Hartstein - Un 'triomphe' si Schumacher 'marche, se nourrit, s'habille'

Le Dr Gary Hartstein, ancien délégué médical de la FIA, a une nouvelle fois jugé nécessaire de reposer certaines choses à plat concernant la situation médicale de Michael Schumacher, après avoir lu et entendu de nombreuses choses inexactes dans la...

Le Dr Gary Hartstein, ancien délégué médical de la FIA, a une nouvelle fois jugé nécessaire de reposer certaines choses à plat concernant la situation médicale de Michael Schumacher, après avoir lu et entendu de nombreuses choses inexactes dans la presse britannique. On rappellera que le Dr Hartstein demeure un observateur, et n’est pas impliqué dans le traitement du Septuple Champion du Monde allemand, mais qu’il dispose de l’une des expertises extérieures les plus fiables en ce qui concerne la situation.

Où en est le traitement

Selon Hartstein, Schumacher se trouve toujours dans une unité de soin intensif. La famille Schumacher et le CHU de Grenoble ayant signifié qu’ils ne communiqueraient qu’en cas d’évolution majeure, Harstein pense savoir qu’un transfert vers une chambre « normale » de traitement aurait été annoncé. Si Schumacher est encore sous respiration artificielle, il est hautement probable, selon l’ex Dr de la FIA, pour que cela soit fait au moyen d’une trachéotomie, pour des raisons de confort pour le patient.

Michael Schumacher ne souffre désormais plus, à ce stade, de risques importants liés à la pression intracrânienne, explique Harstein, qui estime nécessaire de rappeler que le coma a été maintenu “comme une sédation extrême ralentissant l’activité électrique dans le cerveau”. Le niveau de sédation a donc sans doute été allégé ; celle-ci est toujours nécessaire, mais le processus consiste désormais à permettre “l’évaluation neurologique” de l’état de Schumacher.

Hartstein explique que les nouvelles seraient bonnes si le processus consistant à laisser Schumacher respirer par lui-même était en cours. Cela signifierait “que d’autres pronostics seraient possibles dans un futur malgré tout difficile à arrêter précisément”.

Mais il est également possible, de l’autre côté du schéma (négatif celui-ci), que la sédation ait été interrompue, que Schumacher tolère le tube, “mais ne soit pas pour autant en mesure de respirer correctement seul et de montrer de signes d’une « remontée ». Une respiration avec tube mais sans sédation implique des problèmes sérieux au niveau du cerveau, tout comme l’incapacité à respirer correctement”. Après trois semaines, il s’agit selon Hartstein d’un scénario dans lequel les chances de voir Schumacher “se réveiller un jour seraient fortement réduites”.




Les craintes et la dure réalité Les craintes du Dr Hartstein se concentrent sur son interprétation d’une déclaration officielle des chirurgiens du CHU de Grenoble. Il a en effet été mentionné, parmi les éléments positifs, qu’un hématome (à droite du cerveau) avait été ôté avec succès lors d’une seconde intervention neurochirurgicales. Mais d’autres hématomes demeuraient, dont certains, au milieu du cerveau et à gauche. C’est au milieu que se trouvent, précise Hartstein, “les zones de la conscience, du réveil, du contrôle de la pression sanguine, de la respiration ou encore de la déglutition”. L’hématome gauche, lui, active le l’usage de la parole et d’autres fonctions cognitives. Volontairement ou non, d’après Hartstein, le tableau dépeint par le corps chirurgical est pour le moins inquiétant. La conclusion du Dr Hartstein est qu’il est désormais “extrêmement improbable (virtuellement impossible, ajoute-t-il)” que “le Michael que l’on connaissait avant l’accident ne revienne”. Un triomphe si Schumacher récupère ses fonctions basiquesIl faudra alors considérer comme un triomphe le fait que Schumacher soit encore en mesure de marcher, de se nourrir, de s’habiller, et de conserver certains aspects significatifs de sa personnalité. J’adorerais me tromper sur ce point !”, ajoute-t-il. “Très approximativement 50% des patients d’un traumatisme crânien se trouvant dans un état végétatif après un mois de blessure redeviennent conscients, souvent avec des détériorations neurologiques significatives. Si l’état végétatif se prolonge pendant 6 mois, cela chute à environ 20%, souvent avec des détériorations sévères. Après un an, les retours à un état de conscience normal sont très rares, et, si cela se produit, avec des fonctions gravement altérées”. “Mais il n’y a pas de raisons de perdre espoir. Toute personne travaillant avec des patients blessés à la tête a vu des patients TRES sévèrement blessés se remettre de façon acceptable. Tout ce que l’on peut faire est attendre, prier et être derrière Michael et ses proches”.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher
Type d'article Actualités