Honda admet que son MGU-H ne tient pas plus de deux GP

partages
commentaires
Honda admet que son MGU-H ne tient pas plus de deux GP
Par : Ben Anderson
28 mai 2017 à 08:36

Honda a reconnu samedi, à Monaco, que le MGU-H de son unité de puissance n'était pas suffisamment fiabilisé pour tenir plus de deux courses.

Jenson Button, McLaren MCL32
Le logo du World Fastest Gamer sur la voiture de Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Yusuke Hasegawa, directeur du programme F1 de Honda
Jenson Button, McLaren MCL32
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Stoffel Vandoorne, McLaren
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32, Jenson Button, McLaren MCL32

Comme ces deux dernières années, le circuit de Monaco représente l'une des meilleures chances de briller pour McLaren-Honda, en raison de l'absence de véritables lignes droites. Cela s'est confirmé en qualifications samedi après-midi, Jenson Button et Stoffel Vandoorne accédant tous les deux à la Q3. Néanmoins, le Britannique s'élancera dernier ce dimanche après avoir reçu une pénalité de 15 places sur la grille de départ. Une sanction consécutive à un changement de turbo et de MGU-H.

Honda n'a pas encore de certitude quant à l'origine exacte du problème ayant affecté son MGU-H, qui a pourtant été modifié récemment pour tenter de résoudre des ennuis de fiabilité récurrents. Pour le moment, rien n'y fait, et le motoriste nippon souffre visiblement toujours des mêmes maux.

"Toutes les deux courses, nous devons le changer, ce n'est pas acceptable", a confié Yusuke Hasegawa, directeur du programme F1 de Honda, à Motorsport.com. "Nous pensons devoir faire des modifications pour la robustesse, particulièrement avec les pièces rotatives. Actuellement, nous contrôlons les températures ou le comportement. Nous pouvons gérer la fiabilité. Cette fois c'était bon, mais nous avons encore des problèmes de fiabilité."

Conscient du handicap énorme que représente le fait de s'élancer en fond de grille à Monaco, où dépasser est très compliqué, Honda n'était pas favorable à un changement de pièces entraînant une pénalité. Cependant, le motoriste japonais a discuté "très attentivement" de la situation avec McLaren, pour aboutir à la conclusion qu'il aurait été "trop risqué" de se lancer dans une distance de course avec un MGU-H ayant déjà du kilométrage.

"Après les EL2, nous vérifions chaque partie rotative du moteur, et nous avons vu que le MGU-H avait une rotation un peu étrange pour une situation normale", explique Hasegawa. "Ce n'est pas complètement étrange, mais il y avait des frictions. Quand nous avons une défaillance totale du MGU-H, la turbine est complètement coincée. Cette fois, il n'y avait pas de tel problème, mais on pouvait sentir une certaine résistance mécanique."

"Nous avons discuté et nous avons décidé de faire un changement vendredi matin. C'est une pièce qui va à 100'000 tours/minutes, et si nous voyons quelque chose d'étrange, elle ne tient jamais. Il y avait une chance, mais ça ne méritait pas [de prendre le risque]."

Article suivant
Pirelli : l'évidence d'un seul arrêt, et le "grand mais" de Monaco

Article précédent

Pirelli : l'évidence d'un seul arrêt, et le "grand mais" de Monaco

Article suivant

Button s'élancera des stands à Monaco

Button s'élancera des stands à Monaco
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes McLaren Boutique
Auteur Ben Anderson
Type d'article Actualités