Horner : C'est "peut-être injuste" d'avoir promu Gasly et Albon si tôt

Christian Horner le reconnaît, Red Bull Racing a peut-être précipité l'arrivée de Pierre Gasly et d'Alexander Albon en son sein.

Pierre Gasly, Red Bull Racing RB15, devant Alexander Albon, Toro Rosso STR14

Photo de: Glenn Dunbar / Motorsport Images

La manière dont Sergio Pérez utilise son expérience prouve peut-être que Red Bull a précipité la promotion de Pierre Gasly puis d'Alexander Albon, estime Christian Horner. Lorsque Daniel Ricciardo a annoncé à l'été 2018 qu'il allait rejoindre Renault, la structure de Milton Keynes faisait face à un dilemme pour trouver un pilote qui épaule Max Verstappen.

Entre Carlos Sainz et Pierre Gasly, elle a opté pour ce dernier, précipitant le départ définitif de l'Ibère du giron Red Bull. Or, pour sa seconde campagne complète en Formule 1, Gasly n'a pas satisfait les attentes avec deux accidents en essais hivernaux puis un manque de rythme constant, avec un déficit d'une demi-seconde au tour sur son chef de file.

Le Français a été remplacé dès la mi-saison 2019 par Alexander Albon, retrouvant un baquet à Faenza pendant que le rookie était plongé dans le grand bain. Albon n'était toutefois qu'à peine plus rapide, lui aussi nettement distancé par Verstappen, et il a finalement été écarté fin 2020 au profit du vétéran Sergio Pérez.

Comme ses deux prédécesseurs, Pérez a peiné à s'adapter à des monoplaces qui correspondent plutôt au style de pilotage naturel du Néerlandais. S'il n'est pas parvenu à faire jeu égal, le Mexicain s'est quand même un peu approché des performances affichées par celui-ci, a décroché trois victoires en deux ans et a réalisé quelques prestations qui ont bien aidé Verstappen ; on ne pouvait pas en dire autant de Gasly et Albon.

Alexander Albon, Red Bull Racing, avec Christian Horner, Team Principal, Red Bull Racing

Alexander Albon et Christian Horner en 2019

Christian Horner voit là la marque de l'expérience de Pérez, qui est conscient de ne pas pouvoir se hisser au niveau de Verstappen mais s'adapte à la situation du mieux possible. "La clé dans le recrutement de Checo était son expérience, et il était peut-être injuste pour les deux d'avant de les avoir fait venir si tôt", estime le directeur de Red Bull Racing.

"Checo, avec cette expérience, a connu certains coups durs dans sa carrière jusqu'alors, et je pense que ce qu'il nous a apporté est le fait d'être très complet et son grand esprit d'équipe. Il a un bon point de vue sur le développement de la voiture, et c'est très facile de travailler avec lui. Voilà toutes les raisons pour lesquelles nous l'avons recruté, et il tient ces promesses."

Malgré des étincelles de rivalité, Pérez continue de donner satisfaction du haut de ses 33 ans. "C'est dur pour lui d'avoir Max Verstappen comme coéquipier : il est actuellement la référence en Formule 1. Mais Checo a la maturité pour gérer ça et faire avec. Et je pense qu'il compte continuer à évoluer et à améliorer ses propres performances, alors c'est bien de le voir compétitif", conclut Horner.

Lire aussi :

Propos recueillis par Filip Cleeren

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Carburants durables : la F1 va repenser la sécurité sur le feu
Article suivant La FIA a revu son approche du permis à points en F1

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France