Horner - La F1 a "désespérément besoin" d'une meilleure lutte pour le titre

Christian Horner, le directeur de Red Bull, estime que la Formule 1 a "désespérément besoin" d'une meilleure bataille pour le championnat en 2017, après trois années de domination de la part de Mercedes.

Horner - La F1 a "désespérément besoin" d'une meilleure lutte pour le titre
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W04, Sebastian Vettel, Red Bull Racing RB9 et Fernando Alonso, Ferrari F138
Christian Horner, Team Principal Red Bull Racing
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12 mène devant Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Bernie Ecclestone et Christian Horner, Team Principal du Red Bull Racing
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12, Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Max Verstappen, Red Bull Racing teste les pneus Pirelli 2017
Max Verstappen, Red Bull Racing teste les pneus Pirelli 2017
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06 s'arrête pour chausser les pneus intermédiaires
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing teste les pneus Pirelli 2017
Kimi Raikkonen, Ferrari et Daniel Ricciardo, Red Bull Racing testent les pneus Pirelli 2017
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12

Les trois premières saisons de l'ère du V6 turbo hybride ont été marquées par la domination de Mercedes sur la F1, d'une intensité inédite dans l'Histoire de la discipline, même si, par deux fois lors de ces trois années, la lutte pour le titre entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg est allée jusqu'à la dernière course de la saison.

Red Bull, qui a remporté les huit titres en jeu entre 2010 et 2013, est l'écurie qui a remporté le plus de Grands Prix entre 2014 et 2016, derrière les 51 succès de Mercedes, avec cinq victoires - trois en 2014 et deux en 2016 -, terminant, ces deux saisons-là, au deuxième rang du classement constructeurs.

Quand il est demandé à Christian Horner si la Formule 1 avait besoin d'une meilleure lutte pour le titre, il répond : "Je pense que, quand on voit les réactions à une course comme le Brésil et que les gens en parlent toujours une semaine après - et rien qu'entendre la réaction du public était fantastique -, cela montre de quoi la F1 est capable. Il faut créer plus de week-ends comme cela pendant l'année."

Il rappelle aussi que, lors des années de succès de son écurie, il y avait "bien plus de concurrence", notamment de la part de Ferrari et McLaren puisque Lewis Hamilton, en 2010, et surtout Fernando Alonso, en 2010 et 2012, étaient parvenus à rester en course pour le titre pilotes jusqu'à la dernière épreuve de la saison.

"Personne n'aime les vainqueurs en série. On nous a reproché cela lors du cycle de quatre ans que nous avons connu. Mais lors d'une de ces années [en 2012], il y avait eu sept vainqueurs différents lors des sept premières courses. Deux de ces championnats sont allés jusqu'au dernier Grand Prix. Et c'était toujours une bataille, avec Ferrari, McLaren ou Mercedes, jusqu'à la fin. Il y avait bien plus de concurrence."

"Je pense que la F1 a désespérément besoin de cet élément de compétition - il faut vraiment trois écuries et six pilotes qui arrivent à un Grand Prix en étant capables de le gagner."

Changement de règles

Un des points de discussion, depuis que le règlement 2017 a été validé, est la question de savoir si le maintien des règles 2014-2016 aurait pu permettre le resserrement naturel de la hiérarchie recherché et si, en bouleversant le règlement technique, on ne risquait pas de favoriser une nouvelle domination en remettant tout le monde à zéro. C'est notamment la position soutenue par Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes.

Une position qui n'est pas partagée par son homologue de Red Bull : "Je pense que changer les règles bouleverse un peu les choses. Je suis sûr que Toto aimerait geler les voitures pour les cinq prochaines années. Mais je pense qu'un changement de réglementation est une énorme opportunité pour nous."

"Je pense que nous avons une équipe forte, que nous avons un duo de pilotes fort et que nous avons tous les ingrédients pour faire une belle campagne ensemble l'année prochaine, et j'espère que nous allons vraiment réduire cet écart pour mettre fin à la domination de Mercedes."

Pour le Britannique, cependant, les nouvelles règles vont sans doute créer des différences plus importantes entre les pilotes eux-mêmes. "Les voitures seront plus physiques, plus difficiles. Cela va créer une différence entre les pilotes, plus que ce que l'on voit en ce moment."

"Les pilotes plus courageux seront, c'est sûr, récompensés. Et ce sera un spectacle plus excitant aussi parce que les voitures, ce sera quelque chose à voir, avec la vitesse de passage en virages qu'elles vont atteindre."

Avec Valentin Khorounzhiy et Jonathan Noble

partages
commentaires
Key - Le règlement 2017, "plus grand changement" en F1 depuis 20 ans

Article précédent

Key - Le règlement 2017, "plus grand changement" en F1 depuis 20 ans

Article suivant

Grosjean s'impose au Trophée Andros

Grosjean s'impose au Trophée Andros
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021