Hamilton présente ses "excuses à l'équipe"

Le Britannique a écopé d'une pénalité évitable à Bahreïn, qui lui a peut-être coûté la victoire.

On ne saura jamais si Lewis Hamilton aurait remporté ce Grand Prix de Bahreïn s'il n'avait pas eu cette pénalité à purger. Une sanction de cinq secondes consécutive à une manœuvre contestable à l'entrée des stands. Sous régime de voiture de sécurité, le Britannique a freiné plus que de raison devant Daniel Ricciardo, afin de ne pas perdre trop de temps tandis que Valtteri Bottas occupait temporairement le stand Mercedes. 

Hamilton a-t-il des regrets ? Il admet sa faute, et fait son mea culpa après cette erreur. "Bravo à Sebastian, il a fait du travail fantastique, et merci à Valtteri [Bottas] d'avoir été un gentleman [en respectant les consignes de course]", déclare le triple Champion du monde. "C'est de ma faute, je présente mes excuses à l'équipe."

Les regrets, Hamilton a en tout cas fait tout ce qu'il pouvait pour ne pas en avoir dans le dernier relais, exploitant au maximum ses gommes neuves pour essayer de réduire l'écart avec Vettel. Las, le Britannique doit se contenter de la deuxième place, comme lors du Grand Prix d'ouverture à Melbourne, et laisse à nouveau les commandes du championnat au vainqueur du jour. 

"J'ai fait tout ce que je pouvais, et Ferrari a fait du très bon travail", poursuit-il. "Nous reviendrons plus forts en équipe. La déception est là, et perdre des points pour l'équipe est douloureux, surtout quand on pouvait gagner, mais j'ai fait de mon mieux."

"Je suis un peu déçu. Ferrari a fait du très bon travail. Je voulais obtenir un bon résultat pour l'équipe, mais je n'ai pas le sentiment d'avoir été à la hauteur. Si je n'avais pas eu la pénalité de cinq secondes... et nous avons perdu un peu de temps lors de l'arrêt au stand. Nous devons trouver comment aller de l'avant."

"C'est la deuxième fois que je suis coincé derrière [dans ma carrière], mais là, c'était ma faute", ajoute-t-il au sujet de l'arrêt au stand. "Je voulais avoir un écart de cinq secondes [par rapport à Valtteri], mais quand je suis arrivé dans les stands, il était toujours là."

"Ferrari a fait les bons arrêts au bon moment et mérite de gagner", commente quant à lui Niki Lauda, président non exécutif de Mercedes, au micro de Sky Sports. "Le problème de Lewis, c'est la pression de ses pneus. C'était normal qu'il ne soit pas assez rapide."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Bahreïn
Sous-évènement Course
Circuit Bahrain International Circuit
Pilotes Lewis Hamilton
Équipes Mercedes
Type d'article Réactions
Tags sakhir