Hamilton : "J'aurais dû rester en piste ou rentrer bien plus tôt"

Lewis Hamilton regrette après le GP de Turquie l'entre-deux stratégique dans lequel son équipe Mercedes et lui se sont mis et qui a bien failli lui coûter le top 5.

Hamilton : "J'aurais dû rester en piste ou rentrer bien plus tôt"
Charger le lecteur audio

En terminant cinquième d'un Grand Prix sur piste humide après être parti 11e, Lewis Hamilton peut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Sa fin de course, marquée par sa volonté de rester en piste sur ses pneus intermédiaires du départ très usés, contre l'avis de son écurie qui a fini par le convaincre de s'arrêter, témoigne à la fois des pièges et des opportunités de cette épreuve linéaire malgré les conditions.

S'il s'est montré en colère à chaud à la radio et s'il a perdu les commandes du championnat face à Max Verstappen, deuxième ce dimanche, son discours après la course se veut plus modéré. Au-delà de savoir si le bon choix était de continuer jusqu'au bout, il estime que c'est l'entre-deux stratégique, dans lequel son écurie et lui ont décidé d'aller, qui a failli coûter bien plus cher par rapport au résultat final.

Interrogé sur sa frustration concernant la perte de deux positions à la suite de son arrêt, sur Sky Sports, le Britannique a répondu : "Je ne savais pas à ce moment-là, mais j'aurais probablement pu supposer que je perdrais... Les gars n'étaient que 15 secondes derrière, c'est un arrêt au stand de 24 secondes, donc je savais que j'en perdrais une."

"J'ai entendu dire que [les pneus] d'[Esteban] Ocon sont allés jusqu'au bout, donc je suppose que [les miens le pouvaient aussi]", a-t-il indiqué, quand le sujet a été abordé. Toutefois, dans son analyse, il poursuit : "Les pneus sont lisses, donc vous ne savez pas jusqu'où ils vont aller. Et donc il y a clairement l'inquiétude quant à la durée de vie du pneu."

 

"Mais aussi, je n'étais pas vraiment rapide à la fin. J'avais du mal avec une faible adhérence. Je ne sais pas vraiment pourquoi. Puis tout d'un coup, je n'étais pas si mal placé. Mais je perdais de la performance par rapport aux gars derrière. Je pense que, rétrospectivement, j'aurais dû rester en piste ou rentrer bien plus tôt."

"Parce que lorsque vous rentrez à huit tours de l'arrivée, vous n'avez pas le temps de passer la phase de graining du pneu sur une piste qui sèche. J'ai donc traversé toute cette phase de glisse où j'ai failli perdre quatre positions [au total]. Un peu frustrant, mais c'est comme ça."

"C'était bon d'être en troisième position et je me suis dit 'si je peux juste m'accrocher à ça, c'est un excellent résultat depuis la 11e place'. La cinquième place est moins bonne mais ça pourrait être pire", a-t-il conclu, philosophe.

Lire aussi :

partages
commentaires
Bottas : C'était l'une de mes meilleures courses
Article précédent

Bottas : C'était l'une de mes meilleures courses

Article suivant

Hamilton n'aurait sans doute pas pu aller au bout, selon Pirelli

Hamilton n'aurait sans doute pas pu aller au bout, selon Pirelli
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021