Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
8 jours

L'histoire de la photo qui a tant fait parler la F1

partages
commentaires
L'histoire de la photo qui a tant fait parler la F1
Par :
Traduit par: Basile Davoine
22 oct. 2016 à 10:01

Quand le photographe de Formule 1 Peter Fox s'est rendu dans les courbes de Degner lors des essais libres le vendredi du Grand Prix du Japon, il n'avait probablement aucune idée de l'agitation qu'il allait provoquer quelques jours plus tard.

Sa photo de la Mercedes de Nico Rosberg subissant des charges énormes dans le premier virage à droite a rapidement commencé à faire le tour des réseaux sociaux, les fans et des personnes clés de la discipline ne tarissant pas d'éloges sur ce que cette image évoquait. 

Mais l'impact est véritablement devenu mondial quand Rosberg a lui-même tweeté la photo pour demander quel photographe l'avait prise.

 

Rosberg disposant de 1,6 million de followers, la photo de Fox a été retweetée 2100 fois et a reçu 5600 likes, tout en faisant parler. 

Motorsport.com a discuté de cette photo avec des personnes clés pour comprendre les raisons de son retentissement.

Le photographe

PETER FOX : J'étais à Degner 1 pour la deuxième séance d'essais libres le vendredi, et je suis allé là-bas car je sais que les voitures subissent vraiment une grosse charge et une petite compression. Je suis allé là-bas un certain nombre d'années auparavant, et j'ai des photos de ces périodes, mais je n'avais jamais vu une voiture sous l'emprise d'une telle charge. 

Les autres voitures prenaient la même trajectoire, même celles qui subissaient une pleine charge, et l'attitude des voitures était différente et l'on pouvait voir la roue avant tourner en l'air. Ce qui est particulièrement intéressant, c'est que la roue arrière est sous une charge énorme et la roue avant est presque encore au sol. Donc leur suspension fonctionne bien.

Si l'on regarde la photo suivante, la voiture est complètement à l'opposé. La suspension est relevée et c'est comme si la voiture quittait momentanément le sol. 

Quelques jours après la course, Nico a mis la photo sur Twitter et a demandé qui l'avait prise. Je ne sais pas qui a répondu, mais Nico a énormément de followers et une fois que j'ai été mentionné, j'ai dû couper mon téléphone en raison de toutes les notifications. Il avait sonné et vibré toute la nuit. 

Quand je me suis levé, le matin, j'ai commencé à lire ce que tout le monde disait, cela montrait vraiment le pouvoir d'une image. Je crois que Mark Gallagher a écrit que cette photo en disait beaucoup plus que des mots, et c'est ce qu'un photographe cherche à faire.

 

Le pilote

NICO ROSBERG : C'est une photo incroyable, la photo du week-end. C'est rare que l'on voie les forces sur une monoplace de F1 aussi clairement sur une photographie. C'était une photo spéciale, très impressionnante. Même le pneu était déformé. C'était incroyable, et c'était un tour normal. Ce n'est pas comme si quelque chose était survenu, c'était juste un tour normal.

L'équipe

PADDY LOWE : C'est génial de voir une photo d'une F1 à la limite. C'est une photo très spectaculaire. Ces voitures subissent des charges incroyables, et quand on voit certaines des pièces testées sous les charges en laboratoire, nous savons qu'elles sont conçues pour cela ; la déformation peut vraiment être assez choquante. C'est assez instructif pour les ingénieurs de voir ça dans la réalité. Mais c'est ce qui se passe.

Je crois que ça saisit un moment spécifique, car le pneu arrière gauche est particulièrement déformé. Nous pouvons voir à quel point tout le flanc est déformé, et je suis certain qu'il y a une dynamique dans la manière dont l'appareil photo a saisi le point culminant de ce moment, rendant la photo particulièrement extrême. 

Je pense que, parfois, on prend un peu pour acquis la performance de ces voitures, et le fait qu'elles peuvent paraître apprivoisées. Mais il y a des choses vraiment complexes, au jour le jour - si seulement nous pouvions continuer à le montrer. C'est pourquoi il est important que la télévision continue à travailler pour nous montrer ça.

Le pneu

MARIO ISOLA : Habituellement, nous voyons ce type de déformation dans les données, et nous devons prendre en compte les forces latérales, nous voyons la compression, nous voyons les ondes, beaucoup de paramètres qui s'appliquent aux pneus. Puis, quand on voit une photo comme celle-ci, l'effet est différent. J'ai regardé aussi certaines images à la télévision et on voit la déformation du pneu. C'est assez impressionnant, et c'est quelque chose que nous connaissons, que nous prenons en compte dans nos simulations. 

Mais dans la photo, c'est vraiment extrême. Cependant, j'imagine que si l'on prend la bonne photo - par exemple dans la compression de l'Eau Rouge - on peut voir quelque chose de très similaire, ou bien au bout d'une ligne droite. 

Cette photo est un bon élément pour montrer à tout le monde que les forces qui agissent sur les pneus d'une F1 sont vraiment, vraiment extrêmes. Alors quand nous parlons d'augmenter de 1 ou 2 PSI la pression, on peut facilement le comprendre avec ça. Nous avons besoin d'air dans le pneu pour supporter ce type de déformation.

La photo de Rosberg a été utilisée avec la permission de Peter Fox (@peterjfoxf1). Plus d'informations et d'autres photos peuvent être retrouvées sur http://www.peterjfox.com/.

Article suivant
Wolff - La plainte contre Verstappen, résultat d'une "mauvaise communication"

Article précédent

Wolff - La plainte contre Verstappen, résultat d'une "mauvaise communication"

Article suivant

Hamilton avait des réglages de freins "désastreux" en EL2

Hamilton avait des réglages de freins "désastreux" en EL2
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Nico Rosberg Boutique
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Jonathan Noble