y avait pas de danger pour les autres pilotes.

Whiting a déclaré que ce cas de figure était "plutôt différent" de l'infraction commise à l'entrée des stands par Räikkönen lors du Grand Prix d'Europe 2016 à Bakou, précisant qu'il "y avait alors deux voitures proches l'une de l'autre à une vitesse extrêmement élevée".

L'un des aspects inhabituels dans le cas de Hockenheim, c'est que Hamilton n'a pas enfreint la règle qui oblige chaque pilote à passer à droite de la quille lorsqu'il entre dans les stands. Il a modifié sa trajectoire après l'avoir contournée correctement.

"C'est pour faire en sorte que les pilotes n'entrent ou ne sortent pas des stands de manière dangereuse", rappelle Whiting au sujet de la règle concernant la quille. "À l'entrée des stands, nous ne voulons pas voir un pilote plonger à la dernière minute, c'est la raison pour laquelle il y a une quille."

"Mais c'est moins clair concernant le fait de savoir si c'est dangereux lorsqu'un pilote décide d'abandonner son entrée dans les stands après avoir dépassé la quille, ce qui est plus ou moins un point de non-retour, et revient en coupant. Il y a quelques exemples de pilotes qui ne passent pas à droite de la quille lorsqu'ils entrent dans les stands."

Lire aussi :

Whiting a également précisé que l'incident impliquant Hamilton était différent de celui provoqué par Pascal Wehrlein lors du Grand Prix d'Espagne 2017, pour lequel l'Allemand avait écopé de cinq secondes de pénalité après avoir manqué la quille suite à un appel au stand tardif : "Il est entré dans les stands. Lewis n'est pas allé dans les stands. Il allait le faire, mais finalement il ne l'a pas fait."

Hamilton avait lui-même reçu une réprimande en 2013 pour n'avoir pas respecté la quille à l'entrée des stands lors du Grand Prix de Grande-Bretagne.

Enfin, Whiting a expliqué qu'à Hockenheim c'est le fameux article 4 d) du chapitre IV, appendice L du Code sportif international de la FIA qui a poussé les commissaires à convoquer Hamilton et Mercedes, et non la règle concernant la quille. "Il y a une autre règle dans le code sportif qui dit que la ligne séparant l'entrée des stands de la piste ne doit être coupée dans aucune direction par une voiture qui entre dans la pitlane", détaille-t-il.

En 2012, lors des essais libres du Grand Prix du Canada, Kimi Räikkönen avait été pénalisé pour ne pas avoir respecté cette règle. Il avait reçu une modeste amende de 2500€ pour avoir "coupé la ligne à l'entrée des stands".

Avec Basile Davoine et Adam Cooper

Article suivant
Officiel - Le GP de Miami n'aura pas lieu en 2019

Article précédent

Officiel - Le GP de Miami n'aura pas lieu en 2019

Article suivant

Verstappen défend Vettel après son erreur

Verstappen défend Vettel après son erreur
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Allemagne
Catégorie Course
Pilotes Lewis Hamilton Boutique
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Fabien Gaillard