Horner - L'adversité a créé l'unité chez Red Bull

Red Bull Racing a connu une saison 2015 très difficile à tous égards, mais en ressort plus fort. C'est en tout cas l'opinion du directeur d'équipe Christian Horner.

Pour la première fois depuis 2008, Red Bull a échoué à remporter la moindre course cette saison, notamment handicapé par un moteur Renault manquant de puissance et de fiabilité.

Les relations avec Renault ont justement été le fil rouge de la saison, avec un divorce à l'amiable au mois de juillet avant que Red Bull ne soit rejeté par les trois autres motoristes, ce qui a mené l'équipe a conclure un nouvel accord avec Renault, dont les moteurs seront rebadgés TAG Heuer l'an prochain sur les monoplaces de Daniel Ricciardo et Daniil Kvyat.

La quatrième place du championnat du monde est loin d'être satisfaisante pour Red Bull, qui a toutefois bon espoir de relever la pente l'an prochain avec un esprit d'équipe encore plus fort.

"Pour être franc, l'année a été dure, mais parfois, l'adversité permet une plus grande unité au sein d'un groupe," commente Horner. "J'ai le sentiment que l'équipe se serre les coudes plus que jamais, donc du point de vue de l'équipe, je ne pense pas que ça ait été une mauvaise année."

"La stratégie a été notre point fort. Nos arrêts au stand ont été les meilleurs du plateau. Nous avons développé notre châssis plus vite que les autres, et nous avons saisi les trois opportunités qui se sont présentées à nous, à Monaco, en Hongrie et à Singapour. Deux fois sur les trois, nous sommes montés sur la deuxième marche du podium."

"En tant qu'équipe, analysant notre niveau de performance, nous avons fait du très bon travail. Nous ne pouvons pas contrôler certaines choses qui ne sont pas de notre ressort, mais on ne peut s'inquiéter que des choses que l'on peut contrôler," ajoute le Britannique dans une référence à peine voilée à l'unité de puissance Renault.

La frustration de Mateschitz

Red Bull n'est pas passé loin de quitter la catégorie reine du sport automobile, ayant initialement prévu de ne poursuivre son engagement qu'avec un moteur suffisamment compétitif pour jouer les victoires.

Dietrich Mateschitz a finalement fait le choix de maintenir Red Bull et Toro Rosso en Formule 1 - il faut souligner que Red Bull s'étant engagé dans le championnat jusqu'en 2020, un départ fin 2015 aurait coûté à la marqué aux alentours de 500M€ - et Horner comprend la frustration de son patron.

"Dietrich a est désabusé par la F1, et on peut le comprendre," souligne-t-il. "Vu la direction qu'elle prenait et les accords trouvés qui ont été annulés. Cela l'a forcément contrarié et agacé. Mais quand on regarde ce qu'il a investi dans la F1, avec deux écuries, un circuit, tous les programmes de jeunes pilotes : il est avant tout un fan de F1."

"Je pense qu'à un moment, il a eu le sentiment qu'on le poussait vers la sortie, et si les gens ne voulaient pas voir Red Bull en F1, pourquoi devrait-il y être et engager le financement que le groupe engage? Il voit notre engagement envers les gens, et c'est un battant, en fin de compte. Il a l'esprit de compétition et il veut voir l'équipe revenir à l'avant de la grille."

"Mais il est clair que cet été, sa motivation pour la F1, avec la suite d'événements qui ont eu lieu, il était très agacé."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités