Hartley est "ravi" après "toutes les merdes des derniers mois"

Brendon Hartley a signé une excellente sixième place lors des qualifications du Grand Prix du Japon 2018 de F1 et reconnaît avoir été "ému" après cette performance qui lui fait du bien.

Hartley est "ravi" après "toutes les merdes des derniers mois"
Charger le lecteur audio

Les motifs de grande satisfaction n'auront pas forcément toujours été nombreux pour le Néo-Zélandais depuis son arrivée surprise en Formule 1 l'an passé, à peu près au même stade de la saison. Et on a beau être Champion du monde d'Endurance en 2015 et 2017 et vainqueur des 24 Heures du Mans 2017, la première campagne complète en discipline reine au volant d'une Toro Rosso n'aura pas été de tout repos.

Lire aussi :

Si son avenir est toujours très incertain pour 2019, dans un giron Red Bull en pleine mutation suite à une pénurie de talents prêts à accéder à la F1, sa performance des qualifications du GP du Japon aura au moins le mérite de lui donner un supplément de confiance dans cette période charnière pour le choix du pilote qui fera équipe avec Daniil Kvyat la saison prochaine.

Sixième en Q3, à domicile pour Honda et devant son équipier Pierre Gasly (sixième), Hartley a presque coché toutes les cases pour vivre un samedi parfait. Il en a rapidement eu conscience au volant de sa STR13 : "Je suis ravi", a déclaré pour Sky Sports celui qui, à 28 ans, a découvert ce week-end le circuit de Suzuka.

"J'étais ému lors du tour de rentrée au stand, après toutes les merdes que j'ai eues ces derniers mois. Il y a eu les incidents du premier tour, les choses que j'aurais pu mieux faire, mais là, pour ma première fois à Suzuka, je suis absolument ravi d'être sixième. Nous recevons un soutien incroyable ici pour Honda, nous avons rendu les fans japonais heureux !"

Au moment de préciser ce qui n'est pas allé tout au long de la saison, il déclare : "La stratégie lors des courses n'a pas été en ma faveur, j'ai été derrière ou j'étais à un demi-dixième, un dixième de Pierre en qualifications. Aujourd'hui, c'est allé, avec beaucoup de pression. La stratégie Toro Rosso nous a placés sur le circuit au bon moment, en réglant la voiture d'une façon dont je suis vraiment heureux et, oui, vraiment content de partir P6."

Lire aussi :

"Évidemment, ce n'est que la moitié du travail, mais je vais essayer d'apprécier cela pendant un petit moment. Ça a été une accumulation de frustration lors des derniers mois parce que je sais que je m'améliorais, et que j'avais été bon, mais il y avait des choses qui se passaient en coulisses dont je n'ai pas toujours pu parler, ou des raisons pour lesquelles les choses ne sont pas allées dans mon sens. Mais aujourd'hui, tout s'est assemblé, et je suis très heureux."

Honda a apporté sur ses terres la dernière spécification de son unité de puissance et pour le pilote au numéro 28, il est clair que cela a fait une différence : "Je ne sais pas si c'est une demi-seconde, mais nous sommes vraiment plus rapides, et ça se voit au temps au tour."

Le mensonge de son ingénieur

Enfin, Hartley a également expliqué que son ingénieur de piste avait joué un rôle particulièrement important dans le money time de la séance même si son stratagème n'a pas totalement fonctionné... "Oui, quand j'ai commencé le tour, en passant dans le dernier virage... Toute la séance a été difficile parce que les vibreurs étaient toujours mouillés, donc c'était délicat en piste, il fallait être très précis. Mais... en Q3, mon ingénieur m'a dit à la radio que les Force India avaient amélioré leurs temps, donc que la piste était clairement bonne. J'ai regardé les écrans de chronométrage et réalisé qu'il m'avait menti. [rires]"

"Il m'a donc donné une belle confiance dans le fait que le premier secteur allait être sec et avoir une bonne adhérence, ce qui était une bonne chose. J'ai dû lui faire entièrement confiance. Deuxième tour, c'était encore un peu humide, tout le monde a dû laisser un peu de marge, par rapport aux vibreurs et tout."

"Le deuxième tour, on m'a aussi dit d'attaquer, mais je voyais qu'il y avait déjà trop de pluie. Mais oui, non, l'équipe a fait un travail fantastique pour nous mettre sur la bonne voie au bon moment, et oui, aucune erreur de quiconque aujourd'hui, donc, c'est top."

partages
commentaires
Ocon pénalisé sur la grille de Suzuka
Article précédent

Ocon pénalisé sur la grille de Suzuka

Article suivant

Arrivabene pointe une décision "inacceptable", un manque de "bon sens"

Arrivabene pointe une décision "inacceptable", un manque de "bon sens"
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021