Honda ne veut ni recruter, ni changer d'approche

Honda insiste : son programme F1 n'a pas besoin d'une toute nouvelle approche, et encore moins de nouveaux recrutements.

Après un nouveau week-end difficile pour McLaren lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, il est apparu que la patience de l'équipe de Woking commençait à être mise à mal, en l'absence de progrès notables.

Mais Yasuhisa Arai, Responsable du programme F1 de Honda, reste convaincu que le mariage entre les deux entités finira par porter ses fruits, dès lors que le motoriste japonais pourra enfin se concentrer sur les gains en performance.

"Je pense que nous progressons aussi bien en termes d'aérodynamique qu'en termes de puissance," a déclaré Arai à Motorsport.com.

"Le département aéro a besoin de davantage de temps, car nous n'avons pas couru suffisamment. Il nous faut plus de données afin de pouvoir évaluer le nouveau kit aérodynamique. Mais je pense que course après course, nous sommes un peu mieux en place et plus efficaces."

"En Grande-Bretagne, nous n'avons rencontré aucun nouveau problème avec notre unité de puissance. Nous avons enfin trouvé de la fiabilité, et nous allons donc nous concentrer désormais sur la performance."

Pas de nouvelle approche

Depuis son retour en F1, l'approche de Honda a souvent été remise en cause et d'aucuns suggèrent que le constructeur devrait repenser sa philosophie : en recrutant de nouvelles têtes ou en se fiant davantage à l'expertise développée par McLaren.

Mais Arai est catégorique : il estime que la situation est sous contrôle et que changer de fusil d'épaule n'apporterait aucun changement bénéfique à court terme.

"Nous en avons discuté dès le départ avec McLaren, et notre décision fut que Honda se concentrait sur l'expertise du moteur. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble avant de prendre la décision de travailler main dans la main."

"Il est de toute façon difficile pour McLaren de nous aider de façon directe au sujet de l'unité de puissance. Des idées et des retours sont bien sûr importants, nous discutons beaucoup et nous entretenons une bonne relation."

"Il serait encore plus compliqué de recruter du personnel. Chaque entreprise possède ses propres méthodes de développement et il faudrait donc du temps pour faire intégrer notre approche à des recrues importantes. Il faudrait sans doute un an ou deux."

Pression accrue de part et d'autre

Si McLaren maintient la pression sur Honda afin de progresser rapidement, le motoriste est également impatient que Woking soit en mesure d'accélérer le développement de son châssis, afin que les deux parties puissent allier leurs forces de manière optimale.

"Honda a toujours de la pression : non seulement venant de McLaren, mais également la pression de notre maison-mère. Et c'est normal," ajoute Arai.

"Nous aussi, nous voulons que McLaren progresse, notamment en termes d'appuis aérodynamiques. Si les appuis sont trop faibles, il est impossible de pousser le moteur à son maximum et notre vitesse maximale reste ainsi inférieure à celle des meilleurs. Il nous faut davantage de traction. Si l'aéro s'améliore course après course, nous serons forcément plus compétitifs."

Des semaines clés

Arai indique donc que les problèmes de fiabilité rencontrés par Honda sont résolus, et qu'il est temps à présent de se concentrer sur la performance. Dès lors, les semaines à venir seront déterminantes pour le long terme.

"Le mois à venir est très important pour nous," dit-il. "Technologie et performance font partie de notre programme et évaluer précisément notre niveau de performance est crucial, afin de progresser étape par étape."

"Il nous faudra davantage de temps dans certains domaines, et il nous faut surtout penser à quand utiliser nos jetons de développement, et pour quoi."

A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren
Type d'article Actualités
Tags honda