Hartley est "ravi" après "toutes les merdes des derniers mois"

Brendon Hartley a signé une excellente sixième place lors des qualifications du Grand Prix du Japon 2018 de F1 et reconnaît avoir été "ému" après cette performance qui lui fait du bien.

Hartley est "ravi" après "toutes les merdes des derniers mois"

Les motifs de grande satisfaction n'auront pas forcément toujours été nombreux pour le Néo-Zélandais depuis son arrivée surprise en Formule 1 l'an passé, à peu près au même stade de la saison. Et on a beau être Champion du monde d'Endurance en 2015 et 2017 et vainqueur des 24 Heures du Mans 2017, la première campagne complète en discipline reine au volant d'une Toro Rosso n'aura pas été de tout repos.

Lire aussi :

Si son avenir est toujours très incertain pour 2019, dans un giron Red Bull en pleine mutation suite à une pénurie de talents prêts à accéder à la F1, sa performance des qualifications du GP du Japon aura au moins le mérite de lui donner un supplément de confiance dans cette période charnière pour le choix du pilote qui fera équipe avec Daniil Kvyat la saison prochaine.

Sixième en Q3, à domicile pour Honda et devant son équipier Pierre Gasly (sixième), Hartley a presque coché toutes les cases pour vivre un samedi parfait. Il en a rapidement eu conscience au volant de sa STR13 : "Je suis ravi", a déclaré pour Sky Sports celui qui, à 28 ans, a découvert ce week-end le circuit de Suzuka.

"J'étais ému lors du tour de rentrée au stand, après toutes les merdes que j'ai eues ces derniers mois. Il y a eu les incidents du premier tour, les choses que j'aurais pu mieux faire, mais là, pour ma première fois à Suzuka, je suis absolument ravi d'être sixième. Nous recevons un soutien incroyable ici pour Honda, nous avons rendu les fans japonais heureux !"

Au moment de préciser ce qui n'est pas allé tout au long de la saison, il déclare : "La stratégie lors des courses n'a pas été en ma faveur, j'ai été derrière ou j'étais à un demi-dixième, un dixième de Pierre en qualifications. Aujourd'hui, c'est allé, avec beaucoup de pression. La stratégie Toro Rosso nous a placés sur le circuit au bon moment, en réglant la voiture d'une façon dont je suis vraiment heureux et, oui, vraiment content de partir P6."

Lire aussi :

"Évidemment, ce n'est que la moitié du travail, mais je vais essayer d'apprécier cela pendant un petit moment. Ça a été une accumulation de frustration lors des derniers mois parce que je sais que je m'améliorais, et que j'avais été bon, mais il y avait des choses qui se passaient en coulisses dont je n'ai pas toujours pu parler, ou des raisons pour lesquelles les choses ne sont pas allées dans mon sens. Mais aujourd'hui, tout s'est assemblé, et je suis très heureux."

Honda a apporté sur ses terres la dernière spécification de son unité de puissance et pour le pilote au numéro 28, il est clair que cela a fait une différence : "Je ne sais pas si c'est une demi-seconde, mais nous sommes vraiment plus rapides, et ça se voit au temps au tour."

Le mensonge de son ingénieur

Enfin, Hartley a également expliqué que son ingénieur de piste avait joué un rôle particulièrement important dans le money time de la séance même si son stratagème n'a pas totalement fonctionné... "Oui, quand j'ai commencé le tour, en passant dans le dernier virage... Toute la séance a été difficile parce que les vibreurs étaient toujours mouillés, donc c'était délicat en piste, il fallait être très précis. Mais... en Q3, mon ingénieur m'a dit à la radio que les Force India avaient amélioré leurs temps, donc que la piste était clairement bonne. J'ai regardé les écrans de chronométrage et réalisé qu'il m'avait menti. [rires]"

"Il m'a donc donné une belle confiance dans le fait que le premier secteur allait être sec et avoir une bonne adhérence, ce qui était une bonne chose. J'ai dû lui faire entièrement confiance. Deuxième tour, c'était encore un peu humide, tout le monde a dû laisser un peu de marge, par rapport aux vibreurs et tout."

"Le deuxième tour, on m'a aussi dit d'attaquer, mais je voyais qu'il y avait déjà trop de pluie. Mais oui, non, l'équipe a fait un travail fantastique pour nous mettre sur la bonne voie au bon moment, et oui, aucune erreur de quiconque aujourd'hui, donc, c'est top."

partages
commentaires
Ocon pénalisé sur la grille de Suzuka

Article précédent

Ocon pénalisé sur la grille de Suzuka

Article suivant

Arrivabene pointe une décision "inacceptable", un manque de "bon sens"

Arrivabene pointe une décision "inacceptable", un manque de "bon sens"
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021